Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Vaccination des ados, les infirmières puéricultrices se mobilisent !

Imprimer la liste
Share
L’ANPDE (Association Nationale des Puéricultrices Diplômées et des Etudiants) s’inquiète de la mauvaise couverture vaccinale des adolescents en France. Les membres de l’association se sont fixés comme mission d’alerter et d’informer les parents encore sceptiques de l’importance de la primovaccination, mais également et surtout, du rappel souvent mal suivi chez les adolescents. Anaïg Bellido, infirmière puéricultrice territoriale et membre de l’ANPDE, œuvre au sein du groupe de pilotage en faveur de la vaccination de l’ARS Aquitaine « pour éviter que des maladies aux conséquences dramatiques ne reviennent en force et pour encourager les parents à utiliser le nouveau carnet de vaccination électronique ».
La vaccination, ce n’est pas que pour les enfants

« Nous constatons régulièrement auprès des enfants, des adolescents et des jeunes adultes que nous suivons, de la naissance à 18 ans, de grandes lacunes sur la vaccination complète, celle qui permettrait d’éradiquer des maladies encore mortelles. Il ne s’agit pas de vacciner son enfant seulement lorsqu’il est nourrisson. Le suivi des rappels lorsqu’il est adolescent est tout aussi important. Nous en profitons aussi pour rappeler aux parents de tenir à jour leur propre carnet de santé. » rappelle Mme Bellido.

La rougeole, toujours active

Entre 2000 et 2008, le nombre de décès causés par la rougeole a diminué de 78%[1]. Pourtant, alors que cette maladie semblait avoir réellement reculé en France, celle-ci est revenue en force. En cause : une baisse de la couverture vaccinale favorisant la circulation du virus. « Les parents pensent que si la maladie n’est plus rencontrée, il n’y a plus de nécessité de vacciner. Alors qu’il s’agit du contraire : la rougeole avait reculé uniquement grâce à la vaccination ! » explique Anaïg Bellido. « Le Lot-et-Garonne a un taux de couverture vaccinale de 82% et l’Aquitaine de 90% ce qui est inférieur au minimum de 95% nécessaire pour éradiquer cette maladie. Les résultats parlent d’eux-mêmes : 322 cas de rougeole en Aquitaine et 74 en Lot-et-Garonne[2]. » s’inquiète Mme Bellido.

Une nouvelle étape : le carnet de vaccination électronique

La mission première de l’infirmière puéricultrice est de suivre le développement de l’enfant dans son milieu de vie, en toute sécurité, loin des maladies. « Nous avons comme fonction d’aider les parents à assurer la bonne santé de leur enfant et cela passe par des gestes essentiels dès la naissance, la vaccination en fait partie » explique Anaïg Bellido. « Missionnée par l’ARS Aquitaine, notre délégation régionale se chargera d’informer le grand public et notamment les parents de l’importance de la vaccination. Cette année, nous aurons à disposition une borne informatique pour accompagner les parents à la création du carnet de vaccination électronique ». Testés en Aquitaine, ces carnets électroniques devraient ensuite être développés dans d’autres régions.

Les recommandations de l’ANPDE pour les vaccins

Les vaccins essentiels

Mme Bellido déclare enfin que « les vaccins que nous recommandons sont le DTCaPHib, le ROR, le BCG, le pneumocoque, le méningocoque C et la grippe. Nous ne cesserons d’informer les parents que ces vaccins ne sont efficaces que si les injections sont réalisées au bon âge et si les rappels sont effectués. »


[1] Rougeole, Aide Mémoire n°286 – OMS

[2] Communiqué de presse de l’Agence Régionale de Santé Aquitaine du 9 février 2012, “La rougeole est en recrudescence dans le Lot-et-Garonne : pour ne pas l’attraper, vaccinons-nous !”

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share