Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Infection par bacille du charbon d’un usager d’héroïne de la région Rhône-Alpes : la vigilance des usagers doit être renforcée

Imprimer la liste
Share

Une infection par le bacille du charbon a été confirmée le 9 juillet 2012 chez un usager d’héroïne de la région Rhône-Alpes. Cette personne a été hospitalisée le 11 juin, elle est en période de convalescence. Aucun autre cas n’a été signalé, à ce jour, en France.

D’autres cas de maladie du charbon, aussi appelée anthrax, touchant des usagers d’héroïne ont été signalés en Allemagne (trois personnes dont un décès) et au Danemark (une personne décédée) depuis début juin.

La présence du bacille de la maladie du charbon (bacillus anthracis) a été confirmée par des examens de laboratoire dans chacun des cas, incluant le cas français. L’origine la plus probable de ces infections est la consommation d’héroïne contaminée par des spores du charbon. Les investigations sont en cours pour déterminer l’origine de la contamination.

Malgré le nombre limité de cas chez les usagers, il est possible que de nouveaux cas d’infections dues au bacille du charbon soient observés chez des consommateurs réguliers ou occasionnels d’héroïne, en raison de la circulation de produits contaminés.

Les autorités sanitaires nationales et locales ont informé les structures spécialisées et les associations en contact avec des usagers de drogues pour leur permettre de relayer des messages d’information et de prévention. Les sociétés savantes, les services d’urgence, les laboratoires de biologie médicale ainsi que la Commission européenne ont également été informés.

Aucune caractéristique particulière, comme l’aspect ou la couleur ne permet de déterminer si l’héroïne est contaminée ou non par les spores du charbon. De plus, elle se dissout ou se consume de la même manière qu’une héroïne non contaminée.

Le mode de contamination dans ce cas peut se faire par injection, inhalation ou ingestion du produit contaminé.

La maladie du charbon est une infection rare, mais très grave causée par les spores toxiques d’une bactérie. Dans les cas d’injection d’héroïne contaminée, les premiers signes de l’infection par le bacille du charbon peuvent être des rougeurs et des gonflements aux sites d’injection notamment, ou s’étendant rapidement, même à distance du point d’injection. La fièvre est supérieure à 38°5.

Une personne consommant de l’héroïne, en présence de ces symptômes ou d’une fièvre isolée témoin d’un début d’infection, doit appeler le 15 ou se rendre d’urgence à l’hôpital en mentionnant la consommation d’héroïne. La maladie du charbon peut être traitée par des antibiotiques spécifiques pris le plus précocement possible.

 

Contact presse

Magali COQUELIN Service information et communication 04 27 86 57 72 magaali.coquelin@ars.sante.fr

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share