Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Dépenses de l’Assurance maladie à fin décembre 2012

Imprimer la liste
Share

L’actualité en quelques chiffres

En 2012, les remboursements de soins du régime général ont progressé de + 2,4%, dont + 0,7% pour les remboursements de soins de ville. En données corrigées des jours ouvrés et des variations saisonnières, les évolutions sont respectivement de +2,3% et +0,5%.

Les remboursements de soins de ville en 2012 sont marqués par :

  • une stabilité des remboursements de soins médicaux et dentaires et de produits de santé,
  • une diminution des remboursements d’ indemnités journalières et d’ analyses médicales,
  • une progression soutenue des remboursements de soins d’auxiliaires médicaux, et plus modérée des dépenses de transport.

    L’analyse détaillée des postes de dépenses fait apparaître les évolutions suivantes :

    Les dépenses de soins de médecins et dentistes sont stables (-0,2% en 2012), après avoir connu une progression de +4,1% en 2011. Ce ralentissement s’observe pour les différents postes au sein de cet ensemble :

    • les remboursements de soins de médecins généralistes diminuent de -1,2% en 2012. L’absence d’épisode épidémique important explique, pour une part, la faiblesse de ces remboursements de soins ;
    • l’ évolution des remboursements des soins de médecins spécialistes s’ établit à +0,1% contre +3,3% en 2011. Les remboursements d’actes techniques de spécialistes progressent de +0,7% ;
    • les remboursements de soins dentaires sont quasiment stables en 2012, +0,1% contre +1,9% en 2011.

      Au sein des soins d’auxiliaires médicaux, dont les remboursements augmentent de +6,4% en 2012 (+5,3% en 2011), ce sont les soins infirmiers qui connaissent l’évolution la plus dynamique : +7,9% (contre +6,7% en 2011). Au-delà de la revalorisation des actes infirmiers intervenue en mai 2012, qui contribue à hauteur de 1,5 point à cette progression soutenue, la croissance de ce poste reflète aussi une démographie très dynamique, avec une progression des effectifs qui s’accélère au fil des années. Après une période de stabilité au début des années 2000, le nombre d’infirmiers libéraux a augmenté de 3% par an en moyenne entre 2004 et 2006, de 4,5% entre 2007 et 2010, de 5% en 2011.

      Les remboursements de soins de masso-kinésithérapie progressent de +4,4%, après +3,2% en 2011. La revalorisation des actes de masso-kinésithérapie en juillet 2012 intervient pour +1,7 point dans la hausse de ces remboursements de soins. Quoique moins rapide que celle des infirmières, la progression des effectifs de masseurs-kinésithérapeutes libéraux est régulière depuis le début des années 2000, à hauteur de +3% par an.

      Les remboursements de produits de santé, composés des médicaments et des produits de la LPP, sont stables par rapport à l’année précédente (+0,0%, après +1,8% en 2011).

      Les remboursements de médicaments diminuent de -0,9% en 2012, après une progression de +1,2% en 2011. La croissance des médicaments délivrés en ville est encore plus faible (- 1,6% après +0,9%). Ce résultat s’explique par un net ralentissement du volume, un important effet des baisses de prix (-3,5 point) et un fort effet générique (-1,8 point), notamment grâce à la mesure tiers-payant contre générique mise en place à partir de la seconde moitié de l’année. D’autre part, l’évolution des médicaments rétrocédés est de +7,3 % en 2012 (+4,9% en 2011).

      Les remboursements des autres produits de santé, et en particulier ceux de la liste des produits et prestations, enregistrent une progression +4,1%. Cette augmentation est inférieure à celle de 2011 (+5,0%).

      La progression des dépenses de transports sanitaires est de +3,8% en 2012 contre +4,2% l’année précédente. Une revalorisation des tarifs des transports est intervenue le 1er avril. Elle joue à hauteur de +2,6 points dans la progression des dépenses.

      L’évolution des dépenses d’indemnités journalières est de -1,4% en 2012 contre +2,9% en 2011 et +4,4% en 2010. Pour une part, cette baisse est due à la mesure LFSS intervenue le 1er janvier abaissant le plafond de calcul des indemnités journalières à 1,8 SMIC. L’effet de cette mesure se conjugue avec une légère baisse du nombre d’IJ, résultat de la conjoncture économique (la situation de l’emploi et du chômage joue à la baisse, même si cet effet est partiellement compensé par le vieillissement de la population active).

      L’évolution des versements aux établissements de santé est +4,1% en 2012. Elle est de +4,5% pour les établissements sanitaires publics et de +2,2 %, pour les cliniques privées. Pour les soins hospitaliers de court séjour (médecine chirurgie et obstétrique), la progression est de +4% pour les établissements publics et +1% pour les cliniques privées. Les dépenses liées aux hospitalisations en psychiatrie et en soins de suite et réadaptation s’accroissent de +2,5% et +4,5% respectivement.

      Les versements aux établissements médico-sociaux progressent de +2,5 % dont +1,2 % pour les établissements et services pour personnes handicapées et +4,2 % pour les établissements et services pour personnes âgées.

      Au total, les dépenses du régime général progressent en 2012 de +2,3% en données corrigées des jours ouvrés et des variations saisonnières.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share