Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Remise de la Bourse Harmonie Mutuelles Alzheimer 2011

Imprimer la liste
Share

HARMONIE MUTUELLES ET LA FONDATION DE L’AVENIR

REMETTENT LA  BOURSE ALZHEIMER 2011 :

DES CELLULES SANGUINES POUR PROTÉGER LES NEURONES

 

Paris, le 13 septembre 2011 – La maladie d’Alzheimer touche 880 000 personnes* dont 30 000 de – de 65 ans 1 . C’est la 4e cause de mortalité en France et, à long terme, près d’1,3 million de Français pourrait être affecté par la maladie en 2020 2 .

Pour contribuer à l’avancée de la recherche médicale et soigner cette terrible maladie, la Fondation de l’Avenir et Harmonie Mutuelles ont créé en 2010, la bourse « Harmonie Mutuelles Alzheimer ». Cette année, elles se mobilisent à nouveau le 21 septembre 2011, à l’occasion de la Journée Mondiale contre la maladie d’Alzheimer et attribuent la Bourse Alzheimer au professeur Guylène Page (CHU de Poitiers).

Des cellules sanguines pour protéger les neurones : le Dr Page récompensée

La Bourse Alzheimer est née en 2010 du partenariat entre Harmonie Mutuelles et la Fondation de l’Avenir, dans le but de soutenir des projets de recherche sur la maladie d’Alzheimer. Le 21 septembre 2010, le Docteur Sylvie Chalon avait été récompensée pour son projet de diagnostic précoce de la maladie.

Elle a été attribuée cette année, à un projet qui consiste à améliorer la protection des neurones par les propres cellules sanguines du patient. La bourse « Harmonie Mutuelles Alzheimer » sera remise, le 21 septembre 2011, au Professeur Guylène Page qui dirige le laboratoire de Signalisation moléculaire et Thérapeutique du Groupe de recherche sur le vieillissement cérébral (GreViC, EA 3808) du CHU de Poitiers.

La deuxième bourse Alzheimer décernée par la Fondation de l’Avenir et Harmonie Mutuelles sera remise :

le 21 septembre 2011 à 14h

à la Maison de la Recherche3 – Salle des Colloques

suivi d’un cocktail – Salle du Conseil

La maladie d’Alzheimer, se caractérise par des dépôts d’une molécule toxique, le peptide β-amyloïde (Aβ). Des processus immunitaires protecteurs interviennent pour éliminer ces dépôts toxiques en cours de formation, mais ce mécanisme n’est pas toujours efficace. Le cerveau est partiellement isolé du reste du système immunitaire et possède ses propres « cellules de nettoyage » : les cellules microgliales. Ces cellules doivent parfois être « aidées » par des cellules immunitaires « périphériques », présentes dans le sang circulant, et plus puissantes. Il semble que dans la maladie d’Alzheimer, existe un défaut de l’intervention de ces cellules périphériques, alors que cette intervention serait nécessaire. Le projet de recherche vise à mieux comprendre la communication entre les cellules périphériques et les cellules microgliales. Le but final étant de corriger cet environnement chimiotactique perturbé dans la maladie d’Alzheimer pour favoriser le passage de ces cellules périphériques (monocytes, lymphocytes) beaucoup plus actives que les cellules microgliales pour éliminer le peptide amyloïde.

* Chiffres 2011 

1 Source : www.centre-alzheimer-jeunes.com

2 Source : www.planalzheimer.gouv.fr 

354, rue de Varenne – 75007 PARIS

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share