Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

10es Journées d’onco-urologie médicale (Bruxelles) – j+1

Imprimer la liste
Share

Les XXèmes Journées d’onco-urologie médicale se tiendront à Bruxelles le vendredi 22 et le samedi 23 juin. Comme tous les ans elles feront le point sur l’état de l’art dans le domaine des tumeurs urologiques (rein, prostate, vessie, testicule et autres cancers plus rares comme les cancers urothéliaux et les tumeurs du bassinet…). Elles seront notamment l’occasion d’aborder l’onco-urologie chez le patient jeune et de revenir sur l’étude CARMENA. 

Onco-urologie du patient jeune : impliquer le patient

Les cancers urologiques de l’adulte jeune sont un sujet rarement abordé et les médecins ont peu de certitudes sur le meilleur choix thérapeutique. Les JOUM 2018 seront l’occasion d’aborder ce thème. En effet, parce qu’il est jeune, la question de la survie sans récidive est essentielle. Mais dans le même temps, comme il est jeune, il souhaite conserver la meilleure qualité de vie possible et éviter les conséquences d’une chirurgie radicale. Ces deux attentes semblent inconciliables.

Traditionnellement, un traitement radical était privilégié, même pour un cancer sporadique, afin d’éviter tout risque de récidive. « Mais cette population, active, est très demandeuse d’un traitement conservateur. » Quel est le meilleur traitement alors ? D’un côté les approches réputées lourdes (chirurgie) ont beaucoup progressé et entraînent nettement moins de complications. De l’autre, les techniques moins agressives ont gagné en efficacité. Cette double évolution amène à repenser les pratiques et à individualiser davantage la prise en charge.
Demain peut-être, grâce aux capacités d’analyse de l’IA, l’étude des génomes de ces patients victimes de cancer précoce permettra d’identifier les gènes promoteurs et de personnaliser encore plus le traitement et le suivi des patients.

CARMENA, la remise en cause d’un standard

La prise en charge des cancers du rein d’emblée métastasiques associe habituellement une néphrectomie suivie d’un traitement par thérapie ciblée. Publiée le 4 juin dernier dans le NEJM 1 et dévoilée la veille à l’ASCO à Chicago par son principal investigateur, le Pr Arnaud Méjean, l’étude CARMENA (CAncer, Rein, MEtastase, Nephrectomie, Antiangiogénique) pourrait bien remettre en cause cette approche.
Celle-ci s’est déroulée entre 2009 et 2017 et a inclus 450 patients porteurs d’un cancer du rein à cellules claires, métastatiques au moment du diagnostic, dont l’état de santé permettait l’opération.

Son but était de déterminer, si, pour ces patients, un traitement par Sunitib seul était ou non équivalent à l’approche traditionnelle associant la chirurgie suivie d’une thérapie ciblée.
Il s’agissait donc d’une étude de « non infériorité », c’est-à-dire visant à vérifier que le choix de ne pas faire subir de chirurgie aux patients n’entraînait pour eux aucune perte de chance.

La courbe de survie globale montre que sur un suivi médian de 50,9 mois, la survie médiane n’est pas inférieure dans le bras Sunitinib seul, comparé à l’autre bras (traitement habituel, chirurgie puis Sunitib, patients randomisés) : 18,4 mois versus 13,9 mois dans le bras standard.
Cette étude est la première à remettre en question la nécessité de la chirurgie à l’ère des thérapies ciblées. Elle montre clairement que pour certains patients la néphrectomie ne devrait plus être la norme de soins.

(1) The New England Journal of Medicine

CONTACT PRESSE
LauMa communication • Laurent Mignon Laurie Marcellesi
01 73 03 05 24 • laurie.marcellesi@lauma-communication.com  • @laumacom

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share