Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Le SNJMG dénonce « le mépris du président de la conférence des doyens des facultés » de médecine (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

« Si les étudiants en médecine et les jeunes médecins avaient plus de valeurs citoyennes et républicaines et rendaient ce qu’ils ont reçu… Il n’y aurait plus de problèmes de démographie médicale ». Quand de tels propos ont-ils pu être tenus ? En 1967 ? En 1939 ? Non : le 5 septembre 2018 !

Qui les a tenus ? Selon Philippe Leduc (1), ce serait le premier responsable (hors ministères) de la formation initiale des médecins : le président de la conférence des doyens des facultés de médecine ! Qui occupe ce poste ? C’est le Pr Jean Sibilia, Doyen de la Faculté de médecine de Strasbourg.

C’est ce médecin hospitalo universitaire qui pour son premier entretien médiatique après son élection à la présidence de la conférence des doyens a tenu des propos équivoques sur les suicides d’internes de médecine et sur les risques psycho sociaux encourus par les étudiants en médecine (2).
C’est ce médecin hospitalo universitaire qui vient de co signer, avec le président de la conférence des doyens des facultés de pharmacie et celui de la conférence des présidents d’université, un communiqué défendant le rôle de l’université dans « un enseignement rigoureux des médecines alternatives et intégratives » qui n’ont pas apporté de preuve scientifique d’une action au-delà de l’effet placebo (3).

C’est ce médecin hospitalo universitaire qui a perçu au moins 152 956 euros (4) des laboratoires pharmaceutiques (allo et homeopathiques) alors que la conférence des doyens avait voté en 2017 une charte éthique sur l’indépendance des facultés de médecine (4).

Et c’est enfin, le responsable médical qui va prochainement présenter ses excuses publiques auprès des étudiants en médecine et des jeunes médecins.

Et si ces excuses ne viennent pas, le SNJMG, en tant que syndicat indépendant des Jeunes MG (6), appelle la conférence des doyens et les ministères concernés (santé et enseignement supérieur) à intervenir pour clore le plus vite possible le malaise créé dans la communauté médicale par des propos infondés (les problèmes de démographie médicale ne viennent pas de la mauvaise volonté des jeunes médecins mais de carences politiques : abandon de l’aménagement des territoires, mauvaise gestion du numerus clausus, dévalorisation de certaines disciplines médicales…) et déplacés (7).

Contact presse : Sayaka Oguchi – president@snjmg.org

(1) : Tweet de Philippe Leduc

(2) :  Communiqué du SNJMG (06.02.18)

(2) :Communiqué conjoint CPU – Conférence des doyens médecine et pharmacie (06.09.18)

(3) : Fil twitter (05.09.18)

(4) :  Communiqué du SNJMG (17.11.17)

(5) : Le SNJMG a été créé en Mars 1991 pour rassembler internes (et FFI), remplaçants et jeunes installés (ou salariés) depuis moins de 10 ans en Médecine Générale. Il n’a jamais eu de lien direct ou indirect avec l’industrie pharmaceutique ou des produits de santé.

(6) : Communiqué de l’Ordre des médecins (06.09.18)

1 commentaire sur “Le SNJMG dénonce « le mépris du président de la conférence des doyens des facultés » de médecine (Communiqué)”

  1. iL FAUT COMPRENDRE LA COLERE DES JEUNES MEDECINS, auxquels on reproche un manque de valeurs citoyennes , et surtout quand cela vient d’un personnage qui n’a certainement jamais connu la  »médecine rurale » avec tous les problèmes qu’elle pose. Ayant partagé le quotidien à quelques reprises de 3 amis médecins dit  »de campagne », il aurait mieux valu à cet hospitalo-universitaire de passer ses vacances auprès de ces médecins de campagne , de vivre leur quotidien, leurs astreintes, la pénibilité du travail et aussi leur isolement , même si les moyens de communication ont changé , avant de lancer ce commentaire. Il aurait mieux fallu demander des mesures spéciales pour l’installation (il y en a mais elles sont très insuffisantes encore) plutot que de se laisser aller à une parole sans considération à l’égard de nos jeunes. En tous cas , ils ont raison de marquer le coup, et les soutenir car c’est eux qui nous soignerons demain…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share