Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

La Société Française Neuro-Vasculaire lance une campagne de sensibilisation à l’accident vasculaire cérébral (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

A l’occasion de la Journée Mondiale de l’Accident Vasculaire Cérébral le 29 octobre, équivalent francophone du World Stroke Day, la Société Française Neuro-Vasculaire (SFNV), se mobilise pour alerter la population à travers une nouvelle campagne de sensibilisation du grand public.

Cette année, l’ensemble des professionnels concernés par les pathologies vasculaires cérébrales souhaitent s’adresser au plus grand nombre avec une campagne qui a pour objectif de rappeler que l’AVC est l’affaire de tous : enfants, jeunes, adultes, hommes, femmes, séniors, tout le monde peut être confronté à cette maladie un jour. La SFNV lance ainsi un message fort à la population : « L’AVC, nous sommes tous concernés ! ».

En France, près de 800 000 personnes sont atteintes aujourd’hui par un AVC et plus de 500 000 en gardent des séquelles. Chaque année, plus de 140 000 nouvelles personnes sont touchées et environ 30 000 en décèdent. L’AVC est une des principales causes de mortalité dans le monde, la première cause de handicap acquis de l’adulte, la deuxième cause de démence après la maladie d’Alzheimer, et est la première cause de mortalité chez la femme.

Même si le fardeau est principalement porté par les plus âgés, près de 25% des AVC surviennent avant 65 ans et le taux de patients « jeunes » hospitalisés pour un AVC croit chaque année avec des augmentations importantes entre 35 et 64 ans. En causes : l’hypertension artérielle, le diabète, l’obésité, le tabac et l’alcool. La dynamique de l’AVC reste préoccupante en France comme dans le reste du monde, dans un contexte de vieillissement de la population :  on estime à 7,8 millions le nombre de morts par AVC d’ici 2030 !

Si le taux de mortalité a baissé depuis 2008 (-13%) et si le taux de prise en charge en UNV (unité neuro-vasculaire) sur le territoire a augmenté de manière considérable depuis la même année, des disparités importantes persistent au niveau régional.

En France, des disparités régionales varient du simple au double

Les quatre régions ultramarines (Réunion – Guadeloupe – Guyane – Martinique), les Hauts-de-France et la Bretagne présentent les taux de mortalité les plus élevés et l’Ile-de-France le plus faible, près de deux fois plus bas que celui observé à La Réunion. Les Hauts-de-France et les régions ultramarines conservant des taux de mortalité prématurée jusqu’à trois fois plus élevés que certaines régions.bLes taux les plus bas sont observés en Auvergne- Rhône-Alpes, Occitanie, Pays de la Loire, Ile-de- France et Corse. Détails

L’AVC reste une maladie dont les principaux facteurs de risque sont évitables avec une prévention adaptée et dont la rapidité de prise en charge est un élément essentiel pour limiter le risque de décès et de séquelles fonctionnelles. Ainsi, la poursuite, voire l’intensification, des campagnes de prévention sont essentielles pour limiter le retentissement humain et économique de cette pathologie. C’est pourquoi la SFNV se mobilise cette année avec un message fort délivré à l’ensemble de la population : « L’AVC, nous sommes tous concernés ! ».

En savoir plus ici.

Contact presse – Laura Gardelli – presse@societe-francaise-neurovasculaire.fr

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share