Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Le SML appelle à flécher des moyens pour réparer 10 ans de « casse » de la médecine libérale (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Il est urgent de rattraper les retards accumulés au cours des deux précédents quinquennats pour construire un avenir durable. Si le solde du régime général en 2018 est revenu au même niveau qu’en 1999, le SML souligne que cela s’est traduit par une casse sans précédent ! La casse de la médecine libérale, avec le découragement des médecins installés et la désaffection des jeunes pour l’exercice libéral a provoqué les « déserts médicaux » et l’aggravation de la mise sous tension des hôpitaux.

Le SML partage les ambitions affichées le 18 septembre par le président de la République. Il est urgent de s’organiser autour du patient. Mais attention. Si les enseignements des réformes précédentes doivent être tirés, de réels investissements seront nécessaires pour réussir le nouveau plan Santé.

Le relèvement de l’ONDAM de 2,3 % à 2,5 % constitue certes un effort et le relèvement du sous-Ondam de ville à 2,5% en 2019, supérieur à celui de l’hôpital, témoigne d’une volonté forte. Pour autant, que pèseront les 400 millions d’euros ainsi dégagés face aux 2 milliards d‘euros d‘économies attendus en 2019 ? Le SML peine à voir les marges de manœuvre promises.

Le SML récuse d’avance toute tentative qui consisterait, à travers le dynamitage de la rémunération à l’acte, à aller vers la généralisation des forfaits menant ainsi à une forme de capitation, et in fine au salariat, engendrant une élévation des coûts pour les comptes sociaux.

Lors de la commission des comptes, le SML a exprimé deux regrets et deux satisfécits.Le premier regret, c’est la mise en œuvre du prélèvement à la source. Les médecins libéraux, qui sont aussi des employeurs, n’avaient pas besoin d’une telle complexité ni des frais supplémentaires qu’elle entraîne.
Le second, c’est le fait que l’Etat continue d’imposer aux médecins retraités actifs de payer des cotisations qui ne leur apportent aucun droit.

Les satisfécits, vont à la création des assistants médicaux et à l’instauration des mêmes droits aux congés maternité pour les salariées et les indépendantes. Ce sont des revendications portées de longue date par le SML. Ces mesures répondent à des attentes fortes des professionnels sur le terrain et le syndicat souhaite contribuer à leur mise en œuvre.

Il est urgent de redonner aux jeunes médecins l’envie de s’installer en libéral.

Contact presse : Sylvie FONTLUPT – Tél. 06 72 82 42 18

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share