Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Forfait structure et logiciels DMP compatibles : le SML réclame un report d’un an (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

La modification des indicateurs de la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) imposée par l’assurance maladie n’en finit pas de créer des difficultés et de pénaliser les médecins libéraux, montrant au passage toute la limite des rémunérations au forfait que certains appellent de leurs vœux pour répondre aux aspirations du gouvernement.

Alors que la déclaration sur amelipro des indicateurs ROSP et du forfait structure pour 2018 s’achèvera ce jeudi 31 janvier, l’assurance maladie a déjà pris les devants et a alerté pour signaler que plusieurs milliers de médecins ne valideraient pas complètement le volet 1 du forfait structure concernant le logiciel métier DMP compatible, amputant d’autant la rémunération attendue.

Le SML a pu constater que certains éditeurs n’avaient pas eu le temps d’opérer les mises à jour et modifications nécessaires pour rendre leurs logiciels DMP compatibles et procurer aux médecins qui les utilisent les attestations réclamées. Faut-il pour autant que les médecins soient pénalisés pour une situation dont ils ne sont pas responsables ? Ou va-t-on leur imposer de changer de logiciel métier avec toutes les difficultés et frais que cela engendre ?

Le SML pense que non !

Mais surtout, le SML refuse de voir infliger aux médecins concernés une double peine. En effet, l’atteinte des objectifs du volet 1 est un prérequis pour déclencher la rémunération du volet 2 concernant les services.

C’est pourquoi, le syndicat réclame le report d’un an de la prise en compte de la DMP comptabilité du logiciel dans le volet 1 de la ROSP 2018, afin de ne pas pénaliser à une fois de plus les médecins. Ces derniers l’ont déjà été lourdement l’an dernier en voyant leur ROSP amputée comme conséquence du grand « bricolage » des indicateurs.

Une fois encore, cette affaire, qui est loin d’être anecdotique, démontre tout le danger d’engager la profession dans une forfaitisation du mode de rémunération. Le SML estime que l’acte est un élément central du revenu du médecin libéral et de sa liberté.

Contact presse : Sylvie FONTLUPT – Tél. 06 72 82 42 18

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share