Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

« Les facteurs de risque des patients hospitalisés pour un premier épisode d’accident vasculaire cérébral en France » (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

L’IRDES publie le n°240 de Question d’économie de la santé sur : Les facteurs de risque des patients hospitalisés pour un premier épisode d’accident vasculaire cérébral en France.

La fréquence des accidents vasculaires cérébraux en France et leurs conséquences majeures en termes de létalité et de handicap lié aux séquelles les érigent en véritable enjeu de santé publique. Afin d’améliorer la prise en charge des patients, le Plan d’actions national Accidents vasculaires cérébraux (AVC) 2010-2014 préconise notamment de développer la prévention de l’AVC en déployant des actions de prévention et de dépistage des facteurs de risque sources d’AVC. Si les facteurs de risque sont bien identifiés par les cliniciens et mesurés dans certaines études sur échantillons, qu’en est-il sur le plan national ou régional ? Le Système national des données de santé (SNDS) offre la possibilité d’analyser la population exhaustive des AVC sur le territoire français à partir des données d’information médicale et de consommation de soins hospitaliers et de ville qui y sont intégrées. Une série de cohortes françaises en est extraite, incluant les victimes d’un primo AVC survenu de 2010 à 2019 (à terme) ; elles englobent le suivi médical des 24 mois d’amont et autant en aval.

Afin de repérer et quantifier les facteurs de risque d’AVC, une méthode a été mise au point et testée sur la cohorte 2012 d’adultes. Ainsi, les prévalences des facteurs de risque liés à des pathologies sont estimées à 51 % pour l’hypertension artérielle, à 37 % pour la dyslipidémie, à 20 % pour le diabète, à 16 % pour la fibrillation auriculaire et à 20 % pour la dépression. Elles sont situées dans les fourchettes cliniques nationales et internationales et apportent des informations nouvelles utiles en termes de prévention de l’AVC et de bonne prise en charge des malades. En revanche, le SNDS ne s’avère pas adapté au repérage des facteurs de risque liés aux habitudes de vie et au comportement de l’individu tels que l’obésité, le tabagisme et l’alcoolisme, soulignant le besoin d’être complété par d’autres études incluant des données cliniques.

Lire Question d’économie de la santé

Service de presse

Anne Evans
evans@irdes.fr
01 53 93 43 02

Suzanne Chriqui
chriqui@irdes.fr
01 53 93 43 06

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share