Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Une première en France : lancement d’une grande étude sur l’information des personnes nées grâce au recours au don de gamètes (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

L’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille (CECOS du Laboratoire de biologie de la reproduction – Hôpital de la Conception) et le Centre Norbert Elias, lancent une grande étude sur les pratiques d’information dans le recours au don de gamètes (ovocytes ou spermatozoïdes). Financée par l’Agence de la Biomédecine, il s’agit de la première étude à l’échelle nationale qui s’intéresse à la circulation de l’information dans les familles.

L’assistance médicale à la procréation (AMP) avec don de gamètes est connue depuis le dix-neuvième siècle. En France, le premier Centre d’Etude et de Conservation des Oeufs et du sperme (CECOS) a été créé en 1973 pour encadrer cette pratique avec trois principes clés : la gratuité, l’anonymat et le volontariat. Ces principes sont intégrés dans la loi de bioéthique depuis 1994. Néanmoins, ni la loi ni le guide de bonnes pratiques cliniques et biologiques en Assistance Médicale à la Procréation n’évoquent la notion d’information des enfants conçus par don, et ils n’imposent rien aux couples ou aux équipes médicales à propos de l’information des enfants ainsi conçus sur leur mode de conception.

Conduite en sciences sociales et médicales, cette étude a donc pour objectif principal d’évaluer à l’échelle nationale l’information des personnes conçues par don de gamètes sur leur mode de conception. Elle croise les points de vue et l’expérience des parents et des personnes qui sont nées grâce à ces techniques.Elle utilise une démarche à la fois quantitative et qualitative en s’appuyant d’une part, sur des questionnaires en ligne et d’autre part, sur des entretiens semi-directifs, destinés aux parents ayant eu recours à un don et aux personnes qui en sont issues.

« Cette étude poursuit un double objectif, détaille le Pr Catherine METZLER-GUILLEMAIN, responsable du service de Biologie de la Reproduction (CECOS – Hôpital de la Conception, AP-HM), d’une part, esquisser de grandes tendances concernant le partage de l’information sur le recours au don dans les familles et d’autre part, comprendre les motivations des choix parentaux et le vécu des personnes nées de don quant à cette information. En éclairant les dynamiques familiales et personnelles associées au partage de l’information ou à son absence, elle permettra un meilleur accompagnement des personnes et des familles concernées par le recours au don. »

En savoir plus sur l’étude ICI.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share