Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

« Les déserts médicaux ne doivent pas être un prétexte à l’ubérisation de la médecine » (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

120 élus ont lancé dans une tribune publiée le 4 mai dans Le Journal du Dimanche, un appel aux pouvoirs publics pour déréglementer le développement de la télémédecine et en faire l’arme absolue contre les déserts médicaux.

Si l’intention est louable, il est illusoire de croire que la télémédecine sera la panacée pour mettre fin aux problèmes d’accès aux soins dans les territoires. Les élus signataires ont raison : il est de notre « responsabilité collective » de « tout faire faire pour mettre en œuvre des leviers d’actions immédiats et efficaces pour les Français » pour les soigner au mieux au plus près de chez eux. Mais pas n’importe comment, et certainement pas au prix de la qualité des soins ! Il en va de la responsabilité collective des médecins.

Une téléconsultation ne remplacera jamais une consultation en cabinet : ce n’est qu’un complément ou une alternance dans le cadre d’un suivi médical. Nous n’accepterons pas la création d’une médecine à deux vitesses, dont l’une se ferait uniquement par écrans interposés ! Cela ne serait pas juste ni équitable pour les Français. Sans parler que cela supposerait une connexion internet correcte partout, ce qui est loin d’être le cas, en particulier dans les zones où on manque de médecins…

Voir la télémédecine comme un remède miracle relève d’une vision très simpliste du système de santé français dans lequel la qualité, la coordination et le parcours de soins tiennent une place primordiale et nécessaire. Ils sont les garants d’un système de soins efficients et ce n’est pas en allant vers une médecine low cost que l’on résoudra la question des déserts médicaux en France.

Les Français paient aujourd’hui le prix du désengagement des gouvernements de droite comme de gauche vis-à-vis de la médecine libérale depuis des décennies. La CSMF s’oppose à une ubérisation de la médecine et rappelle l’importance de soutenir la médecine de ville afin qu’elle développe une télémédecine de qualité et s’organise pour lutter contre les déserts médicaux.

Contact presse : Shakti Staal,  01 43 18 88 17, com@csmf.org

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share