Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Meilleure qualité de l’air : quelle valeur viser pour améliorer la santé ? (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Pour entraîner une baisse significative de la mortalité due aux particules fines, il faudrait baisser leur niveau moyen d’au moins 3 microgrammes par m3 en moyenne annuelle, conclut une étude interdisciplinaire menée par des chercheurs de l’Inserm, du CNRS, de l’Inra, d’Atmo Auvergne Rhône-Alpes et de l’Université Grenoble Alpes.

Ce travail publié dans Environment international donne également un ordre de grandeur des coûts de la pollution en milieu urbain : 1200€ par habitant et par an dans les agglomérations de Lyon et Grenoble.

Lire l’intégralité du communiqué sur la salle de presse de l’Inserm

Sources 

Which decreases in air pollution should be targeted to bring health and economic benefits and improve environmental justice?
Xavier Morelli a, *, Stephan Gabet a, *, Camille Rieux b, Hélène Bouscasse c,d, Sandrine Mathy c, Rémy Slama a
a Equipe d’épidémiologie environnementale, IAB (Institut pour l’Avancée des Biosciences), centre de recherche Inserm, CNRS, et Université Grenoble Alpes, U1209, Grenoble.
b Atmo Auvergne-Rhône-Alpes, Grenoble, France
c Grenoble Applied Economics Lab (GAEL), CNRS and Grenoble-Alpes Univ., Grenoble.
d CESAER, Agrosup Dijon, INRA, Bourgogne Franche-Comté Univ., Dijon.
* Co-first authorship

Environment International

Contact presse presse@inserm.fr

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share