Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Dépistage du VIH : l’Académie nationale de pharmacie préconise un plan national coordonné d’urgence (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Les données récemment publiées par Santé publique France montrent sans ambiguïté une stagnation du nombre d’infections à VIH diagnostiquées. Ainsi, de 2010 à 2017, le nombre de cas détectés est resté stable (de l’ordre de 6 500 chaque année) et ce, malgré plusieurs actions de prévention et le grand nombre de sérologies VIH pratiquées (plus de 5 millions de tests effectués annuellement).

Ce constat résulte malheureusement d’une faible détection des personnes infectées. En d’autres termes, le dépistage actuel concerne très majoritairement les personnes les moins à risque. Plus inquiétant encore, parmi les nouveaux cas détectés, un certain nombre de patients sont à un stade avancé de la maladie (30 % en 2017), n’ayant eu aucun dépistage du VIH depuis plusieurs années, voire jamais (52 % en 2017). Il est à noter que les personnes non traitées sont à l’origine d’une grande partie des nouvelles infections.

L’épidémie n’est donc pas contrôlée en France, alors que nous disposons de tous les outils, tant pour le diagnostic que pour le traitement des personnes séropositives. Les conditions actuelles de dépistage sont inadaptées et insuffisamment soutenues, car elles ne permettent pas d’infléchir la courbe et de réduire l’épidémie.

Lire la suite de la recommandations de l’Académie nationale de pharmacie : ANP dépistage VIH

<

PJ

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share