Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Selon une étude de Santé publique France, « de nombreux polluants chimiques mesurés chez les adultes et les enfants » (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Générations Futures réagit à la publication ce jour des résultats d’un grand programme de biosurveillance mesurant la présence de polluants dans la population française et demande au gouvernement de mettre en place un plan d’urgence pour protéger la population.

Rappel :Dans le cadre du Grenelle de l’environnement, un programme de biosurveillance s’appuyant sur l’enquête Esteban a été mis en place pour mesurer la présence de polluants de l’environnement dans le corps humain. Bisphénols, phtalates, parabènes, éthers de glycol, retardateurs de flamme bromés et composés perfluorés… Pour la première fois, Santé publique France a mesuré la présence de ces polluants dans l’organisme des enfants et des adultes, auprès d’un large échantillon représentatif de la population générale composée de 1104 enfants et 2503 adultes. Près de 70 biomarqueurs ont ainsi été étudiés. Cette étude a permis également d’identifier comment ces personnes ont été exposées à ces substances dont certaines sont des perturbateurs endocriniens ou des cancérigènes, avérés ou suspectés. (Ces premiers résultats seront suivis de deux autres volets sur les métaux et les pesticides.)

Les résultats

Ces résultats montrent que :

  • Ces polluants sont présents dans l’organisme de l’ensemble des adultes et des enfants.Ainsi, les bisphénols A, S et F ont été détectés dans la quasi-totalité des échantillons ; certains éthers de glycol comme le MAA ont été retrouvés dans 100% des échantillons ; le methyl parabène a été retrouvé dans 93% des échantillons, des composés perfluorés comme le PFOA ont également été retrouvés dans 100% des échantillons tout comme certains phtalates (DEP) ou retardateurs de flammes bromés( hexa BDE 153).
  • Des niveaux d’imprégnation plus élevés sont retrouvés chez les enfants.
  • L’alimentation est un facteur d’exposition mais d’autres existent comme l’utilisation de produits cosmétiques et de soins qui augmente les niveaux d’imprégnation des parabènes et des éthers de glycol. De même La fréquence de l’aération du logement a une influence sur les niveaux d’imprégnation des perfluorés et des retardateurs de flamme bromés

Générations Futures réagit :

«  Face à cette contamination ubiquitaire de nos organismes par des ‘polluants du quotidien’ dont beaucoup sont des perturbateurs endocriniens et/ou des cancérogènes Générations Futures appelle le gouvernement à réagir de manière forte. Il faut absolument faire disparaître cette exposition de la population à ces composés dangereux dans les meilleurs délais ! » déclare François Veillerette, Directeur de GénérationsFutures. « Face à ce constat implacable d’une contamination généralisée de la population par ces polluants – et particulièrement les jeunes enfants- le gouvernement ne peut pas se contenter de demi mesures. Il faut donc que les ambitions de la 2eme stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens* et du nouveau plan national santé environnement soient revues à la hausse pour faire de la disparition rapide des substances pointées par ces rapports de Santé publique France de notre environnement une priorité de santé publique absolue ! Nous demandons la mise en œuvre d’un plan d’urgence pour protéger les populations de ces polluants dangereux » ajoute t’il

*Cette dernière a semble-t-il enfin été présentée ce jour sans que les parties prenantes n’en aient été informées  en amont alors que notamment notre association a pris part aux différents groupes de travail et à la consultation publique. Voir ici

Contact presse : Nadine Lauverjat, Chargée de campagne victimes chez Générations Futures /nadine@generations-futures.fr

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share