Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Générations Futures réagit à l’étude de l’Anses sur les pesticides domestiques (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

L’Anses publie ce jour les résultats d’une enquête sur l’utilisation des pesticides domestiques. Ce rapport est basé sur une enquête conduite en 2014 et 2015. Génération Futures s’étonne de cette publication tardive. Néanmoins le rapport de l’Anses est intéressant car il montre une utilisation de pesticides domestiques par les ¾ de la population ! Au premier rang des produits utilisés : les insecticides ménagers. En 2013 Générations Futures avait publié un rapport montrant l’existence d’une large gamme d’insecticides disponibles à la vente pour le grand public. Nous avions souligné à l’époque le fait que beaucoup d’entre eux (environ 60%) étaient soupçonnés d’être des perturbateurs endocriniens. (voir notre rapport ici  )

Depuis cette époque le Règlement européen sur les biocides a bien imposé des critères d’exclusion pour les substances les plus dangereuses et impose une évaluation et une autorisation pour ces produits…mais le travail est lent et est seulement en train d’être terminé pour les insecticides à disposition des particuliers. De nombreuses substances suspectées d’être perturbatrices endocriniennes subsistent sur le marché…

L’Anses publie aujourd’hui un constat et donne quelques conseils sur les conditions d’utilisation, de stockage ou d’élimination.

« Si ce rapport constitue un premier pas il devra être rapidement complété par une meilleure évaluation des expositions et des risques réels. Mais surtout il faut que le gouvernement fasse preuve de cohérence et initie une politique volontariste de réduction de l’utilisation des pesticides domestiques et de promotion de leurs alternatives, car si l’agriculture dispose d’un plan de réduction de l’usage ( Ecophyto …un échec à ce jour malheureusement…) et si l’usage des pesticides de synthèse est interdit aux jardiniers amateurs (Loi Labbé) les pesticides utilisés dans la maison ne font l’objet d’aucune restriction, ce qui est totalement absurde ! Si nous voulons avoir un impact réel en terme de santé publique il faut mettre les choses en cohérence en initiant un tel plan de réduction drastique de l’utilisation des pesticides ménagers et de leur substitution. » déclare François Veillerette, Directeur de Générations Futures.

Contacts presse

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share