Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Accès aux soins : « Non, la coercition n’est toujours pas une solution ! », estiment l’ANEMF, l’ISNAR-IMG et REAGJIR (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Le 11 octobre 2019, la Direction Générale du Trésor a sorti un rapport proposant de “nouvelles mesures” pour améliorer l’accès aux soins. Sans surprise, celles-ci consistent en un conventionnement sélectif ou encore le repêchage d’étudiants contre une obligation d’installation en zones sous-denses. Idées déjà décriées et sur lesquelles les parlementaires ont déjà émis leurs doutes.

Les auteurs du rapport avancent que le Contrat d’Engagement de Service Public (CESP) serait un dispositif qui n’a pas fait ses preuves et proposent une mesure qui s’y apparenterait. Elle permettrait à certains étudiants non admis en deuxième année de poursuivre leurs études médicales à la condition d’exercer en zones sous-denses pendant dix ans. À l’aube des réformes des études de santé prônant l’orientation intelligente, ce genre de proposition est incompréhensible : il est prématuré et inadapté de se lancer dans de nouvelles mesures sans permettre aux précédentes de faire leurs preuves.

Sortons de ces fausses mesures proposées comme celle du conventionnement sélectif ! Elles ne contribueraient qu’à faire fuir les futurs et jeunes médecins de l’exercice libéral, pourtant un axe fondamental de la transformation de notre système de santé.

Alors les futurs et jeunes médecins le réaffirment toujours plus fort : oui, nous nous engageons et nous mobilisons sur les territoires pour l’accès aux soins.

Lire la suite du communiqué : Non, la coercition n’est toujours pas une solution !

> Contact
Roxane HELLANDSJÖ-PROST – Présidente de l’ANEMF – presidence@anemf.org
Marianne CINOT – Présidente de l’ISNAR-IMG – president@isnar-img.com
Laure DOMINJON– Présidente de ReAGJIR  – president@reagjir.fr 


PJ

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share