Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Compte provisoire de la protection sociale : un solde excédentaire qui se confirme en 2018 (Etude)

Imprimer la liste
Share

Pour la deuxième année consécutive, le solde de la protection sociale est excédentaire. Après +5,2 milliards d’euros en 2017, il est en nette amélioration en 2018 et s’établit à 11,1 milliards d’euros. Ce redressement résulte d’une évolution plus dynamique des ressources (+2,4 %) que des dépenses (+1,6 %). Le compte de la protection sociale recouvre un champ plus large que les comptes de la Sécurité sociale, aussi bien en termes de prestations servies que de régimes concourant au financement de la protection sociale.

D’après les résultats provisoires, le solde de la protection sociale poursuit son redressement en 2018 pour atteindre 11,1 milliards d’euros, après son retour à l’excédent de 2017 (+5,2 milliards d’euros). Les ressources de la protection sociale, bien qu’en léger ralentissement (+2,4 % après +2,8 % en 2017) restent en effet plus dynamiques que les dépenses, qui progressent de 1,6 %, à un rythme légèrement plus faible que l’année précédente (+1,8 % en 2017). En 2018, les dépenses de protection sociale s’élèvent à 787,1 milliards d’euros tandis que les ressources s’établissent à 798,3 milliards d’euros.

Les ressources de la protection sociale restent dynamiques en 2018, dans un contexte de poursuite de l’amélioration  du marché du travail. La bascule entre cotisations sociales et contribution sociale généralisée (CSG) mise en œuvre dans le cadre des mesures dites « en faveur du pouvoir d’achat des actifs » modifie la structure de ces ressources : la part des impôts et taxes affectés (Itaf) augmente ainsi de 24 % en 2017 à 26 % en 2018 tandis que celle des cotisations sociales baisse de 61 % en 2017 à 59 % en 2018.

Les prestations sociales (741,0 milliards d’euros) représentent 94 % des dépenses de protection sociale (31,5 % du PIB). Elles sont en hausse de 1,8 % par rapport à 2017. Représentant 45,8 % des prestations sociales, l’accélération des prestations vieillesse-survie (+2,4 % en 2018 après +1,7 % en 2017) portent le dynamisme des dépenses. Les dépenses de santé, elles, poursuivent leur hausse régulière (+2,1 %) tandis que les prestations famille ralentissent à nouveau (+0,3 % après +1,1 % en 2017). Les prestations de lutte contre la pauvreté ralentissement également mais de manière plus marquée (+2,4 % après +5,9 % en 2017), signe du contrecoup de la montée en charge de la prime d’activité en 2017. Les prestations liées à l’emploi connaissent une légère accélération (+0,6 % après +0,1 % en 2017). Enfin, les prestations logement sont en net recul du fait des réformes récentes (-7,2 % après +0,8 % en 2017).

Téléchargez l’étude complète « Compte provisoire de la protection sociale : le retour à l’excédent de 2017 s’amplifie en 2018 », Études et Résultats n°1131.

>Contact presse : Souphaphone Douangdara, drees-infos@sante.gouv.fr, 01 40 56 81 97

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share