Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Risques sanitaires : les Académies européennes de science et de médecine mettent en garde contre l’utilisation non réglementée de la médecine traditionnelle chinoise (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Les Académies européennes de science et de médecine préconisent un diagnostic et une thérapie fondés sur des preuves en réponse à l’inclusion par l’OMS de la médecine traditionnelle chinoise dans son cadre standard.

«Le fait que l’Organisation mondiale de la santé inclue un chapitre sur la médecine traditionnelle chinoise dans sa nouvelle Classification internationale des maladies ne peut pas être utilisé sans danger en l’absence de preuves solides», déclare le professeur Dan Larhammar, président de l’Académie royale des sciences de Suède et président. du groupe d’experts des académies.

EASAC et FEAM exhortent les législateurs européens à protéger la santé des citoyens européens. Dans une déclaration publiée aujourd’hui, les deux organisations réagissent à la démarche de l’OMS et demandent une révision du cadre réglementaire européen existant afin de s’assurer que la médecine traditionnelle chinoise respecte les mêmes normes de preuve et de preuve que la médecine conventionnelle.

«Il y a eu des exemples dans lesquels une médecine chinoise traditionnelle a fait l’objet d’investigations précliniques approfondies et que des essais cliniques rigoureux ont prouvé son efficacité pour la santé – par exemple traitement à l’artémisinine contre le paludisme », déclare le professeur Larhammar. «Il existe peut-être davantage de pistes de diagnostic et d’avantages thérapeutiques à découvrir, mais cela ne signifie nullement que d’autres revendications puissent être acceptées sans discernement.»

Risque de maladies graves traitées de manière inefficace

«L’OMS n’a peut-être pas l’intention de légitimer et d’encourager l’utilisation de la médecine traditionnelle chinoise sans disposer de preuves suffisantes. Mais l’inclusion dans le nouveau code de diagnostic encouragera les promoteurs à faire pression pour que le marché soit utilisé », explique le professeur van der Meer, ancien président de l’EASAC et l’un des experts. «Il y a des intérêts financiers importants en jeu». Les scientifiques préviennent que les patients ne sauront plus quel diagnostic est approprié ni quel traitement est efficace.

L’intérêt accru des patients pourrait créer une pression supplémentaire sur les services de santé publique. « Mais pire encore », prévient le professeur van der Meer, « certaines médecines traditionnelles chinoises peuvent avoir des effets secondaires graves et des interactions avec d’autres traitements. De plus, les patients peuvent être exposés au risque de traitement inefficace des maladies graves et de retarder les procédures médicales conventionnelles ».

EASAC et FEAM recommandent aux législateurs européens de revoir la directive de l’Union européenne sur les produits médicaux à base de plantes et conseillent de réexaminer les réglementations nationales et les exigences en matière d’étiquetage. «En l’absence de preuves scientifiques solides, aucun produit médical ni procédure médicale – qu’il soit chinois, européen ou autre – ne devrait être approuvé, enregistrable ou remboursable», conclut le professeur George Griffin, président de FEAM et membre du groupe d’experts.

Le journal scientifique de médecine interne a publié un commentaire basé sur la déclaration de l’EASAC-FEAM et intitulé «Mondialisation de la médecine traditionnelle chinoise: quels problèmes pour assurer un diagnostic et un traitement reposant sur des preuves?». Il est disponible ici.

À propos du Conseil consultatif scientifique des académies européennes (EASAC)
EASAC est formé par les académies scientifiques nationales des États membres de l’UE, de la Norvège et de la Suisse, qui collaborent pour conseiller les décideurs européens. EASAC fournit un moyen de faire entendre la voix collective de la science européenne. A travers EASAC, les académies travaillent ensemble pour fournir des conseils indépendants, basés sur des preuves et basés sur des preuves scientifiques concernant les aspects scientifiques des politiques européennes, à ceux qui élaborent ou influencent les politiques au sein des institutions européennes.
www.easac.eu

À propos de la Fédération des académies européennes de médecine (FEAM)
La Fédération des académies européennes de médecine (FEAM) regroupe les académies de médecine, les sections médicales des académies des sciences et des académies de pharmacie. La FEAM encourage la coopération entre les académies nationales et fournit une plate-forme permettant de formuler leur voix collective sur des questions relatives à la médecine, à la santé et à la recherche biomédicale revêtant une dimension européenne. Sa mission est d’étendre aux autorités européennes le rôle consultatif que les académies nationales exercent dans leurs propres pays sur ces questions.
www.feam.eu

Contacts presse :

Mme Sabine Froning
Chargée de communication de l’EASAC
(Travaux de communication – Banek, Froning, Reise GmbH)
Email: sabine.froning@easac.eu

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share