Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

3ème édition de l’Observatoire sociétal FHP-Viavoice (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

La troisième édition de l’Observatoire sociétal FHP- Viavoice fait apparaître une confiance des Français envers les acteurs de santé, professionnels comme établissements, encore en augmentation par rapport à l’édition 2018. Dans un contexte sociétal de défiance généralisée, les acteurs de santé occupent les premières places de la confiance, vus comme étant des « protecteurs », défenseurs de l’intérêt général.

Ainsi, la cote de confiance se révèle particulièrement élevée pour les professionnels de santé (91%), les hôpitaux et cliniques privés (83%) et les hôpitaux publics (82%).

73 % des Français se déclarent « pessimistes » sur l’évolution du système de santé, et 62% sont plutôt pessimistes sur la manière dont ils seront soignés à l’avenir. Ce pessimisme est en résonance avec les mots prioritairement négatifs qui caractérisent l’état d’esprit personnel et actuel des Français, tels que « désillusion », « lassitude » ou encore « fatigue morale ».

Trois raisons principales à ce pessimisme : le constat que les professionnels de santé sont en souffrance (61%), la persistance des « déserts médicaux » (59%), et l’insuffisance des moyens financiers alloués au système de santé (57%).

Pour remédier à cette situation, les Français considèrent en priorité, à 88 %, que les pouvoirs publics doivent « davantage soutenir les professionnels et les établissements de santé de tous statuts ». Ils accordent beaucoup d’importance à la notion de proximité, et estiment qu’il faut donner davantage de « liberté d’action et d’initiative » à celles et ceux qui soignent sur le terrain (85 %).

Dans ce contexte, l’hospitalisation privée incarne pour 67% des Français une voie légitime pour la pérennité du système de santé et l’équilibre de l’offre de soin.

L’Observatoire FHP-Viavoice traduit un autre enseignement à travers sa cartographie de quatre groupes sociaux qui traduisent une « balkanisation française » : les « Optimistes », les « Epuisés », les « Abandonnés » et les « Fatalistes ». Alors que les sujets d’opposition entre ces groupes sont le plus souvent frontaux, les acteurs de santé ne suscitent pas de jugements vraiment différenciés : ils apparaissent pour tous comme un socle de confiance fédérateur pour l’avenir, même chez les publics les plus désenchantés.

Enfin, 69% des Français accorderont une importance particulière aux propositions des candidats aux élections municipales en matière de santé.

« La confiance que témoignent les Français aux acteurs de santé, leur intérêt pour ces sujets, est une fierté, qui nous conforte dans nos missions au service de public », estime Lamine Gharbi, le président de la FHP. « Dans un pays en proie à un malaise social profond, les valeurs du collectif, l’intérêt général, le soin et la protection, sont plébiscités. Mais les Français manifestent de l’inquiétude quant à la fragilisation du système de santé et demandent que nous soyons soutenus à la hauteur de nos missions, tous statuts confondus. Enfin, la santé apparait comme l’un des rares socles fédérateurs dans notre société de plus en plus fragmentée. C’est une grande responsabilité, nous devons tous disposer des moyens d’y répondre ».

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share