Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Réforme des retraites : « les professionnels de santé aux oubliettes ? » (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Malgré plusieurs semaines de mobilisations, le gouvernement persiste à ne pas entendre les revendications des professionnels de santé concernant le projet de réforme des retraites.
Alors qu’il semblerait que certaines professions soient entendues sur la pénibilité de leur exercice, les soignants, eux, passent aux oubliettes.

Nos professions ne seraient pas pénibles ? Les contraintes supportées 7j/7, 365j/an (366 pour cette année) ne justifieraient pas à elles seules un départ en retraite anticipé à taux plein ?

Est-ce parce que la fameuse nécessité de continuité de services et les assignations (souvent au-delà de l’effectif minimum requis) rendent indolores les mobilisations et ne dérangent personne que le gouvernement fait la sourde oreille et ne répond pas aux professionnels ?

Pourtant dans le projet un certain nombre de points sont inacceptables et le Syndicat CNI ne laissera pas de telles aberrations se produire sans se battre.

La disparition de la catégorie active pour les agents de catégorie B et C alors même que nous réclamons, que les paramédicaux de catégorie A puissent légitimement en bénéficier, est inadmissible.

La catégorie active est la seule reconnaissance de la pénibilité dont bénéficient les professionnels de santé de la FPH.

Nous demandons par ailleurs une réelle reconnaissance de cette pénibilité avec une bonification au 1/5ème pour tous les professionnels soumis à des horaires atypiques.

La modification du calcul des pensions, non plus sur les six derniers mois de la carrière mais sur l’intégralité de celle-ci, entraînerait une perte significative du montant des pensions. Cette mesure serait particulièrement préjudiciable aux agents, qu’ils soient du secteur public ou du secteur privé (calculés eux sur les 25 meilleures années).

Nous demandons également une revalorisation salariale de tous les professionnels de santé, correspondant à leurs niveaux de responsabilités et de compétences et permettant l’octroi d’une pension de retraite acceptable.

Envisager de repousser de 5 à 7 ans l’âge de départ en retraite à taux plein et pousser les limites de l’épuisement professionnel au-delà du raisonnable c’est mettre en danger et placer en insécurité les soignants mais aussi les patients.

Dans les établissements de santé, ce sont des humains qui prennent soin d’autres humains. Pour le bien et la sécurité de tous, il est impératif que le gouvernement ne l’oublie pas et modifie au plus vite son dossier !

Contact : Céline LAVILLE – Présidente – presidencenationalecni@gmail.com

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share