Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

L’ARS Ile-de-France dévoile les lauréats des solutions numériques innovantes pour la santé (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

L’ARS Île-de-France soutient la mise en œuvre de trois solutions numériques innovantes pour améliorer le service aux usagers du système de santé. Elle accompagne la concrétisation de trois idées sélectionnées lors de l’appel à innovateurs lancé en mai 2019. Leurs porteurs sont des acteurs franciliens du système de santé qui bénéficieront d’un accompagnement dans le développement numérique de leurs solutions avec l’appui des équipes de l’incubateur des ministères sociaux.

En mai dernier l’ARS Île-de-France a lancé un appel à innovateurs pour faire émerger des solutions simples pour améliorer le service rendu aux usagers et faire tomber des obstacles du quotidien en s’appuyant sur les outils numériques. Destiné à tous les acteurs franciliens du système de santé et médico-social, l’appel à innovateurs a rencontré un franc succès avec 155 projets reçus. 10 ont été accompagnés cet été pendant une phase intermédiaire de pré-incubation visant à en étudier la pertinence et la faisabilité. 3 projets retenus pour la phase d’incubation

A l’issue de la phase de pré-incubation un jury composé de représentants de l’ARS, de la Conférence régionale de la Santé et de l’Autonomie (CRSA) Île-de-France et de beta.gouv.fr a retenu trois projets sur la base de critères liés à l’impact du problème de politique publique visé, l’orientation de la solution vers l’usager, la taille de la population visée par la solution, sa réplicabilité au niveau national et la capacité du porteur à porter le projet.

En effet, le développement des solutions numériques pendant la phase d’incubation repose sur le principe d’intrapreunariat, c’est-à-dire que les porteurs, sont dégagés de leurs tâches habituelles, tout en conservant les mêmes modalités de rémunération. Pendant les six mois d’incubation les intrapreneurs, qui sont tous des acteurs de terrain, travailleront avec une équipe dédiée et autonome de développeurs, coachs et designers constituant une start-up d’Etat.

Les 3 projets sélectionnés

Ø  Accès à l’IVG pour toutes

o   Porteurs : Dr Anne-Elisabeth MAZEL et Loubna SLAMTI – Association REVHO (Réseau entre la ville et l’hôpital pour l’orthogénie), 75 006 Paris

o   Thématique : accès à l’IVG

o   Problème ciblé : Seules 4 femmes sur 10 déclarent avoir choisi leur méthode d’IVG et ce par manque de connaissance et de compréhension des différentes méthodes. Par ailleurs, il persiste une grande difficulté à trouver un praticien ou une structure adaptée près de chez elles

o   Solution numérique proposée : Refonte totale d’IVGlesadresses.org, qui proposera notamment aux femmes souhaitant avorter de savoir à quelles méthodes d’IVG elles sont éligibles, un système de géolocalisation des structures autour d’elles, des informations en plusieurs langues sur les différentes méthodes, et une actualisation de l’offre d’IVG disponible tout au long de l’année

Ø  CAPACITee

o   Porteur : Dr Géraldine TALBOT – Association CAPAssCité – CSAPA RABELAIS, 93 100 Montreuil

o   Thématique : addictologie – alcoolisme

o   Problème ciblé : difficulté pour un patient de rentrer dans un programme de prise en charge en liant notamment avec  le délai d’accès au premier RDV, le temps nécessaire pour s’approprier le diagnostic, le sentiment de ne pas être acteur du parcours de soin qui leur est proposé

o   Solution numérique proposée : Aider les personnes souffrant de dépendance à l’alcool à prendre conscience de leur trouble et à entrer dans un programme de prise en charge. Le projet comprend deux volets distincts avec d’une part, la création d’une solution numérique (offrant un autotest, un carnet de suivi de consommation), d’autre part, la réorganisation du travail du CSAPA afin de diminuer drastiquement les délais d’attente entre une demande de prise en charge par un patient et un premier contact avec un professionnel de l’addiction. Ces deux pans tendent à accélérer la prise de conscience du trouble et à renforcer l’autonomie du patient dans son parcours.

Ø  MonSuiviPsy

o   Porteur : Dr. Lya Pedron – EPS Barthélemy Durand, 91 152 Etampes

o   Thématique : premiers épisodes psychotiques chez les jeunes

o   Problème ciblé : difficulté des patients à donner à leurs psychiatres une vision fidèle de l’évolution de leurs symptômes et effets secondaires au cours du temps (entre deux consultations)

o   Solution numérique : Plateforme dédiée aux patients présentant des troubles psychiatriques leur donnant la possibilité de suivre quotidiennement l’évolution de leurs symptômes (humeur, pensées délirantes, sommeil, effets indésirables liés aux traitements, etc.) entre deux consultations pour faciliter l’identification du bon traitement. Les items à suivre seront sélectionnés conjointement entre le patient et le soignant en fonction du cas.

Un mode de conception de services numériques, plus simple, plus agile et en proximité avec les usagers

La méthode startup d’Etat portée par l’incubateur des ministères sociaux s’inspire du mode de fonctionnement des start-ups privées en s’attachant à développer des solutions à des problèmes de politique publique avec une approche incrémentale. Les solutions sont testées rapidement auprès de premiers utilisateurs puis améliorées et déployées largement si les premiers retours sont positifs. En combinant intrapreunariat et test rapide, l’usager (qu’il soit professionnel ou utilisateur final) est placé au centre de la conception de nouveaux services numériques.

Cette démarche s’inscrit dans la continuité des préconisations du rapport co-rédigé par Annelore COURY et Dominique PON dans le cadre des travaux préparatoires du volet numérique de Ma santé 2022 qui indiquait la nécessité de « recentrer la puissance publique sur le développement et le déploiement effectif d’outils de premier niveau standardisés afin de permettre à l’ensemble des acteurs de l’écosystème d’innover et de développer des services à forte valeur ajoutée pour l’usager et les professionnels de santé ».

Les projets ayant fait la preuve de leur impact à l’issue de la phase d’incubation de six mois pourront recevoir des moyens supplémentaires pour accompagner le déploiement à plus grande échelle de la solution développée.

>Contact presse : Esther THIRY, Chargée de communication et relations presse, Tél 01.44.02.02.49, Esther.THIRY@ars.sante.fr

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share