Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

« COVID-19 : les infirmières libérales sont prêtes à soigner, mais pas dans n’importe quelles conditions ! » (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

« Dans le contexte actuel de pandémie à coronavirus, les infirmières libérales commencent à être sollicitées par les Cpam (Caisses primaires d’assurance maladie) afin d’assurer la prise en charge de patients atteints.

S’il s’agit d’une mission de soins, de surcroît en situation de crise et si les infirmières sont prêtes à se mobiliser, elles ne le feront pas dans n’importe quelles conditions.

D’abord, il y a lieu de rappeler qu’elles souffrent d’un manque de matériel.

Ainsi, pour travailler dans des conditions optimales de sécurité, elles demandent en quantités suffisantes et renouvelables facilement dans des lieux de proximité comme les officines de ville :

– des masques FFP1 et FFP2,
– des surblouses et combinaisons de protection,
– des lunettes anti projections,
– des gants à usage unique,
– des charlottes,
– du gel hydroalcoolique et des lingettes désinfectantes pour l’instrumentation et les surfaces,
– divers conditionnements pour l’élimination des DASRI (déchets d’activités de soins à risque infectieux) produits dans ce cadre-là.

Par ailleurs, elles ne sauraient supporter le coût financier d’un service rendu qui dépassera largement les actes habituellement pris en charge par leur nomenclature.

Elles demandent donc :

– une majoration de 50€ par passage, qui s’ajoutera à la cotation habituelle des actes,
– la suspension de la décote au-delà de 3 actes par passage ( pour les actes effectués au cours d’une même séance qui devront être rémunérés),
– la défiscalisation complète de cette rémunération exonérée de charges sociales,
– la prise en charge du coût de l’élimination des DASRI.

En outre, les dispositions retenues par les Pouvoirs publics concernant la prise en charge des indemnités journalières des professionnelles malades ou confinées sont largement insuffisantes.

L’Onsil demande expressément la non distinction de ces 2 situations avec :

– une indemnité calculée sur le chiffre d’affaire dès réception du relevé SNIR 2019 (relevé d’honoraires annuel inter régimes), afin de pouvoir subvenir aux frais fixes de leurs cabinets,
– aucun délai de carence quelle que soit la situation,
– une défiscalisation et l’absence de charges sociales.

Lire la suite du communiqué de l’Onsil sur le Coronavirus COVID-19 

PJ

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share