Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Épidémie du COVID-19 : « réminiscence dans nos vies de séropos et accélération de la mort annoncée du tissu associatif Sida » (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

« À l’heure où l’épidémie de Covid-2019 sévit en France, près de 40 174 cas sont confirmés avec 19 354 personnes hospitalisées (+ 2599 en 24h), 4632 cas graves hospitalisés en réanimation (+ 359 en 24h), 2 606 décès à l’hôpital (+ 292 en 24h) [point épidémiologique du 29 mars 2020], l’association Les ActupienNEs et les séropos de longue date sont comme contraintEs de voir se ranimer en leur mémoire des moments saillants et intimes de l’épidémie de Sida qui a imprégné leurs corps à vie.

Les médias, certains médecins et le grand public voudraient nous prendre à comparer ces deux émergences d’épidémies, mais ceci est impossible, tant le Sida n’a pas été pris en considération par les gouvernements de l’époque et tant le Sida était réservé aux rebuts de la société et emprunts aux tabous.

Nous enrageons à voir qu’avec le Covid-19, ce gouvernement et ses prédécesseurs réitèrent la même erreurde ne pas donner accès aux moyens de prévention. Des masques devraient être distribués aux cas contacts à minima et au personnel soignant et le dépistage devrait être généralisé. Le gouvernement le sait, mais pour des économies sur le dos de la santé, les provisions n’ont pas été faites ces dernières années. Les centres hospitaliers se retrouvent dans une compétition à qui criera le plus fort pour obtenir le restant de masques et de dépistages.

Actuellement la capacité de dépistage est de 5 000 par jour, le gouvernement va permettre une capacité de 10 000 par jour rapidement, mais ce sera insuffisant pour contenir la propagation. Est-ce que les soignantEs envoyéEs au casse-pipe sans masques seront la prochaine affaire du sang contaminé ? L’acharnement à démanteler l’hôpital public est un crime de guerre, puisque nous sommes « en guerre » selon le président Macron.

Nous enrageons car une contradiction traverse déjà le tissu de la lutte contre le Sida : les séropos ne seraient pas plus à risque que la population générale « mais en même temps » les autorités sanitaires disent : « Mettez-vous, Vous Séropos, en arrêt maladie d’office! [i] ».

Que risquons-nous ? Sommes-nous plus vulnérables ? Personne n’a les réponses à ces questions. Et qu’en est-il des nombreuxSES séropos qui vivent avec des pathologies associées (nommées funestement « comorbidités ») ?

Dans nos têtes, les réminiscences de l’épidémie de sida suscitées nous évoquent écœurements sur l’état de la lutte contre le Sida d’aujourd’hui :

  • On ne guérit toujours pas du sida, contrairement au Covid-19 et cela sans gravité dans la majeure partie des cas ;
  • Les difficultés sociales, économiques et affectives des séropos sont restées les mêmes[ii];
  • Les malades ont été dépossédéEs de leurs associations par la professionnalisation du secteur et sur fond d’obsession de la différence où les minorités sont hiérarchisées et instrumentalisées ;
  • Les salariéEs du monde associatif et sanitaire Sida ne font que de la prévention et n’accompagnent plus les séropos, les laissant de côté dans des situations sociales complexes, la PrEP et les TROD résoudraient tout ;
  • La maladie serait devenue chronique, dans le seul but de dédramatiser l’impact du VIH sur une vie et avoir une approche positive du dépistage, alors que le taux des comorbidités chez nous est dramatiquement supérieur à la population générale ;
  • Le suivi en ville par nos médecins traitant n’est pas préparé, les formations qui devraient être initiées par les CoREVIH sont inexistantes ou peu attractives ;
  • Et tant d’autres choses…

Le grand public comme l’État n’accordent déjà plus grand intérêt au Sida, la coupe des subventions, et l’engrenage des objectifs fixés par les Agences Régionales de Santé sont là pour le démontrer. Les associations sont devenues des prestataires de service de l’Etat et non plus relais des vécus des séropos. L’atrocité du Covid-19 effacera un peu plus vite le Sida et ses 6 000 contaminations annuelles devenues normales ou encore « acceptables ». Tant de revendications de longue date ne verront sûrement jamais le jour : échange de seringue en prison, fin de la pénalisation des clients du travail du sexe, accès aux soins sans restriction aux étrangerEs, notification formalisée au partenaire, contrôle des pratiques de l’industrie pharmaceutique par l’État, etc.

Même une fois l’associatif Sida mort, les séropos, ceux/celles qui vivent avec, continueront à revendiquer pour leurs droits.

NOUS, LES ACTUPIENNES, CONTINUERONT À LUTTER POUR NOS DROITS !

Nous sommes solidaires des personnes affectées par le Covid-19 et leur souhaitons du courage pour faire face aux rejets et idées reçues qui commencent à être véhiculées autour de ce virus. Rejets que nous, séropos, ne connaissons que trop bien. Nous conseillons aux séropos de rester à leur domicile, d’obtenir un arrêt de travail s’ils sont contraints à poursuivre leur activité.

Patientons, chez nous et ce, avec la résilience acquise depuis toutes ces années d’épidémie(s) ! »

[i] Cependant, le Haut Conseil à la Santé Publique insère les personnes avec une immunodépression infectées par le VIH parmi les personnes dont l’état de santé conduit à les considérer comme présentant un risque de développer une forme sévère de la maladie Covid-19. Il faudra attendre le triste bilan de cette épidémie dans 6, 8, 12 mois.

[ii] https://lesactupiennes.fr/campagne-1er-decembre-2018

Contacts presse :
Mikaël ZENOUDA – Pôle Prévention coordination@lesactupiennes.fr
Rémy HAMAI – Porte-Parole porte-parole@lesactupiennes.fr
Christophe MATHIAS – Pôle Vivre avec vivreavec@lesactupiennes.fr

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share