Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Les étudiants puériculteurs dénoncent la gestion hétérogène des stages selon les instituts et leur prise en charge (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

« L’ANPDE, par la voix de sa commission étudiante alerte sur les conditions des étudiants puériculteurs et sur la multiplication des initiatives hors du cadre de l’arrêté du 28 mars 2020 « portant diverses dispositions relatives à l’indemnisation des professionnels de santé en exercice, retraités ou en cours de formation réquisitionnés dans le cadre de l’épidémie covid-19 ». Si les étudiants puériculteurs apportent leur soutien légitime, in situ, à la gestion de la crise sanitaire Covid 19, ils regrettent et dénoncent des organisations très hétérogènes selon les instituts de formation et les établissements. Ils appellent chacun au respect des décrets et instructions, relatifsaux étudiants en santé dans la gestion de la crise. La commission étudiante reçoit de plus en plus detémoignages d’étudiants en difficultés.

Les étudiants puériculteurs sont avant tout des Infirmiers Diplômés d’Etat ou sage-femme, qui poursuivent une formation spécifique destinée à les spécialiser à la santé de l’enfant de 0 à 18 ans. Ils sont des professionnels de santé et sont naturellement appelés en renfort et en soutien des personnels soignants.

Cependant, des mesures sont prises par les instituts de formation de manière disparate, soulevant le problème d’égalité entre les étudiants des différentes écoles et notamment pour la suite de la formation.

En effet, certains instituts ont choisi de réquisitionner les étudiants dans les établissements de santé sans convention/contrat alors que l’instruction relative aux aménagements des modalités de formation du 18 mars 2020 rappelle pour les réquisitions : « Ils seront assimilés dans le cadre de ces réquisitions à des collaborateurs occasionnels du service public et indemnisés directement par la CNAM ». Est abordé également le cas des vacations :  » Des vacations en soins infirmiers peuvent être proposées aux étudiants des formations spécialisées (IBODE, IADE, IPA, PUER, Cadres de Santé infirmier). Un contrat de vacation signé par l’étudiant et l’établissement employeur couvre alors l’étudiant qui devient salarié et donc rémunéré à ce titre par son employeur. »

Des étudiants interpellent la commission étudiante de l’ANPDE à travers de nombreux témoignages.

Des étudiants sans contrat et parfois menacés de voir leur formation prolongée de 2 mois s’ils ne se portent pas bénévoles pour aider les services de soins : « A notre retour de stage, il nous est demandé d’aller aider les professionnels de santé face à la crise sanitaire et de trouver des hôpitaux pour nous accueillir en tant qu’infirmiers bénévoles « stagiaires ». [ … ] notre école prend le soin d’ajouter qu’en cas d’absence à ce « stage », la fin de notre formation serait reportée de deux mois.[ …] Ce qu’il faut savoir, c’est que certains étudiants ont été désignés pour garder les enfants des soignants à l’institut de formation. Ces étudiants sont donc eux, épargnés de toutes recherches d’un établissement souhaitant les accueillir et ainsi ne pas prolonger leur formation.  »

De nouveau, les étudiants puériculteurs ne souhaitent pas se soustraire au soutien nécessaire à apporter à l’ensemble du personnel soignant pour garantir une continuité des soins, mais dénoncent les inégalités entre les étudiants qui doivent continuer à suivre les cours théoriques via une plateforme informatique et rédiger leur travail de fin d’année en même temps (mémoire).

Dans certains instituts de formation la situation est encore plus floue ! Des maquettes de stages sont modifiées et deviennent un mélange de stage et de réquisition !  » Nous devons réaliser 60% de notretemps de stage à la crèche et ensuite nous pouvons être attribué à n’importe quel service de pédiatrie 40% [ … ] nous avons été informés qu’on allait effectuer les tâches d’auxiliaires ».

Ce que dit l’instruction du 18 mars 2020 ! « Les maquettes pédagogiques peuvent être modifiées et un positionnement anticipé d’une période de stage pour ces mêmes étudiants est également possible. Afin de ne pas pénaliser l’étudiant dans la poursuite et la validation de sa formation, il est préconisé d’adapter le plus possible le parcours de stage à la situation présente ». Des instituts de formation ne semblent pas ouverts à la discussion sur les maquettes avec les étudiants « nous sommes 14 étudiantes nous voyant refuser la réalisation des 5 typologies de stage à effectuer. [ …] Je demande donc à ma formatrice référente si : puisque je vais à la crèche pour ce stage, est-ce que je pourrais aller à la PMI au lieu de retourner à la crèche une nouvelle fois et cette dernière me répond que non, qu’elles ne peuvent pas modifier les lignes de stage ».

Une problématique de sécurité des étudiants et de légalité contractuelle – « Nous sommes en poste et certains d’entre nous sommes réquisitionnés en réanimation adulte, sans formation, sans encadrement » quant aux statuts ou contrats « Nous pensions que la situation était réglée car il nous a été assuré être engagés comme infirmiers et que nous signerons un contrat rapidement, quand les Ressources Humaines seront disponibles. Finalement, ils sont revenus sur leurs décisions. A ce jour, nous ne connaissons toujours pas notre réel statut « .

La commission étudiante rappelle, à chacun, l’instruction relative aux aménagements des modalités de formation pour les étudiants en santé  » Il convient de s’assurer qu’ils se sont appropriés ces règles de protection ou qu’une formation soit effectuée par leurs encadrants dans le cas contraire.  »

Qu’il s’agisse de la rémunération inexistante des étudiants, de l’équité des formations et des diplômes, des contrats ou conventions indéfinis, du respect des conditions de travail des infirmiers étudiants qu’ils soient réquisitionnés, ou désignés… La commission étudiante de l’ANPDE demande qu’un statut particulier des infirmiers diplômés étudiants soit inscrit dans les textes actuels afin de clarifier les situations de soins parfois dangereuses pour les soignants non formés.

A propos de l’ANPDE

Créée en 1949, l’Association Nationale des Puéricultrices(teurs) Diplômé(e)s et des Etudiants (ANPDE) est l’unique association qui défend et rassemble les professionnels de la spécialité de puéricultrice. Forte de ses 2000 adhérents, elle vise à promouvoir une politique de santé ambitieuse pour les quelque 13 millions d’enfants, et à défendre leur intérêt et celui de leur famille. Elle représente les 20 000 professionnels diplômés de la spécialité et les étudiants dans les instances officielles permettant ainsi l’évolution de la profession et la reconnaissance de la plus-value de la puéricultrice. L’ANPDE contribue, en outre, au développement professionnel en organisant des formations DPC et un congrès annuel de haute valeur scientifique.

www.anpde.asso.fr

Agathe Lemarchand
Responsable Commission Etudiante
a.lemarchand@anpde.asso.fr

Sébastien Devillers – Aurasi Communication
sdevil@aurasicommunication.com

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share