Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

« Après le confinement, nous allons régler les comptes ! » (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

« La fédération SUD Santé Sociaux propose un cadre revendicatif de mobilisation quis’inscrit dans l’urgence de la situation et la préparation d’une mobilisation de masseindispensable qui aurait pour objectif d’unir tous ceux qui veulent rompre avec le monde d’avant et avec ceux qui en sont responsables.

Il Y A URGENCE : de protéger les professionnel-les de la santé, de l’action sociale et du médico-social ainsi que toute la population face à la pandémie. Le confinement est indispensable mais ne résout rien, il ne permet qued’écraser la courbe pour éviter un trop grand encombrement des urgences. Et encore, rappelons que les personnes malades accueillies en EHPAD n’ont que très exceptionnellement été adressées aux urgences hospitalières ce qui explique le très grand nombre de décès en EHPAD.

De la même manière, une sortie progressive du confinement nécessite un renforcement des mesures de protection pour toute la population et des moyens en nombre et qualité suffisants en équipements de protection, de médicaments, de matériels médicaux, de tests systématiques et la garantie pour l’ensemblede la population de ne pas être exposé à une trop forte concentration de population, notamment dans les lieux de travail ou pour s’y rendre, qui favoriserait la circulation du Virus.

• Tous les professionnel-les de santé et d’action sociale intervenant en établissement ou à domicile doivent bénéficier de tout l’équipement nécessaire (Masques, Gel, Blouses et sur-blouses, coiffes et lunettes) et immédiatement être testés pour protéger leur propre santé et éviter qu’ils propagent le virus aux patients ouà leur famille.

• Pour que le confinement et sa sortie progressive fonctionnent il faut tester tous les patient-es des hôpitaux, des EHPAD, des structures sociales et les patient-es pris en charge à domicile et confiner.

• L’objectif est bien le plus rapidement possible de faire ce qui aurait dû être fait depuis le début de l’épidémieen France: tester et équiper de masques la totalité de la population, pour pouvoir traiter lorsque les médicaments seront disponibles.

LES POLITIQUES PUBLIQUES DE LONG TERME : la nécessité de la réinvention d’un système de santé, d’actionsociale et de sécurité sociale complet, pour satisfaire aux besoins urgents de la population.

• La pandémie a démontré qu’un tel système doit échapper à une gestion privée de type capitalistique de lasanté de la population. La main invisible du marché, a comme nous le savions déjà, fait totalement faillite. Pasun euro, d’argent public ne doit venir enrichir, les hôpitaux et EHPAD privés lucratifs, les trusts pharmaceutiques, les assurances privées.

L’ensemble des établissements de santé privés, lucratifs et non lucratifs, doit être socialisé.

•Ce système complet doit être totalement démocratique, accessible à toute la population, sans barrièrefinancière. Il suppose de reconquérir nos droits, d’abolir toute forme de franchise médicale. Il suppose un contrôle populaire sur ce qui garantit nos vies et notre avenir. Sa gestion doit être socialisée, en s’inspirant dumodèle de celle de la Sécurité Sociale de 1945, à laquelle elle doit être liée. Elle est assurée par les représentant-es des travailleuses et travailleurs, et ceux des usager-es. Les travailleur-es des établissements de Santé doivent être décisionnaires dans la gestion de leurs établissements et l’élaboration de leursconditions de travail.

• Une telle ambition suppose aussi de rompre avec les traités Européens, les règles de Maastricht, le pacte destabilité budgétaire, et l’austérité sans fin qu’on nous impose au nom d’une dette qui n’est pas la nôtre.

• Elle suppose de revenir sur la destruction en cours de la sécurité sociale et sur l’ensemble des mesures qui ont contribué à l’affaiblir. La sécu doit retrouver son unicité, renouer avec l’élection de ses dirigeant-es,garantir la continuité du salaire et des moyens convenables d’existence quelle que soit la situation : maladie,accident, chômage, handicap, formation.

• Enfin la pandémie l’a démontré les virus se moquent des frontières. Il faut inventer une nouvelle forme de collaboration internationale en construisant un pôle public français du médicament, associé à une agence internationale du médicament qui échappe aux scandaleux brevets, et qui pourrait être la première pierred’une sécurité sociale sans barrière (notamment financière) et sans frontières.

SUR LA NÉCESSAIRE MOBILISATION : nous considérons qu’au-delà de nos activités pétitionnaires, il y a d’oreset déjà lieu de poser les échéances de mobilisation.

Nous sommes co-organisateur d’une manifestation à Bruxelles le 13 septembre prochain, avec le collectif belge « la santé en lutte »

Nous espérons qu’au-delà de l’activité pétitionnaire se développe une campagne revendicative, associantsyndicats, associations et organisations démocratiques du mouvement social…

INFO PRATIQUE: La date prévue de la manifestation n’est pas encore connue. En effet, les précautions sanitaires doivent être prioritaires.

Nous prévoyons la mobilisation uniquement dans le cadre d’un retour à une situation sanitaire ‘normalisée’.

Organisé par : La santé en lutte, CADTM, Gang des Vieux en colère, Agir pour la Paix, Campagne ROSA, Réseau ADES, Students For Climate, CGSP ACOD – siamu dbdmh, CGSP ACOD ALR LRB, Femmes et Santé, CIUM, Actrices & Acteurs des temps présents, Jeunes FGTB, Fédération des maisons médicales, Fédération SUD Santé Sociaux, Jeunes Organisés et Combatifs – JOC, Iww Belgium, Collecti.e.f 8 maars

Tenez-vous prêt·e·s !
Dès que possible, nous sortons ! »

Fédération SUD Santé-Sociaux : contact@sudsantesociaux.org

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share