Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

De nombreux dispositifs mis en œuvre pour réduire la pression sur l’hôpital de Cayenne (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Le confinement précoce et les mesures de protection du territoire ont permis de retarder de trois mois la survenue de l’épidémie, par rapport à l’Hexagone. Ce temps a été mis à profit pour imaginer et mettre en œuvre plusieurs dispositifs qui permettent aujourd’hui à l’hôpital de Cayenne d’accueillir chaque jour un nombre croissant de patients. Ce travail implique les établissements de santé public, le secteur privé, les acteurs du médico-social, la Sécurité civile, les Antilles, les renforts de Guyane et de l’Hexagone…

♦ Cellule de crise quotidienne à l’hôpital. Depuis lundi, le CHC se réunit chaque jour en cellule de crise. Quinze à vingt soignants et responsables administratifs font le point sur la montée en charge de l’hôpital, les évacuations sanitaires, les approvisionnements, les tests… Un directeur médical de crise (DMC) a été désigné en la personne du Pr Félix Djossou, chef du service des maladies infectieuses (Umit) et président de la commission médicale d’établissement (CME). Sébastien Firroloni, directeur de l’offre de soins, représente l’ARS.

♦ Vingt, puis 73, puis 95 lits Covid pour les premiers paliers.

Comme des poupées russes, le CHC a organisé plusieurs paliers de montée en charge pour faire face à l’augmentation du nombre de patients hospitalisés. L’Unité des maladies infectieuses et tropicales (Umit) est passée de 20 à 26 lits. D’autres unités accueillent depuis plusieurs jours des patients Covid-19 : 33 lits de l’ex-médecine A et du service de médecine post-urgences, 14 lits de l’ex-SSR. Les prochains déploiements concerneront l’ex-SSR (10 lits), puis l’ex-Umit (12 lits). La réflexion est déjà engagée pour l’accueil de patients Covid-19 dans d’autres services.

♦ La réanimation a triplé ses capacités. Le service de réanimation, qui accueille des patients non touchés par le Covid-19, dispose en temps normal de 11 lits. Il est en mesure d’augmenter ses capacités à 13, voire à 15 lits. L’ouverture du service de réanimation Covid permet d’accueillir jusqu’à 15 patients. Les renforts de la Réserve sanitaire, arrivés lundi, ont démarré cette nuit. Une seconde unité de 15 lits de réanimation Covid est déjà équipée grâce à la réception de respirateurs ces dernières semaines.

♦ Des patients transférés vers les cliniques. Cette épidémie de Covid-19 a permis de renforcer les relations entre les établissements de santé publics et privés. Le groupe Guyane Santé permet ainsi de libérer des lits au CHC. Des patients de SSR de l’hôpital de Cayenne ont été transférés à la clinique Saint-Gabriel (ex-Véronique). La clinique, en concertation avec le CHC, accueille des patientes en situation d’accouchement ne présentant pas de symptômes Covid-19 qui sont transférées par celui-ci afin de limiter les risques de contamination. Une collaboration a également vu le jour entre le CHC et Guyane Santé pour assurer un accueil des patients dialysés sans risque d’infection au Covid-19.

♦ Pour les patients Covid, des lits d’aval grâce à une collaboration public – privé – médico-social. Depuis quelques jours, l’Institut thérapeutique éducatif et pédagogique (Itep) de Roura, du groupe médico-social SOS, accueille des patients sortant des unités Covid du CHC nécessitant un suivi médical, dont oxygénothérapie, et ne pouvant pas rentrer chez eux. Ces patients sont suivis par des soignants de la HAD du groupe Guyane Santé. Vingt-deux lits sont disponibles à l’Itep. D’autres acteurs du médico-social se tiennent également prêts pour proposer des lits.

♦ L’Escrim proposera des lits aux patients non-Covid. Le module sanitaire d’appoint de la Sécurité civile arrive aujourd’hui avec ses personnels parmi lesquels dix médecins, quinze personnels paramédicaux et dix logisticiens. Il sera installé sur l’ancienne hélistation du CHC et devrait accueillir ses premiers patients dès ce week-end. D’une capacité de vingt lits, il pourra aisément en ouvrir dix de plus. Il accueillera des patients non infectés au Covid-19. L’Escrim est autonome en eau, en énergie, en nourriture, en EPI et en médicaments pour les quinze premiers jours.

♦ Les évacuations sanitaires se poursuivent. Les évacuations sanitaires sont un élément stratégique pour réduire la tension sur les capacités des hôpitaux. Quatre premiers patients Covid de réanimation ont été transférés en Martinique ; deux autres le seront prochainement en Guadeloupe. Une doctrine est en cours de rédaction, entre les centres hospitaliers et les directeurs médicaux de crise envoyés par l’AP-HP, pour définir les conditions de ces évacuations sanitaires.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share