Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Ségur de la Santé : l’ANEMF ne se contentera pas de demi-mesures (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Après plus de trois semaines de concertation, l’équipe d’animation du Ségur de la Santé a présenté hier aux représentants des étudiants et internes en médecine ses premières recommandations. Si les principaux axes de travail ont été identifiés, les propositions, elles, doivent impérativement aller plus loin et se concrétiser. 

La hausse du salaire et des indemnités des étudiants hospitaliers figure parmi les propositions retenues, entérinant les annonces des Ministres Agnès Buzyn et Olivier Véran. Nous déplorons que le montant et le calendrier d’application tant attendus n’aient pas encore pu être présentés. L’ANEMF ne transigera pas lors des négociations à venir. La revalorisation promise devra concerner l’ensemble des étudiants hospitaliers, dès la rentrée 2020, pour un montant minimal allant de 390€ net mensuel en 4ème année au SMIC horaire en 6ème année.

Pointée par l’ANEMF à de maintes reprises depuis le début du Ségur, la question des conditions de travail des étudiants fera l’objet de propositions dans les futurs accords de la santé. Si les conditions d’accueil et de formation des étudiants doivent être rappelées aux établissements, il est indispensable que le respect des droits fasse l’objet d’un suivi et que des sanctions financières soient appliquées aux établissements hors la loi.

Développer la maîtrise de stage universitaire en ambulatoire et reconnaître la valence universitaire des praticiens hospitaliers sont des mesures attendues tant pour diversifier les perspectives de carrières que pour assurer la formation sur le territoire. Seules, ces mesures ne nous satisferont pas. Une indemnité d’hébergement doit être créée, afin de permettre aux étudiants de se rendre sur le territoire et d’apprendre les différentes facettes de leur métier.

A l’heure de la rénovation du système de santé, les étudiants en médecine, professionnels de santé de demain, ne se satisferont pas de demi-mesures et demandent au gouvernement un respect effectif de leurs droits et une rémunération décente : 1,29€/h plus jamais.

>Contact : Sébastien VILLARD, Vice-président chargé des études médicales, sebastien.villard@anemf.org

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share