Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Le collectif santé en danger dément les propos tenus par la présidente de l’ANESF (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Dans un communiqué du 25 août, l’association des étudiant.es sages-femmes annonce qu’elle se désolidarise du collectif santé en danger et dénonce « ses méthodes ».

Le collectif santé en danger est né il y a un mois, à la suite de l’annonce des conclusions du Ségur. « Le collectif est un bébé », clame Arnaud Chiche, médecin anesthésiste-réanimateur, son fondateur.
« Si notre volonté est de porter la voix de tous les professionnels de santé, du public, comme du privé ce qui est historique, notre revendication première a été d’exiger l’ouverture d’un Ségur 2 immédiatement. Nous travaillons désormais à notre organisation. Des statuts vont être déposés. Nous avons créé un bureau, des commissions et des antennes régionales. »

131 800 membres ont rejoint le groupe Facebook du collectif en à peine un mois. Chacun y apporte son témoignage, y exprime son désarroi dans le cadre de l’exercice de son métier et ses déceptions à la suite des conclusions du Ségur. « Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que notre volonté première a été de donner de la visibilité à quiconque et de proposer aux représentants des professions de réaliser une synthèse de leurs revendications. Nous sommes en train de les rassembler. Ce qui représente un travail colossal, sachant que les membres du bureau et moi, avons tous un emploi et agissons bénévolement. Toutes les revendications seront bientôt publiées sur notre site Internet, qui offrira une vision globale des problèmes inhérents à notre système de santé actuel », explique Arnaud Chiche.

« En ce qui concerne l‘ANESF, j’ai bien eu sa présidente en ligne. Cette dernière m’a expliqué penser que je n’avais pas, ni compris, ni intégré, les revendications exposées par son association. Or j’avais besoin d’un peu de temps et je n’ai pas, dans cet intervalle, hésité à publier le témoignage de sages-femmes ou d’étudiant.es sages-femmes sur le mur du collectif. Elle s’est sentie dépossédée de sa mission, d’où sa décision, que je respecte. Cela dit, elle ne m’empêchera pas de porter la voix de celles ou de ceux qui se rassemblent autour du collectif pour exprimer des besoins. Je tiendrai ma parole. »

Rappelons que la volonté du collectif est de regrouper tous les professionnels de santé de terrain, désireux de faire évoluer le système de santé pour en faire une priorité nationale. « Que des associations, collectifs, fédérations ou syndicats nous soutiennent est un excellent signe mais nous resterons à l’écoute de tous les soignants qui s’adresse au collectif et croient en nous », explique encore Arnaud Chiche, le fondateur du collectif santé en danger.

A PROPOS DU COLLECTIF SANTÉ EN DANGER

« Santé en danger » est un collectif apolitique et non syndiqué. Le collectif santé en danger regroupe tous les professionnels de santé de terrain, désireux de faire évoluer le système de santé pour en faire une priorité nationale. Le collectif est né sous l’impulsion d’un médecin anesthésiste réanimateur le Dr Arnaud Chiche, entouré d’une équipe pluri professionnelle du monde de la santé, déçue par les propositions du Ségur et ambitionnant davantage pour les professionnels et les patients. Ce collectif efface les barrières historiques public – privé – libéral pour être une force de proposition rassemblée, organisée et opérationnelle.

Le collectif demande :

1. Une réouverture rapide des négociations du Ségur et son élargissement aux professions
non représentées
2. La prise en compte de toutes les revendications
3. Une présence aux échanges pour participer à la construction du système de santé pour :
• Une meilleure prise en compte des réalités de terrain
• Une meilleure reconnaissance et valorisation de toutes les professions de santé
• Une prise en compte uniforme de la pénibilité de la permanence des soins, hospitalière
et de ville

https://www.facebook.com/groups/287566348977590/

https://collectif-sed.org/

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share