Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

« La Covid-19 perturbe les services de santé mentale dans la plupart des pays » selon l’OMS (Enquête)

Imprimer la liste
Share

La pandémie COVID-19 a perturbé ou interrompu les services de santé mentale critiques dans 93% des pays du monde, tandis que les besoins augmentent, selon une nouvelle enquête de l’OMS. Menée auprès de 130 pays, elle fournit les premières données mondiales montrant l’impact dévastateur de la COVID-19 sur l’accès aux services de santé mentale et souligne le besoin urgent d’augmenter le financement de ce secteur.

L’OMS a précédemment souligné le sous-financement chronique de la santé mentale: avant la pandémie, les pays consacraient moins de 2% de leur budget national de la santé à la santé mentale et luttaient pour répondre aux besoins de leur population.

Or la pandémie augmente la demande de services de santé mentale. Le deuil, l’isolement, la perte de revenus et la peur déclenchent des problèmes de santé mentale ou exacerbent les problèmes existants. De nombreuses personnes peuvent faire face à des niveaux accrus de consommation d’alcool et de drogues, d’insomnie et d’anxiété.

Pendant ce temps, la COVID-19 elle-même peut entraîner des complications neurologiques et mentales, telles que le délire, l’agitation et les accidents vasculaires cérébraux. Les personnes atteintes de troubles mentaux, neurologiques ou de toxicomanie préexistants sont également plus vulnérables à l’infection par le SRAS-CoV-2 : elles peuvent courir un risque plus élevé de conséquences graves et même de décès.

«Une bonne santé mentale est absolument fondamentale pour la santé et le bien-être en général», a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé.

L’enquête a été publiée avant le grand événement de l’OMS pour la santé  mentale, un événement mondial organisé le 10 octobre à l’occasion de la Journée mondiale de la santé mentale, qui rassemblera des dirigeants mondiaux, des célébrités et des défenseurs pour appeler à une augmentation des investissements dans la santé mentale à la suite du COVID-19.

L’enquête a été menée de juin à août 2020 dans 130 pays des six régions de l’OMS. Il évalue comment la fourniture de services mentaux, neurologiques et de toxicomanie a changé en raison du COVID-19, les types de services qui ont été perturbés et comment les pays s’adaptent pour surmonter ces défis.

Pour lire la suite de l’enquête, cliquez ICI.

Contacts presse:

Alison Brunier – bruniera@who.int; +41 79 701 9480
Carla Drysdale – cdrysdale@who.int; +41 79 716 4546

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share