Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Pour la deuxième année consécutive, cancer@work labellise des entreprises qui, au quotidien, concilient maladie et travail (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Alors que la crise sanitaire incite les entreprises à plus d’agilité en termes de gestion de la santé des collaborateurs, des entreprises sont récompensées pour leur politique progressiste et inclusive.

1er club d’entreprises dédié au sujet du cancer, de la maladie et du travail, Cancer@Work et sa centaine d’entreprises membres œuvrent depuis 2012 pour lever le tabou sur le cancer et les maladies chroniques au travail.

Au travers une étude économique – Travailler avec un cancer, faire de la volonté de certain, une opportunité pour tous, publiée en 2017, Cancer@Work a démontré que concilier maladie et travail était économiquement gagnant, pour l’entreprise, le collaborateur et la société civile.

Depuis la création de Cancer@Work, près d’1,5 millions d’actifs ont été sensibilisés sur le sujet de l’inclusion de la maladie au travail.

En 2019, pour engager davantage d’entreprises à s’aligner sur une stratégie inclusive tout en maintenant la performance de ces dernières ainsi que la pérennité de notre système de protection sociale, Cancer@Work et ses membres ont créé un Label qui mesure le progrès social généré par l’inclusion des personnes malades au travail.

7 ENTREPRISES RÉCOMPENSÉES POUR LEUR POLITIQUE INCLUSIVE

Aujourd’hui, les pratiques inclusives des entreprises sont plus que jamais d’actualité. Concilier vie professionnelle et protection de la santé des collaborateurs ainsi qu’assurer l’employabilité des actifs malades est un enjeu sociétal crucial.

En 2019, 9 entreprises membres ont été labellisées : Banque Populaire Val de France, Caisse d’Épargne Loire-Centre, CCI Productions, Chrymélie, Foncia Groupe, Gilead Sciences, Malakoff Humanis et Planète Végétal, Novartis.

Cette année, en 2020, 7 entreprises membres du club reçoivent le Label Cancer@Work qui valorise leur engagement et leurs bonnes pratiques pour concilier maladie et travail et qui caractérise 3 niveaux d’engagement et de maturité de l’entreprise :

  • Niveau 1 PwC France et Maghreb
  • Niveau 2 Astrazeneca Banque Populaire Alsace Lorraine Champagne Bristol Myers Squibb Crédit Foncier de France Foncia Groupe
  • Niveau 3 Banque Populaire Val de France.

Cette reconnaissance se concrétisera le 3 décembre prochain par une cérémonie de remise des Labels Cancer@Work.

À propos du Label Cancer@Work

Outil de mesure de progrès social unique au monde, le Label est né de la demande des membres de Cancer@Work qui souhaitaient ancrer durablement l’inclusion de la maladie au travail dans leurs stratégies de ressources humaines et leurs démarches RSE.

Le Label Cancer@Work permet aux entreprises de disposer d’un outil unique pour :

  • Mesurer les progrès de leurs actions et valoriser leurs bonnes pratiques pour concilier maladie et travail,
  • Augmenter l’employabilité des malades et des aidants,
  • Favoriser les pratiques innovantes,
  • Aligner la démarche des entreprises à des standards et normes internationaux de RSE.

Le Label Cancer@Work s’adresse aux organisations membres de Cancer@Work qui s’engagent dans une démarche responsable d’inclusion de la maladie au travail, de manière volontaire. En effet, le respect constant de la règlementation en vigueur constitue un prérequis à l’entrée dans une démarche de responsabilité sociétale ou de développement durable.

Le Label Cancer@Work participe aux Objectifs de Développement Durable (ODDs) de l’agenda 2030 des Nations Unies. Son référentiel est complémentaire et compatible avec les standards nationaux et internationaux du développement durable et de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) tels que ISO26000, Global Reporting Initiative (GRI). Il regroupe l’ensemble des exigences à atteindre par les organisations engagées dans une démarche de responsabilité sociétale envers l’inclusion de la maladie en milieu professionnel.

À propos de la maladie au travail

Chaque jour en France près de 1000 personnes apprennent qu’elles ont un cancer, parmi elles, 400 travaillent. 1 personne sur 4 perd son emploi 2 ans après le diagnostic. Être actif et être touché par un cancer ou une maladie chronique est synonyme d’isolement, de difficultés, de performances dégradées, de coût pour les personnes, pour l’entreprise, pour la société.

Pourtant, le maintien dans l’emploi est financièrement avantageux pour les malades et de ce fait améliore leur qualité de vie. Concrètement, maintenir dans l’emploi un actif pendant ses traitements percevant un salaire médian, se traduit pour celui-ci par un gain net de 85 à 390 euros par mois ».

Cela permet également à l’entreprise de faire des économies et de créer de la richesse immatérielle. Ainsi, 74 à 491millions d’euros/an d’économie de coût de friction pourraient potentiellement être générés par le maintien dans l’emploi des personnes nouvellement diagnostiquées et en mesure de travailler.

Enfin, le maintien dans l’emploi a un impact positif sur les finances sociales en réduisant les coûts directs et indirects du cancer pour la société de 147 à 283 millions d’euros/an d’économies sur le versement des indemnités journalières de l’Assurance maladie et sur la base d’un salaire médian.

Contact presse:

Nathalie Presson : npresson@canceratwork.com
Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.canceratwork.com.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share