Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Recommandations provisoires de l’OMS pour l’utilisation du vaccin Moderna mRNA-1273 contre la Covid-19 (Document)

Imprimer la liste
Share

Ces recommandations provisoires ont été élaborées sur la base de l’avis émis par le Groupe stratégique consultatif d’experts sur la vaccination (SAGE) lors de sa réunion extraordinaire du 21 janvier 2021.

Elles sont basées sur les preuves résumées dans le document d’information sur le vaccin ARNm-1273 (Moderna) contre le COVID-19 et le document d’information sur la maladie et les vaccins Covid-19.

Résumé des recommandations:

o Sur la base des preuves actuelles, SAGE recommande l’administration de deux doses (100 µg, 0,5 ml chacune) avec un intervalle de 28 jours entre les doses. Le SAGE recommande actuellement que, si cela est jugé nécessaire en raison de circonstances exceptionnelles de charge de morbidité par le COVID-19 dans un pays, l’intervalle entre les doses peut être prolongé à 42 jours. Les preuves pour cela ne sont pas solides, mais c’était l’intervalle le plus long dans les analyses primaires de l’essai de phase 3; la grande majorité a reçu la deuxième dose après un intervalle plus court. SAGE ne recommande pas de réduire de moitié la dose.

o SAGE recommande que le vaccin ne soit administré que dans les milieux où l’anaphylaxie peut être traitée. Le SAGE a formulé des recommandations spécifiques sur les limites étroites d’exclusion de la vaccination et sur la période d’observation post-vaccination ainsi que sur la gestion, le suivi et la notification de tout événement de sécurité.

o Le SAGE a reconnu l’importance de la vaccination des femmes enceintes, en particulier compte tenu de la priorité accordée à la protection des agents de santé, dont une grande proportion dans le monde sont des femmes. L’OMS recommande de ne pas utiliser le vaccin ARNm-1273 pendant la grossesse, à moins que le bénéfice de la vaccination d’une femme enceinte l’emporte sur les risques potentiels du vaccin, comme chez les agents de santé à haut risque d’exposition et les femmes enceintes présentant des comorbidités en les plaçant dans un groupe COVID-19 sévère.

o Le SAGE a reconnu le manque de données sur l’innocuité du vaccin chez les femmes qui allaitent, mais étant donné le mécanisme d’action du vaccin, il a estimé qu’il était peu probable qu’il présente un risque. SAGE recommande à une femme allaitante qui fait partie d’un groupe recommandé pour la vaccination, par ex. les agents de santé devraient se voir offrir la vaccination.

o SAGE recommande que la vaccination contre le COVID-19 soit offerte indépendamment des antécédents d’infection symptomatique ou asymptomatique du SRAS-CoV-2. Les données disponibles indiquent actuellement que la réinfection symptomatique dans les 6 mois suivant une infection initiale est rare. Ainsi, dans le contexte d’un approvisionnement limité en vaccins, les personnes atteintes d’une infection par le SRAS-CoV-2 documentée par PCR au cours des 6 mois précédents peuvent choisir de retarder la vaccination jusqu’à la fin de cette période.

o Comme indiqué dans la feuille de route de priorisation de l’OMS, le SAGE a réaffirmé que les programmes nationaux devraient prendre des mesures spécifiques pour identifier les groupes touchés de manière disproportionnée par le COVID-19 et ceux qui sont confrontés à des inégalités de santé en raison d’inégalités sociales ou structurelles afin de surmonter les obstacles à la vaccination et de parvenir à un accès équitable à la vaccination.

o Dans la période actuelle d’approvisionnement en vaccins très limité, la vaccination préférentielle des voyageurs internationaux irait à l’encontre du principe d’équité. En raison de cela et du manque de preuves que la vaccination réduit le risque de transmission, le SAGE ne recommande actuellement pas la vaccination COVID-19 des voyageurs (à moins qu’ils ne fassent également partie d’un groupe à haut risque identifié dans la feuille de route de priorisation de l’OMS).

Des recommandations provisoires ont également été dévoilées, le 5 janvier, concernant l’utilisation du vaccin Pfizer–BioNTech.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share