Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Le rapport mondial SCORE de l’OMS souligne le besoin urgent de meilleures données pour renforcer la riposte à la pandémie et améliorer les résultats sanitaires (Rapport)

Imprimer la liste
Share

Aujourd’hui, 4 décès sur 10 dans le monde ne sont pas enregistrés et dans la région africaine, seul 1 décès sur 10 est actuellement enregistré, selon la première évaluation mondiale des systèmes d’information sanitaire des pays publiée aujourd’hui par l’Organisation de la santé en partenariat avec Bloomberg Philanthropies.

Les deux tiers des pays à faible revenu ont mis en place un système standardisé pour déclarer les causes de décès. Cependant, le rapport SCORE souligne la nécessité urgente de renforcer ces systèmes pour aider le monde à répondre aux urgences sanitaires et à suivre les progrès accomplis vers les objectifs sanitaires mondiaux.

La pandémie a mis en évidence que même les systèmes de santé et de données les plus avancés ont encore du mal à fournir des données en temps quasi réel afin d’agir rapidement. Le manque de données dans le monde limite la compréhension de l’impact réel sur la mortalité de la pandémie de COVID-19, sapant la planification de la réponse.

«La pandémie a étendu la capacité des systèmes d’information sanitaire des pays à travers le monde, car ils doivent suivre à la fois la maladie et d’autres tendances sanitaires critiques», a  déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, Directeur général de l’OMS. «Le rapport SCORE est une étape importante vers de meilleures données, pour de meilleures décisions et une meilleure santé.»

Les estimations montrent que 60% des pays examinés ont un système bien développé pour examiner les progrès et les performances de leur secteur de la santé et que seulement la moitié ont la capacité de surveiller la qualité des soins. Seuls 32% des pays ont une bonne capacité pour une stratégie nationale de santé numérique basée sur les normes recommandées.

«Avec SCORE à portée de main, l’OMS aidera les pays du monde entier à combler les lacunes en matière de données et à renforcer leurs systèmes de données et d’information sanitaire», a  déclaré le Dr Samira Asma, Sous-Directeur général, pour les données, l’analyse et la diffusion.

Bien qu’il existe une bonne disponibilité de données sur des domaines tels que la vaccination, la tuberculose et l’incidence du VIH, la couverture des problèmes de santé tels que la santé mentale et le cancer est moindre. Moins de la moitié des pays déclarent des données nationales sur les troubles mentaux graves.

Ce manque de données limite gravement les pays dans leur capacité à planifier et à mettre en œuvre des programmes de santé efficaces.

«Le rapport SCORE guide les pays à investir dans les domaines prioritaires ayant le plus grand impact sur la collecte, l’analyse et l’utilisation des données de santé. Entre autres recommandations, le rapport exhorte les pays  à renforcer leurs systèmes globaux de données sur la santé, à améliorer leurs systèmes d’enregistrement des données sur les décès et à collecter des données plus nombreuses et de meilleure qualité pour lutter contre les inégalités », a  déclaré Michael Bloomberg, Ambassadeur mondial de l’OMS pour les maladies non transmissibles et les blessures.

Lire le communiqué de presse (en anglais)

Plus d’informations sur SCORE

Rapport mondial SCORE sur les systèmes de données sanitaires et le rapport sur les capacités, 2020

FAQ sur le rapport SCORE

Contacts médias: mediainquiries@who.int

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share