Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Covid-19 : augmentation des contaminations, prédominance des variants ; les signes d’une possible aggravation de l’épidémie (Bulletin épidémiologique du 25 février 2021)

Imprimer la liste
Share

En semaine 07, une hausse des contaminations de 8% est observée après deux semaines de baisse, avec 138 771 nouveaux cas confirmés. Dans un contexte de tension hospitalière persistante et de prédominance de variants plus transmissibles, une aggravation de l’épidémie est envisagée dans les prochaines semaines.

Dans le même temps, la vaccination poursuit son déploiement et s’ouvre aux personnes de 50-64 ans présentant des comorbidités alors que davantage de Français se déclarent prêts à se faire vacciner. Ses premiers effets se dessinent avec une diminution des indicateurs épidémiologiques chez les plus de 75 ans et les résidents en EHPAD.

L’adoption systématique des mesures barrières, l’isolement immédiat et la réalisation d’un test en cas de symptômes évocateurs de COVID-19 s’imposent toujours.

Consulter l’intégralité du Point épidémiologique de Santé publique France au 25 février 2021

Augmentation de la circulation virale avec de fortes tensions dans plusieurs régions

En semaine 07 (du 15 au 21 février 2021), 138 771 nouveaux cas de Covid-19 ont été confirmés versus 128 662 en semaine 06. L’incidence du SARS-Cov2 repart à la hausse (+8%) après deux semaines d’amélioration avec une moyenne de 19 824 cas confirmés chaque jour. Le taux d’incidence augmente dans toutes les classes d’âge entre 15 et 74 ans. Les premiers effets de la vaccination se dessinent avec une amélioration des indicateurs épidémiologiques pour la troisième semaine consécutive chez les plus de 75 ans et les résidents en EHPAD (-6%) alors que la couverture vaccinale atteint le 23 février 80% (pour la première dose) chez ces derniers.

En semaine 07, si les nouvelles hospitalisations diminuent (- 6% avec 9 360 nouvelles hospitalisations versus 9 921 en semaine 06) et les nouvelles admissions en réanimation se stabilisent (1 807 en semaine 07 versus 1 763 en semaine 06, soit + 2%), les tensions hospitalières persistent. Au 23 février, le nombre de personnes hospitalisées restait très élevé 25 705, dont 3 445 en réanimation.

Toujours élevé, le nombre hebdomadaire de décès liés à la COVID-19 survenus en milieu hospitalier et dans les établissements sociaux et médico-sociaux, montre une légère diminution en semaine 06.

En région, la Provence-Alpes-Côte d’Azur, les Hauts-de-France et l’Île-de-France présentent les plus forts taux d’incidence (supérieurs à 200/100 000 habitants) et les taux d’hospitalisation parmi les plus élevés en métropole. On observe par ailleurs une forte hétérogénéité entre départements : le taux d’incidence dépasse 300/100 000 habitants dans 10 départements en métropole.

Variants : le 20I/501Y.V1 (UK) en passe de représenter plus de la moitié des virus circulants

L’analyse des résultats des tests de criblage permettant de suspecter des infections par des variants d’intérêt montre qu’en semaine 07 :

  • 49% % des tests positifs criblés correspondent à une suspicion de variant 20I/501Y.V1 (UK),
  • 6% à une suspicion de variant 20H/501Y.V2 (ZA) ou 20J/501Y.V3 (BR).

Ces variants ont été détectés dans toutes les régions métropolitaines, avec de fortes disparités selon les départements : 70 départements affichaient une proportion supérieure à 30% de suspicions de variant 20I/501Y.V1 (UK) parmi les tests criblés et 11 présentaient une proportion supérieure à 10% de suspicions de variants 20H/501Y.V2 (ZA) ou 20J/501Y.V3 (BR).

L’ensemble de ces données indiquent que ces variants, plus transmissibles et devenant prédominants en France, constituent une menace d’aggravation dans les prochaines semaines.

Les cartes présentant la circulation de ces variants sur le territoire sont publiées à compter de ce jour sur le site internet de l’Agence, avant une mise à disposition des données complètes en open data sur la plateforme Géodes début mars.

Vaccination : de premiers effets se dessinent

D’après les données issues de Vaccin Covid, au 23 février 2021, 2 656 447 personnes ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19 et 1 318 292 personnes ont été vaccinées par deux doses. En Ehpad ou en USLD, 501 465 résidents et 180 263 professionnels travaillant dans ces structures ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19 en France. Les premiers effets de la vaccination se dessinent avec une diminution du nombre de cas signalés chez les plus de 75 ans et les résidents en EHPAD, alors que la couverture vaccinale atteint 80% (pour la première dose) chez ces derniers.

Alors que la vaccination s’étend à de nouveaux publics (personnes de 50-64 présentant des comorbidités), l’augmentation des intentions vaccinales de la population se confirment. La vague 21 de l’enquête CoviPrev (15-17 février 2021) montre que plus de la moitié des personnes interrogées (57%) répondait vouloir certainement ou probablement se faire vacciner contre la COVID-19, dès que cela serait possible pour eux. Ce résultat est en augmentation par rapport à la vague 20 (18-20 janvier 2021).

Les indicateurs de suivi de la vaccination sont mis à jour quotidiennement, ils incluent désormais des informations sur le type de vaccin administré et sont consultables sur Géodes.

Epidémie : des conséquences sur la santé mentale des Français

La vague 21 de l’enquête CoviPrev montre une augmentation des états anxieux (+4 points) et dépressifs (+3 points) par rapport à la vague précédente, en particulier chez les personnes en situation de précarité (emploi, finance, logement) et les personnes ayant des antécédents de trouble psychologique. La peur, l’inquiétude (pour sa santé, pour sa situation économique), la frustration, la colère ou encore les sentiments de solitude et d’isolement sont associés à une santé mentale plus dégradée, quelles que soient les caractéristiques sociodémographiques et les conditions de vie des personnes interrogées.

Pour plus d’information sur la santé mentale et les ressources disponibles :

Publié chaque semaine, le point épidémiologique relatif à la surveillance de la COVID-19 présente une analyse détaillée des indicateurs mis en place par Santé publique France et son réseau de partenaires pour suivre l’évolution de l’épidémie et orienter les décisions publiques.

Contacts presse : Santé publique France – presse@santepubliquefrance.fr

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share