Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Déclaration provisoire du sous-comité COVID-19 du Comité consultatif mondial de l’OMS sur la sécurité des vaccins (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Le sous-comité COVID-19 du Comité consultatif mondial de l’OMS sur la sécurité des vaccins (GACVS) a examiné les rapports de rares cas de caillots sanguins à faible taux de plaquettes après vaccination avec le vaccin AstraZeneca COVID-19 (y compris Covishield) depuis leur apparition il y a quelques semaines.

Lors de sa dernière réunion du 7 avril 2021, le sous-comité a examiné les dernières informations de l’Agence européenne des médicaments ainsi que les informations de l’Agence britannique de réglementation des médicaments et autres produits de santé (MHRA) et d’autres États membres et a noté ce qui suit:

  • Sur la base des informations actuelles, une relation de cause à effet entre le vaccin et la survenue de caillots sanguins à faible taux de plaquettes est considérée comme plausible mais n’est pas confirmée. Des études spécialisées sont nécessaires pour bien comprendre la relation potentielle entre la vaccination et les facteurs de risque possibles.
  • Le sous-comité du GACVS continuera de collecter et d’examiner d’autres données, comme il l’a fait depuis le début du programme de vaccination COVID.
  • Il est important de noter que, bien que préoccupants, les événements sous évaluation sont très rares, avec de faibles nombres signalés parmi les près de 200 millions de personnes qui ont reçu le vaccin AstraZeneca COVID-19 dans le monde.
  • Les événements indésirables rares consécutifs à la vaccination doivent être évalués par rapport au risque de décès dû à la maladie COVID-19 et au potentiel des vaccins à prévenir les infections et à réduire les décès dus aux maladies. Dans ce contexte, il convient de noter qu’à ce jour, au moins 2,6 millions de personnes sont mortes de la maladie COVID-19 dans le monde.
  • Les effets secondaires dans les deux ou trois jours suivant la vaccination, dont la majorité sont légers et de nature locale, sont attendus et courants. Cependant, les personnes qui présentent des symptômes graves – tels qu’un essoufflement, des douleurs thoraciques, un gonflement des jambes, des douleurs abdominales persistantes, des symptômes neurologiques, tels que des maux de tête sévères et persistants ou une vision trouble, de minuscules taches de sang sous la peau au-delà du site d’injection – de quatre à vingt jours environ après la vaccination, il faut consulter un médecin d’urgence. Les cliniciens doivent connaître les définitions de cas pertinentes et les conseils cliniques pour les patients présentant une thrombose et une thrombopénie après la vaccination COVID-19. À cette fin, le sous-comité du GACVS a également suggéré qu’un comité d’experts cliniques comprenant des hématologues et d’autres spécialistes soit convoqué, pour des conseils sur le diagnostic clinique et la prise en charge des cas.
  • Une surveillance active, y compris des investigations basées sur les cas au site sentinelle / à l’hôpital, doit être envisagée pour caractériser davantage ces événements rares. L’OMS a élaboré des modèles de protocoles que les pays pourraient adapter pour de telles études. Le GACVS se réunira à nouveau la semaine prochaine pour examiner des données supplémentaires et émettra d’autres recommandations le cas échéant.

L’OMS surveille attentivement le déploiement de tous les vaccins COVID-19 et continuera à travailler en étroite collaboration avec les pays pour gérer les risques potentiels et utiliser la science et les données pour susciter des réponses et des recommandations.

Dans les campagnes de vaccination extensives, il est normal que les pays identifient les effets indésirables potentiels après la vaccination. Cela ne signifie pas nécessairement que les événements sont liés à la vaccination elle-même, mais ils doivent être étudiés pour s’assurer que tout problème de sécurité est résolu rapidement. Les vaccins, comme tous les médicaments, peuvent avoir des effets secondaires. L’administration des vaccins est basée sur une analyse des risques par rapport aux avantages.

Contacts médias: mediainquiries@who.int

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share