Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Fin de vie : le temps du débat (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Mme Fiona Lazaar, Députée du Val-d’Oise, s’est exprimée en ouverture des débats, alors que l’Assemblée nationale examine la proposition de loi « donnant le droit à une fin de vie libre et de choisie ».

A la veille de son intervention dans l’hémicycle, Mme Lazaar s’est rendue à l’hôpital d’Argenteuil pour s’entretenir avec les médecins et visiter l’unité de soins palliatifs sur cet enjeu douloureux. Elle salue leur engagement et leur dévouement aux côtés des malades.

Mme Lazaar salue la mise à l’ordre du jour parlementaire de ce texte. Elle appelle à la modération et à prendre le temps du débat :

« C’est une bonne chose d’avoir inscrit ce débat à l’ordre du jour, il touche chacun de nous en son humanité la plus profonde. Il faut le faire avec dignité, sérieux, en respectant chacun et en associant largement. Trancher cette question douloureuse demandera du temps et davantage qu’un débat d’une après-midi à l’Assemblée nationale. Face à des enjeux aussi considérables, il faut avoir la main qui tremble quand on touche à la loi. A ce jour, j’assume sans ambiguïtés mes questionnements sur le sujet. Je crois qu’il faut prendre le temps d’un véritable débat national. »

Mme Lazaar insiste par ailleurs, au-delà des enjeux soulevés par ce texte, sur la nécessité de mieux faire connaître le droit existant et de renforcer les moyens pour l’accompagnement des malades :

« Notre droit repose sur un équilibre aussi précieux que subtil, issu des travaux menés notamment lors de l’adoption de la loi Leonetti en 2005 et Claeys-Leonetti en 2016. Beaucoup de nos concitoyens ne connaissent aujourd’hui par les possibilités qui leurs sont offertes à travers la désignation d’une personne de confiance ou les directives anticipées. La première urgence est donc de faire connaître plus largement les possibilités offertes par la loi aujourd’hui et de les faire appliquer. Et, parce qu’on ne soigne pas avec les lois, il me paraît indispensable de renforcer les moyens mis sur les soins palliatifs dans notre pays. Des unités comme celle d’Argenteuil sont porteuses d’espoir et de progrès pour offrir de meilleures conditions de vie aux malades. Il faut que l’on puisse finir sa vie en dignité, quelles que soient les circonstances. »

Contact presse

Damien HORN – collaborateur parlementaire de Fiona Lazaar
damien.horn@clb-an.fr

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share