Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

« Campagne de vaccination : stoppons l’échec » (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Suite aux effets secondaires mis en évidence pour les vaccins AstraZeneca et en cours d’étude pour Janssen, l’UFML-S demande que les cabinets de médecine générale, les cabinets d’infirmières et les pharmacies puissent entre dotés en vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna.

Il leur était opposé jusqu’alors des difficultés de logistiques en lien avec le mode de conservation de ces vaccins (-80 degrés pour Pfizer-BioNTech et -20 degrés pour Moderna) . Cela ne doit pas être un obstacle à l’usage de ces vaccins en cabinets de ville. Les centres de vaccination sont fournis en Pfizer-BioNTech et Moderna. Or ces centres ne sont jamais que l’addition de plusieurs cabinets de villes, les médecins de ville s’y succédant souvent les uns après les autres.

Si le gouvernement ou la direction générale de la santé (DGRS) ne sont pas capables d’assurer la logistique, qu’ils demandent à Amazon qui y arrivera très bien ! L’UFML-S rappelle qu’il y a 50 000 médecins libéraux généralistes, 50 000 officines pharmaceutiques, et 100 000 infirmières libérales. Soit 200 000 professionnels capables de vacciner en cabinet.

À raison de 8 vaccinations par heure, 60 vaccinations par jours c’est, dans l’absolu, la population française qui pourrait être vaccinée en 5 jours. À raison d’un jour par semaine, c’est la population française qui pourrait être vaccinée en un mois. L’usage du tissu libéral dans cette campagne vaccinale est donc la principale chance de réussites au côté des centres de vaccination et des vaccinodromes.

Lire la suite du communiqué de l’UFML-S « Vaccinations – Halte à l’échec »

Relations presse :
Laurent Payet /Sarah Bonoron / Langage et Projets Conseils
laurent@lp-conseils.com / sarah@lp-conseils.com

PJ

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share