Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Covid-19 en France : des indicateurs qui se stabilisent à un niveau élevé et une tension hospitalière toujours forte (Point épidémiologique au 15 avril 2021)

Imprimer la liste
Share

En semaine 14 (du 05 au 11 avril 2021), les indicateurs épidémiologiques se maintenaient à un niveau très élevé, avec une stabilisation de la majorité des indicateurs. Un ralentissement de la circulation virale est observé en particulier dans les départements où des mesures de restrictions renforcées avaient été mise en oeuvre les 20 et 27 mars 2021.

Néanmoins, la tension hospitalière se poursuit sur l’ensemble du territoire métropolitain et la mortalité est toujours en hausse, évolution attendue du fait de l’intensité de l’épidémie ces dernières semaines. Les régions les plus touchées en semaine 14 étaient l’Île-de-France, les Hauts-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur. Dans ce contexte, l’adhésion aux mesures de prévention individuelles, le respect des mesures de freinage collectives ainsi que l’accélération de la vaccination restent des enjeux majeurs pour faire face au niveau de circulation encore très élevé du virus.

L’épidémie se stabilise à l’échelon national

Au niveau national, 230 770 nouveaux cas ont été confirmés, soit près de 33 000 cas en moyenne chaque jour. Du fait de la forte baisse de l’activité de dépistage (-31%) en lien avec le lundi férié de la S14, l’évolution des données entre les semaines 13 et 14 n’était pas interprétable. Des analyses complémentaires ont donc été réalisées pour prendre en compte l’effet du jour férié sur les indicateurs de surveillance. Suite à ces ajustements, le taux d’incidence (408 pour 100 000 habitants) était stable (-0,6% par rapport à la semaine 13) après quatre semaines d’augmentation, tandis que le taux de dépistage (4 438 pour 100 000 habitants) diminuait (-18,6%). Le taux de positivité augmentait à 9,2% (vs 7,5% en S13).

Les indicateurs SI-DEP de la semaine 14 (du 05 au 11 avril) incluent le lundi de Pâques – ce jour férié étant marqué par une forte diminution de l’activité de dépistage –, alors que la période de référence S13 (du 29 mars au 04 avril) ne l’inclut pas. Pour pallier l’effet des jours fériés dans le calcul d’indicateurs de suivi de l’épidémie de Covid-19, notamment les taux d’incidence et de dépistage, des correctifs de ces données sont présentés en page 7 du Point épidémiologique, permettant un meilleur suivi de la dynamique de l’épidémie. Consulter la note méthodologique. 

Les premiers effets bénéfiques des mesures de restrictions

Le 20 mars 2021, des mesures de restrictions sanitaires renforcées ont été mises en place dans 16 départements (groupe 1). Ces mesures ont été élargies à 3 autres départements le 27 mars (groupe 2) et ont été étendues le 03 avril 2021 à l’ensemble des 77 autres départements métropolitains (groupe 3). En Semaine 14, les taux d’incidence estimés pour les trois groupes de départements se situent toujours à des niveaux très élevés (481/100 000 habitants pour le groupe 1, 423/100 000 habitants pour le groupe 2 et 271/100 000 habitants pour le groupe 3).

Toutefois, dans le groupe 1, le taux d’incidence des cas confirmés est en diminution depuis la fin de la Semaine 13. Dans le groupe 2, le taux d’incidence est en diminution depuis la semaine 14. L’évolution de la circulation virale dans ces deux groupes de départements peut correspondre aux effets bénéfiques des restrictions renforcées qui ont été mises en place spécifiquement dans ces zones, soit sept à dix jours après leur mise en place. Dans le groupe 3, le taux d’incidence se stabilise depuis la fin de la semaine 13.

L’évolution des indicateurs dans les prochains jours permettra d’observer si cette tendance se confirme dans les groupes 1 et 2, et s’amorce dans le groupe 3.

La tension hospitalière toujours aiguë et les décès en forte augmentation

Le taux hebdomadaire d’hospitalisation était stable en S14 mais le nombre de patients COVID-19 actuellement hospitalisés restait très élevé, avec plus de 31 000 personnes hospitalisées au 13 avril.Le taux d’admission en services de soins critiques était également stable en S14 (+2% par rapport à S13), le nombre de personnes hospitalisées dans ces services atteignant 5 969 patients le 13 avril 2021.

Le nombre de décès toutes causes et tous âges confondus était toujours significativement supérieur à celui attendu au niveau national. Le nombre de décès liés à la COVID-19 (survenus à l’hôpital et en ESMS) a augmenté en S13 (+10%). Entre le 1er mars 2020 et le 13 avril 2021, 99 508 décès de patients COVID-19 ont été rapportés à Santé publique France.

Les enquêtes Flash #5 et Flash #6 confirment la prédominance du variant 20I/501Y.V1 observée par criblage

Les résultats obtenus dans SI-DEP sur les PCR de criblage permettant de suspecter un variant préoccupant montre :
  • 83 % correspondaient à une suspicion de variant 20I/501Y.V1 (ayant émergé au Royaume-Uni)
  • 4% correspondaient à une suspicion de variant 20H/501Y.V2 (ayant émergé en Afrique du Sud) ou 20J/501Y.V3 (ayant émergé au Brésil)

Ces variants ont été détectés dans toutes les régions métropolitaines. La proportion de suspicions de variant 20I/501Y.V1 était supérieure à 80% (parmi les tests positifs criblés) dans 69 départements métropolitains et supérieure à 90% dans 14 d’entre eux.

Dans l’enquête Flash #5, conduite le 16 mars 2021 (semaine 11), le variant 20I/501Y.V1 était prédominant (81,9% des séquences interprétables) ; les variants 20H/501Y.V2 et 20J/501Y.V3 étaient également détectés mais en proportion plus faible (respectivement 6,8% et 0,3% des séquences interprétables). L’Enquête Flash #6 a été menée le 30 mars 2021 (semaine 13) et au 14 avril, 1 371 résultats étaient disponibles permettant de confirmer la prédominance du variant 20I/501Y.V1. D’autres lignages circulant également sur le territoire font l’objet d’une surveillance (Santé publique France – Coronavirus : circulation des variants du SARS-CoV-2).
L’enquête Flash #7, basée sur un échantillonnage de prélèvements aléatoires, a été conduite le 13 avril 2021 ; ses résultats seront restitués dans un prochain point épidémiologique.

93% des professionnels de santé libéraux recommanderont la vaccination à leurs patients non à risque

Au 13 avril 2021 :
  • 11 366 175 personnes ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19 et 3 982 264 personnes ont reçu deux doses, soit respectivement 16,9% et 5,9% de la population en France
  • 98,1% des résidents d’Ehpad ou d’USLD ont reçu une première dose de vaccin, 75,1% ont reçu deux doses.
  • 1 512 639 professionnels de santé ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19 en France et 648 124 en ont reçu deux. Il est ainsi estimé que 68,0% des professionnels de santé ont reçu une première dose de vaccin contre la COVID-19 et 29,2% en ont reçu deux

1 500 professionnels de santé libéraux ont été questionnés sur la vaccination lors d’une enquête qui s’est tenue entre le 17 et le 29 mars : 57% ont rapporté avoir reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19, avec la proportion la plus élevée parmi les médecins généralistes (80%). Parmi ceux qui n’avaient pas encore reçu de première dose de vaccin, 78% ont indiqué avoir l’intention de se faire vacciner certainement ou probablement ; 93% ont déclaré qu’ils recommanderaient certainement ou probablement à leurs patients non à risque de forme grave de COVID-19 (personnes de moins de 50 ans sans comorbidités) de se faire vacciner le moment venu.

Selon les données de l’étude Coviprev, la vaccination semble s’accompagner d’un relâchement des mesures barrières alors qu’il est important de les maintenir. Il reste essentiel que chaque personne présentant des symptômes évocateurs de COVID-19 s’isole immédiatement et réalise un test diagnostique dans les plus brefs délais. L’utilisation des outils numériques (TousAntiCovid) est recommandée pour renforcer les mesures de suivi des contacts et d’isolement rapide.

Publié chaque semaine, le point épidémiologique relatif à la surveillance de la COVID-19 présente une analyse détaillée des indicateurs mis en place par Santé publique France et son réseau de partenaires pour suivre l’évolution de l’épidémie et orienter les décisions publiques.

Contacts presse : Santé publique France – presse@santepubliquefrance.fr

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share