Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Vers un changement de pratiques dans la prise en charge du cancer du rectum (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Le Pr. Thierry Conroy, oncologue spécialiste des cancers digestifs et Directeur Général de l’Institut de Cancérologie de Lorraine, publie les résultats de l’étude PRODIGE 23, promue par Unicancer, dans la prestigieuse revue : le Lancet Oncology.

Cette étude, menée chez des patients avec un diagnostic récent de cancer du rectum localement avancé (stades II ou III), valide une stratégie de chimiothérapie première par FOLFIRINOX en amont de la radiochimiothérapie préopératoire de référence, offrant ainsi aux patients une augmentation de la survie sans rechute, une diminution du risque de survenue de métastases et une diminution significative des effets secondaires liés au traitement.

Amélioration de la survie sans rechute de 31% chez les patients atteints d’un cancer du rectum localement avancé

La durée totale de traitement demeure identique à la stratégie de référence, mais l’ordre des traitements a été modifié, et la chimiothérapie préopératoire renforcée (4 agents anticancéreux au lieu de 3). A la différence de la stratégie de référence avec une chimiothérapie de précaution adjuvante entièrement effectuée après l’opération, la moitié de la chimiothérapie est effectuée avant l’opération, et l’autre moitié après.

Un suivi médian de près de 4 ans permet d’observer chez les patients ayant reçu du FOLFIRINOX :

·         Une réduction significative du risque de rechute de 31% (hazard ratio 0,69).

·         Une réduction significative du risque de survenue de métastases de 36% (hazard ratio 0,64).

·         Moins de métastases découvertes avant la chirurgie : 1% versus 4,7%.

·         Aucune maladie métastatique ou tumeur inextirpable découvertes lors de la chirurgie (versus 3,7% avec le traitement habituel de référence).

·         Aucune mortalité opératoire (versus 2% avec le traitement habituel de référence).

·         Une tendance de survie supérieure tempérée par un recul de suivi encore insuffisant. 

Amélioration de la qualité de vie

Il a été observé une bonne tolérance du FOLFIRINOX. Seulement 2% des patients ont présenté une neutropénie fébrile de grade 3-4 et 11% des patients ont présenté une diarrhée. L’apparition de neuropathie périphérique, effet secondaire majeur relié au traitement par oxaliplatine, a été diminuée de près de 60%.

La qualité de vie des patients avec ou sans chimiothérapie préopératoire, est similaire dans les deux stratégies comparées et s’améliore avec le temps.

L’étude PRODIGE 23, promue par Unicancer

Cette étude de phase III, nationale, randomisée, multicentrique et comparative, a été rendue possible par le partenariat de quatre groupes de recherche, ceux de l’intergroupe PRODIGE (FFCD, GERCOR, UNICANCER Gastrointestinal), et un groupe de recherche dédié au cancer du rectum, le GRECCAR. Elle a été financée par le ministère de la Santé, l’Institut national du Cancer (PHRC 2012), la Ligue Nationale contre le cancer et Unicancer.

L’étude PRODIGE 23 a évalué l’efficacité d’une polychimiothérapie utilisée en premier traitement, le FOLFIRINOX (acronyme pour acide folinique, 5-fluorouracile, irinotécan, et oxaliplatine) suivie du traitement pluridisciplinaire de référence consistant en une radiochimiothérapie préopératoire, puis d’une chirurgie retirant la tumeur avec exérèse totale du mésorectum et enfin une chimiothérapie adjuvante. Cette étude a inclus 461 patients issus de 35 hôpitaux français, dont 12 Centres de Lutte Contre le Cancer, de juin 2012 à juin 2017. Il s’agissait de patients sans traitement antérieur, atteints de tumeurs assez avancées, mais opérables, et sans métastases à distance.

TitreNeoadjuvant chemotherapy with FOLFIRINOX and preoperative chemoradiotherapy for patients with locally advanced rectal cancer (UNICANCER-PRODIGE 23): a multicentre, randomised, open-label, phase 3 trial

Auteurs :

Thierry Conroy, Jean-François Bosset, Pierre-Luc Etienne, Emmanuel Rio, Éric François, Nathalie Mesgouez-Nebout, Véronique Vendrely, Xavier Artignan, Olivier Bouché, Dany Gargot, Valérie Boige, Nathalie Bonichon-Lamichhane, Christophe Louvet, Clotilde Morand, Christelle de la Fouchardière, Najib Lamfichekh, Béata Juzyna, Claire Jouffroy-Zeller, Eric Rullier, Frédéric Marchal, Sophie Gourgou, Florence Castan, Christophe Borg pour les groupes UNICANCER Gastrointestinal et Partenariat de Recherche en Oncologie DIGEstive (PRODIGE).

Lancet Oncology 2021, volume 22, numéro 5

CONTACT PRESSE

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share