Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Le SDA appelle tous les audioprothésistes à l’exemplarité pour la pleine réussite du 100 % santé (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Le samedi 17 avril 2021, TF1 a diffusé un reportage de 59 minutes intitulé « La médecine à prix cassé en questions » et présenté ainsi par la chaîne : « Lunettes, appareils auditifs… De nouveaux acteurs promettent aux Français de s’équiper en un temps record, sans dépenser un centime. (…) Mais que valent les lunettes et les appareils auditifs à 0 € ? (…) Pendant plusieurs mois une équipe de Reportages Découverte a mené l’enquête et mis au jour un système qui propose le meilleur comme parfois le pire. »

Le reportage présentait notamment le déroulement de l’équipement d’une personne malentendante avec des aides auditives du panier « 100 % santé » et sa satisfaction, une fois la démarche terminée.
Mais une courte séquence en « caméra cachée » montrait trois enseignes de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine) qui ne jouaient pas le jeu et dénigraient les aides auditives totalement remboursées.

La séquence de 1 mn 26 sec peut être vue ici : TF1 – Reportages découverte 17.04.2021 – Dénigrement classe 1

La réforme du « 100 % santé » est une chance pour les malentendants de notre pays mais aussi pour les audioprothésistes, enfin reconnus comme des professionnels de santé à part entière. Mais cela nous donne de nouvelles responsabilités et, en premier lieu, celle d’une mise en application sans faille de la réforme.

Non, les aides auditives totalement remboursées n’amplifient pas les sons « au même niveau pour tous les sons » puisqu’elles disposent de 12 canaux de réglage (ou dispositif de qualité équivalente) pour assurer une adéquation de la correction au trouble auditif.

Non, les aides auditives du panier « 100 % santé » ne sont pas « la base de la base » puisque, lors de la mise en place de la réforme, les aides auditives les plus basiques n’ont pas eu le niveau technique pour intégrer la nouvelle nomenclature et ont été retirées du marché début 2019 .

De plus, les « patients CMU » doivent bénéficier de produits et prestations de la même qualité, être traités exactement de la même façon, que tout autre patient.

Les discours montrés dans ces reportages sont très minoritaires puisque les aides auditives « 100 % santé » représentent actuellement environ 35 % des aides auditives adaptées. Ils sont néanmoins inacceptables.

Le « 100 % santé », issu d’une promesse présidentielle, demeurera l’une des réformes sociales les plus emblématiques du présent quinquennat, tout particulièrement pour l’audioprothèse, qui présentait les restes-à-charge les plus importants. C’est donc une réforme qui est suivie attentivement par le Gouvernement, mais aussi par les médias et, à travers eux, par tous les français.

Alors qu’une importante enquête de la DGCCRF est en cours, rappelons que les inspecteurs peuvent « différer la révélation de leur qualité d’enquêteur de la ccrf et commencer leurs investigations « incognito » » . La directrice générale de la DGCCRF, Mme Virginie Beaumeunier, a confirmé l’existence de contrôles en « client mystère », lors du Comité de suivi 100 % santé du 13 avril dernier.

On ne peut donc accepter que quelques irresponsables fassent courir un risque à la communauté des audioprothésistes, dont la quasi-totalité met scrupuleusement en application la réforme. Le SDA rappelle ainsi que tout dénigrement des aides auditives du panier « 100 % santé », qui sont de bonne qualité, est intolérable.

Les patients doivent néanmoins pouvoir librement choisir des aides auditives plus sophistiquées, qui sont nécessaires à beaucoup d’entre eux . Pour cela, les audioprothésistes doivent présenter de façon claire, loyale et appropriée les aides auditives de classe 1 et les options supplémentaires disponibles dans celles de classe 2.

« Que Choisir » rappelait en 2020 « le rôle central des audioprothésistes dans la réussite de la réforme (…) compte tenu de leur rôle prescripteur majeur sur un marché aussi complexe que l’audiologie » .
Ce rôle central requiert honnêteté, éthique et compétence des professionnels de santé que sont les audioprothésistes, et cela dans leurs présentations des aides auditives comme dans les prestations délivrées aux patients malentendants.À propos du SDA (ex-UNSAF)

Le Syndicat des audioprothésistes (SDA ex-UNSAF) est l’organisme professionnel représentatif des 4 100 audioprothésistes de France. Il siège à l’Union nationale des professionnels de santé (UNPS), l’Union Nationale des Professions Libérales (UNAPL) et au Haut Conseil des professions paramédicales (HCPP). Il est le signataire de la convention nationale de tiers-payant et de l’accord cadre interprofessionnel (ACIP), conclus avec les Caisses nationales d’assurance maladie.

Le SDA est présent au niveau européen au sein de l’Association européenne des audioprothésistes (AEA) et est membre du World Hearing Forum de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).

Il est présidé depuis juin 2012 par Luis Godinho.

Centrales et enseignes partenaires du SDA : Audiam-Benoit Audition, Audition Conseil, Centrale des Audioprothésistes CDA, Delphis, Dyapason, Entendre, Luz Audio.

Pour toute information complémentaire : unsaf.orgtwitter.com/syndicat_audiolinkedin.com/company/syndicat-audioprotesistes/

Contacts Presse

Luis Godinho – contact@unsaf.org
Nicolas Merlet – nicolasmerlet@ortus-sante.fr

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share