Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Démographie des réanimations françaises en 2021 – État des lieux hors pandémie (Enquête)

Imprimer la liste
Share

Enquête menée auprès de 299 réanimations en France, relevant les données hors ajustement conjoncturels liés à la pandémie (hors réanimations chirurgicales et réanimations pédiatriques), représentant 4337 lits de réanimation soit 85% du parc de lits de réanimation en France.

La majorité des services et des lits de réanimation sont situés dans les établissements de santé du secteur public extra-universitaire (58%). 13% des services fonctionnent avec une partie de leurs lits fermés. En dix ans, on note une augmentation du nombre de patients pris en charge annuellement dans les services de réanimation avec une diminution de la durée de séjour en réanimation malgré une gravité des patients inchangée.

La quasi-totalité des services de réanimation dispose dorénavant d’une unité de surveillance continue adossée.

Deux mille trois cent cinquante médecins réanimateurs exercent dans ces services (2100 équivalents temps plein: ETP). Plus d’un service sur deux a au moins un poste médical vacant (3/4 des services dans le secteur public extra-universitaire ont des postes vacants) : ainsi 329 ETP médicaux sont vacants en réanimation en 2021 (doublement en 10 ans). Près de la moitié des services extra-universitaires publics font appel à l’intérim médical.

Ce déficit de ressources humaines médicales induit une surcharge de travail importante pour les praticiens qui en moyenne sont de garde de nuit tous les 5 jours et travaillent un week-end sur deux. Il convient d’ajouter à ce déficit démographique important, les départs en retraite estimés à 70 dans l’année à venir et à plus de 300 praticiens à échéance de 5 ans.

La féminisation de la profession, le développement de l’exercice de la réanimation à temps partiel, l’essor de la quantification du temps de travail en temps continu au cours des 10 dernières années, tous objectivés dans la présente enquête, amènent à anticiper des besoins croissant de formation de médecins réanimateurs dans les années à venir. La disponibilité de terrains de stage de formation en réanimation est insuffisamment exploitée avec un potentiel de 300 terrains de stage supplémentaires disponibles nationalement chaque semestre.

L’augmentation rapide du nombre d’étudiants formés à la réanimation dans des proportions très significatives est indispensable afin d’enrayer la dégradation autrement inéluctable de la situation démographique des réanimations françaises dont les implications en termes de santé publique ne manqueront pas de se manifester et ce en dehors de toute crise sanitaire.

La filière de formation de médecine intensive réanimation accueille actuellement moins de 1% des étudiants entrant dans le 3ème cycle des études médicales. Cette filière constitue un volant d’action efficace dont il faut se saisir en urgence pour augmenter le nombre de réanimateurs formés et amenés à exercer de façon continue et pérenne en réanimation.

Consulter l’enquête démographique menée par le Conseil National Professionnel Médecine Intensive Réanimation (CNP MIR)

PJ

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share