Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Santé mentale : la Mutualité Française publie un Observatoire et formule dix propositions (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Alors que la santé mentale des Français s’est dégradée avec la crise sanitaire, la Mutualité Française dévoile les résultats de son Observatoire et formule dix propositions afin d’améliorer la prise en charge des patients souffrant de troubles psychiques.

Une prévention insuffisante

En France, 1 personne sur 5 est touchée chaque année par un trouble psychique, soit 13 millions de personnes. La consommation d’alcool y est supérieure à la moyenne avec l’équivalent de 130 bouteilles de vin consommées par personne et par an (vs 100 bouteille dans l’OCDE). Même constat pour la consommation de cannabis plus élevée chez les Français (21,8 % des 15-34 ans) que chez leurs voisins européens (14,4 %). Or la consommation abusive de ces substances peut être source de troubles psychiques importants. Quant au taux de suicide, de 13 pour 100 000 habitants, c’est également l’un des plus élevés des pays européens (10,5 en moyenne).

Un accès inégal aux psychiatres et aux psychologues selon le territoire

La France enregistre l’une des densités de psychiatres parmi les plus élevées d’Europe avec 23 psychiatres pour 100 000 habitants, ce qui la situe à la 4e place des 27 États de l’Union européenne. Cependant, les écarts entre les départements sont importants, les densités de psychiatres variant de 1 à 4 entre les moins bien dotés (9 pour 100 000 habitants dans l’Aube et dans le Cantal) et les mieux dotés (34 en Gironde, 36 dans les Bouches-du-Rhône, 37 dans le Rhône). Les psychiatres sont concentrés dans les grandes agglomérations, notamment à Paris qui apparaît comme un cas particulier avec 99 psychiatres pour 100 000 habitants.

Si 62 % de psychiatres ne pratiquent pas de dépassement d’honoraires, une majorité d’entre eux en pratiquent dans certains départements (à Paris, dans l’Essonne, les Yvelines et les Hauts-de-Seine). Le Cantal et la Meuse cumulent faible densité de psychiatres et forte pratique de dépassements d’honoraires.

La psychiatrie est la spécialité la plus consultée à distance après la médecine générale : 6,4 % de l’ensemble des téléconsultations, soit un peu plus de 370 000 téléconsultations. Les téléconsultations en psychiatrie ont connu une croissance exponentielle lors du 1er confinement, passant d’un peu moins de 1 000 consultations en février 2020 à près de 80 000 consultations en avril 2020. Elles demeurent à un niveau supérieur à celui observé avant le confinement avec plus de 30 000 consultations en janvier 2021.

Lire la suite du communiqué ICI

>Contact : Alexandre Tortel, alexandre.tortel@mutualite.fr

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share