Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Lamine Gharbi, président de la FHP, se dit favorable à la vaccination obligatoire des soignants, pour les protéger et protéger les patients (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Même si le nombre de patients hospitalisés continue de baisser, le combat contre le Covid est encore loin d’être gagné. Les variants, en particulier le variant Delta, constituent une menace, faisant même craindre au conseil scientifique l’apparition d’une quatrième vague après l’été. La vaccination est aujourd’hui le seul moyen de vaincre, tous ensemble, l’épidémie. C’est autant un enjeu de protection individuelle que de solidarité collective.

Aujourd’hui, 62 % de la population française adulte a reçu une première dose de vaccin et 34 % a reçu les deux injections. Cette belle dynamique vaccinale est autant à mettre au crédit de la puissance publique que des acteurs de santé très mobilisés, dont l’hospitalisation privée, et bien sûr des citoyens.

Mais aujourd’hui, force est de constater que nous pouvons craindre un « plafond de verre ». Il est donc impératif d’accélérer drastiquement l’effort de vaccination, et cela passe clairement par l’obligation vaccinale pour les professionnels soignants.

« Les soignants, qui font leur travail d’une manière remarquable, doivent obligatoirement être vaccinés, car nous prenons en charge nos concitoyens, dit Lamine Gharbi, président de la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP). Nous devons nous protéger et surtout les protéger. Ce qui est vrai pour la population générale l’est encore davantage pour les soignants qui s’exposent avec dévouement en première ligne : c’est le virus qu’il faut craindre, pas le vaccin. Dans la période clé que nous vivons, cet enjeu est essentiel ».

L’hospitalisation privée participe, depuis le début, activement à la campagne de vaccination aux côtés de l’hôpital public et des autres acteurs de santé, en concertation avec le ministère et les Agences Régionales de Santé. Aujourd’hui, les hôpitaux et cliniques privés restent plus que jamais mobilisés, tant pour la vaccination que pour prendre en charge les soins qui ont pu être différés pendant la crise.

Lire le communiqué

 

PJ

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share