Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Un nouveau rapport révèle de fortes inégalités dans l’accès aux services de prévention et de traitement du VIH pour les enfants – les partenaires appellent à une action urgente (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Près de la moitié (46 %) des 1,7 million d’enfants vivant avec le VIH dans le monde n’étaient pas sous traitement en 2020 et 150 000 enfants ont été nouvellement infectés par le VIH, soit quatre fois plus que l’objectif 2020 de 40 000.

Dans le  rapport final de l’initiative Start Free, Stay Free, AIDS Free , l’ONUSIDA et ses partenaires* avertissent que les progrès vers l’éradication du sida chez les enfants, les adolescents et les jeunes femmes sont au point mort et qu’aucun des objectifs pour 2020 n’a été atteint .

Le rapport montre que le nombre total d’enfants sous traitement a diminué pour la première fois, malgré le fait que près de 800 000 enfants vivant avec le VIH ne sont pas actuellement sous traitement. Il montre également que les occasions d’identifier précocement les nourrissons et les jeunes enfants vivant avec le VIH sont manquées : plus d’un tiers des enfants nés de mères vivant avec le VIH n’ont pas été testés. S’ils ne sont pas traités, environ 50 % des enfants vivant avec le VIH meurent avant d’avoir atteint leur deuxième anniversaire.

« Il y a plus de 20 ans, des initiatives pour les familles et les enfants visant à prévenir la transmission verticale et à éliminer les enfants qui meurent du sida ont véritablement donné le coup d’envoi à ce qui est maintenant devenu notre riposte mondiale au sida. Cela découle d’une activation sans précédent de tous les partenaires, pourtant, malgré des progrès précoces et spectaculaires, malgré plus d’outils et de connaissances que jamais, les enfants sont loin derrière les adultes et loin de nos objectifs », a déclaré Shannon Hader, Directrice exécutive adjointe du Programme de l’ONUSIDA.

« Les inégalités sont frappantes : les enfants sont près de 40 % moins susceptibles que les adultes de suivre un traitement salvateur (54 % des enfants contre 74 % des adultes) et représentent un nombre disproportionné de décès (seulement 5 % de toutes les personnes vivant avec le VIH sont des enfants, mais les enfants représentent 15 % de tous les décès liés au sida). Il s’agit du droit des enfants à la santé et à une vie saine, leur valeur dans nos sociétés. Il est temps de se réactiver sur tous les fronts : nous avons besoin de leadership, d’activisme et d’investissements pour faire ce qui est bien pour les enfants.

Start Free, Stay Free, AIDS Free est un cadre quinquennal qui a débuté en 2015, à la suite du Plan mondial extrêmement réussi  vers l’élimination des nouvelles infections à VIH chez les enfants d’ici 2015 et le maintien de leurs mères en vie . Il a appelé à une approche super accélérée pour s’assurer que chaque enfant a un début sans VIH, qu’il reste sans VIH pendant l’adolescence et que chaque enfant et adolescent vivant avec le VIH a accès à un traitement antirétroviral. L’approche s’est intensifiée sur 23 pays, dont 21 en Afrique, qui représentaient 83 % du nombre mondial de femmes enceintes vivant avec le VIH, 80 % des enfants vivant avec le VIH et 78 % des jeunes femmes âgées de 15 à 24 ans nouvellement infecté par le VIH.

« La communauté VIH a une longue histoire de relever des défis sans précédent, aujourd’hui, nous avons besoin de la même énergie et de la même persévérance pour répondre aux besoins des plus vulnérables : nos enfants. Les dirigeants africains ont le pouvoir de nous aider à changer le rythme des soins et doivent agir et diriger jusqu’à ce qu’aucun enfant vivant avec le VIH ne soit laissé pour compte », a déclaré Ren Minghui, directeur général adjoint de la Division de la couverture sanitaire universelle/Maladies transmissibles et non transmissibles de la Organisation mondiale de la santé.

Bien que les objectifs de 2020 aient été manqués, les 21 pays cibles en Afrique ont fait de meilleurs progrès que les pays non cibles. Cependant, il existait de grandes disparités entre les pays, et ces pays supportent toujours la plus lourde charge de morbidité : 11 pays représentent près de 70 % des « enfants disparus », c’est-à-dire ceux qui vivent avec le VIH mais ne suivent pas de traitement. Il y a eu une baisse de 24 % des nouvelles infections à VIH chez les enfants de 2015 à 2020 dans les pays cibles contre une baisse de 20 % dans le monde. Les pays cibles ont également atteint 89 % de couverture de traitement pour les femmes enceintes vivant avec le VIH, contre 85 % dans le monde, mais toujours en deçà de l’objectif de 95 %, et il y avait d’énormes différences entre les pays. Par exemple, le Botswana a atteint une couverture de traitement de 100 %, alors que la République démocratique du Congo n’a atteint que 39 %.

« Bien que nous soyons profondément bouleversés par les pénuries mondiales de VIH pédiatrique, nous sommes également encouragés par le fait que nous avons largement les outils dont nous avons besoin pour changer cela », a déclaré Angeli Achrekar, coordinatrice par intérim de la lutte contre le sida aux États-Unis. « Alors, que ce rapport soit un appel à l’action pour défier la complaisance et travailler sans relâche pour combler l’écart. »

Le rapport décrit trois actions nécessaires pour mettre fin aux nouvelles infections à VIH chez les enfants dans les pays cibles. Premièrement, atteindre les femmes enceintes avec un dépistage et un traitement le plus tôt possible — 66 000 nouvelles infections à VIH se sont produites chez les enfants parce que leurs mères n’ont reçu aucun traitement pendant la grossesse ou l’allaitement. Deuxièmement, assurer la continuité du traitement et la suppression virale pendant la grossesse, l’allaitement et toute la vie : 38 000 enfants ont été nouvellement infectés par le VIH parce que leurs mères n’ont pas été prises en charge pendant la grossesse et l’allaitement. Troisièmement, prévenir les nouvelles infections à VIH chez les femmes enceintes et allaitantes — 35 000 nouvelles infections chez les enfants se sont produites parce qu’une femme a été nouvellement infectée par le VIH pendant la grossesse ou l’allaitement.

Des progrès ont été accomplis pour empêcher les adolescentes et les jeunes femmes de contracter le VIH. Dans les pays cibles, le nombre d’adolescentes et de jeunes femmes qui contractent le VIH a diminué de 27 % entre 2015 et 2020. Cependant, le nombre d’adolescentes et de jeunes femmes qui contractent le VIH dans les 21 pays cibles était de 200 000, soit le double de l’objectif mondial de 2020 (100 000). En outre, le COVID-19 et les fermetures d’écoles perturbent désormais de nombreux services d’éducation et de santé sexuelle et reproductive pour les adolescentes et les jeunes femmes, soulignant le besoin urgent de redoubler d’efforts de prévention du VIH pour atteindre les jeunes femmes et les adolescentes.

« La vie des filles et des jeunes femmes les plus vulnérables est en jeu, enfermées dans des cycles de vulnérabilité et de négligence profondément enracinés qui doivent être interrompus de toute urgence. Avec l’approbation des États membres des Nations Unies, la nouvelle stratégie mondiale de lutte contre le sida nous engage tous à nous attaquer à ces vulnérabilités croisées pour arrêter et inverser les effets du VIH d’ici 2030. Nous savons que des gains rapides peuvent être obtenus pour les filles et les jeunes femmes ; ce qu’il faut, c’est le courage d’appliquer les solutions et la discipline pour les mettre en œuvre avec rigueur et à grande échelle », a déclaré Chewe Luo, chef du VIH et directeur associé des programmes de santé du Fonds des Nations Unies pour l’enfance.

L’ONUSIDA et ses partenaires continueront de travailler ensemble pour développer de nouveaux cadres pour traiter le programme inachevé. De nouveaux objectifs pour 2025 ont été officiellement adoptés par les États membres des Nations Unies dans la Déclaration politique de 2021  sur le VIH et le sida : mettre fin aux inégalités et se mettre sur la bonne voie pour mettre fin au sida d’ici 2030  en juin de cette année, fournissant une feuille de route pour les cinq prochaines années.

« Il est clair que mettre fin à la transmission mère-enfant nécessite des approches innovantes qui soutiennent toute la femme tout au long de sa vie, y compris des efforts de prévention primaire intensifiés, tels que la prophylaxie pré-exposition (PrEP), l’accès à des soins de reproduction complets et une attention ciblée. sur les adolescentes et les jeunes femmes. Le rapport Start Free, Stay Free, AIDS Free inclut de nouveaux objectifs pour 2025 qui, s’ils sont atteints, propulseront une nouvelle ère de prévention et de traitement du VIH pour les femmes, les enfants et les familles. L’heure n’est pas à la complaisance, mais plutôt à l’occasion de redoubler d’investissements pour réduire et éliminer la transmission mère-enfant », a déclaré Chip Lyons, président et chef de la direction de la Elizabeth Glaser Pediatric AIDS Foundation.

Le Plan d’urgence du Président des États-Unis pour la lutte contre le sida, l’ONUSIDA, le Fonds des Nations Unies pour l’enfance et l’Organisation mondiale de la santé, avec le soutien de la Fondation Elizabeth Glaser Pediatric AIDS.

Contacts médias :

ONUSIDA Genève
Sophie Barton-Knott
tél. +41 79 514 6896
bartonknotts@unaids.org

OMS Genève
Sonali Reddy
tél. +41795090747
reddys@who.int

Elizabeth Glaser Pediatric AIDS Foundation
Clare Dougherty
tél. +1 202.448.8483
cdougherty@pedaids.org

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share