Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Un appel urgent pour accélérer la vaccination dans le monde et en Afrique (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, et un groupe de dirigeants de la santé mondiale ont lancé aujourd’hui un appel urgent à l’équité des vaccins dans le monde et en Afrique en particulier. 

Les dirigeants ont souligné que la pire pandémie des cent dernières années ne prendra pas fin à moins et jusqu’à ce qu’il y ait une véritable coopération mondiale sur l’approvisionnement et l’accès aux vaccins. Ils ont également réitéré l’objectif mondial de vaccination de l’OMS pour 70% de la population de tous les pays à vacciner d’ici la mi-2022.

Le Dr Tedros a été rejoint par le Dr Seth Berkley, PDG de Gavi, Strive Masiyima, envoyé spécial de l’UA pour COVID-19, le Dr John Nkengasong, directeur du CDC Afrique, le professeur Benedict Oramah, président et président du conseil d’administration, Afreximbank, le Dr Vera Songwe, Secrétaire général adjoint des Nations Unies et Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique et Dr Matshidiso Moeti, Directeur régional de l’OMS pour l’Afrique.

La conférence de presse a fait suite à deux jours de réunions entre les dirigeants, Richard Hatchett, directeur général de la CEPI, s’étant également joint aux réunions.

Citations sélectionnées :

Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus : Directeur général, OMS

« Plus de 5,7 milliards de doses ont été administrées dans le monde, mais seulement 2 % d’entre elles ont été administrées en Afrique.

« Cela ne fait pas seulement du mal au peuple africain, cela nous fait tous mal. Plus l’iniquité vaccinale persiste, plus le virus continuera de circuler et de changer, plus les perturbations sociales et économiques se poursuivront, et plus il y aura de chances que d’autres variantes émergent qui rendent les vaccins moins efficaces. »

Strive Masiyima, Envoyé spécial de l’UA pour le COVID-19 

« Le partage de vaccins est bien, mais nous ne devrions pas avoir à compter sur le partage de vaccins. En particulier lorsque nous pouvons nous asseoir, mettre des structures en place et dire que nous voulons aussi acheter. »

« Les contribuables américains, les contribuables européens, ils ont financé une partie de cette propriété intellectuelle et cela devrait être pour le bien commun. Donc, il n’est pas faux de dire qu’il devrait y avoir des dérogations, c’était pour le bien commun. Alors, nous demandons cela. IP à mettre à disposition. »

« C’était un grand miracle d’avoir ces vaccins, maintenant que ce miracle soit disponible pour toute l’humanité. »

Dr John Nkengasong, directeur du CDC Afrique  

« Nous ne pourrons pas atteindre 60 % de notre population entièrement immunisée si nous n’explorons pas et ne déployons pas pleinement le pouvoir du partenariat, le pouvoir de la coopération et le pouvoir de la solidarité » … « Nous avons tous reconnu maintenant que les vaccins sont le seule solution pour nous de sortir collectivement de cette pandémie. Cela doit être fait rapidement. »

Dr Vera Songwe, Secrétaire générale adjointe des Nations Unies et Secrétaire exécutive de la Commission économique pour l’Afrique

« Pour chaque mois de blocages sur le continent, nous avons perdu 29 milliards de dollars de production. Pour [le continent africain], lorsque nous disons que le COVID-19 est un problème économique et que nous devons y répondre, pour pouvoir récupérer et réinitialiser nos économies, c’est réel. Et pour cela, nous avons besoin de financement et nous devons voir comment nous pouvons rassembler les structures financières mondiales pour nous assurer que nous pouvons réellement répondre à cette crise ».

« Nous savons que la rareté signifie une augmentation des coûts, et nous ne pouvons pas nous permettre aujourd’hui en tant que continent ce genre de rareté. »

Professeur Benedict Oramah, président et président du conseil d’administration, Afreximbank

« L’Afrique ne voulait pas être à nouveau en bas de la file d’attente en ce qui concerne les vaccins car tout le monde savait bien que la reprise économique signifiait maîtriser le virus. »

« Il est important que nous le fassions pour la simple raison que les pays veulent que nous nous assurons que nous n’échouons pas et qu’il nous soit difficile de récupérer rapidement. »

Dr Seth Berkley, PDG de Gavi

« La réunion d’aujourd’hui est importante, car elle symbolise l’esprit de partenariat entre COVAX, l’Union africaine et AVATT : l’Afrique a besoin de plus de doses et ensemble nous les aurons.

« Nous sommes prêts à nous lancer dans la période la plus chargée de ce qui est le déploiement de vaccins le plus important et le plus complexe de l’histoire. Nous avons démontré que COVAX peut fonctionner à grande échelle, mais il est vraiment temps que le monde l’appuie.

Dr Matshidiso Moeti, Directeur régional de l’OMS pour l’Afrique

« La question est parfois posée de savoir si les pays africains ont la capacité d’absorber les vaccins ? La réponse simple est oui. Le défi permanent est que les approvisionnements mondiaux ne sont pas partagés de manière à sortir le monde de cette pandémie. »

« Des centaines de membres du personnel de l’OMS sont sur le terrain, prêts à aider les pays à étendre les sites de vaccination et à gérer les complexités des petites livraisons d’une variété de vaccins ».

« De plus, les pays africains l’ont déjà fait – en mettant en œuvre avec succès des campagnes de vaccination massives contre la polio, la fièvre jaune et le choléra.

Notes :

  • Les objectifs de l’OMS sont de vacciner au moins 10 % de la population de chaque pays d’ici septembre, au moins 40 % d’ici la fin de l’année et 70 % dans le monde d’ici le milieu de l’année prochaine. Ce sont les étapes critiques que nous devons atteindre ensemble pour mettre fin à la pandémie.
  • Près de 90 % des pays à revenu élevé ont désormais atteint l’objectif de 10 %, et plus de 70 % ont atteint l’objectif de 40 %. Aucun pays à faible revenu n’a atteint l’un ou l’autre de ces objectifs.
  • À l’échelle mondiale, 5,5 milliards de doses de vaccin ont été administrées, mais 80 % ont été administrées dans des pays à revenu élevé et intermédiaire supérieur.
  • Les pays à revenu élevé ont maintenant administré près de 100 doses pour 100 personnes. Pendant ce temps, les pays à faible revenu n’ont pu administrer que 1,5 dose pour 100 personnes, en raison du manque d’approvisionnement.
  • Le monde ne devrait épargner aucun effort pour augmenter l’approvisionnement en vaccins pour les pays à faible revenu : cela peut être fait en supprimant tous les obstacles à l’intensification de la fabrication, y compris la renonciation à la propriété intellectuelle, la libération des chaînes d’approvisionnement et le transfert de technologie. Dans le cadre de ces efforts, en juin, l’OMS et les partenaires de COVAX ont annoncé la création du premier centre de transfert de technologie de vaccin à ARNm COVID, qui sera mis en place en Afrique du Sud.
  • Les pays à revenu élevé ont promis de donner plus d’un milliard de doses, mais moins de 15 % de ces doses se sont concrétisées et les fabricants ont promis de donner la priorité à COVAX et aux pays à faible revenu.
  • L’approvisionnement via COVAX et d’autres sources augmentera considérablement au cours des prochains mois de cette année. Les pays doivent se préparer à cette augmentation des doses disponibles, par exemple avec une microplanification, un équipement de chaîne du froid élargi, une logistique, un financement et un personnel formé en place.
  • COVAX a expédié plus de 236,6 millions de doses à 139 participants au 6 septembre 2021. Quelque 41 participants ont démarré leurs premières campagnes grâce à COVAX.
  • Des vaccins sûrs et efficaces à eux seuls ne peuvent pas résoudre la pandémie : une surveillance robuste soutenue par des diagnostics rapides, des soins cliniques précoces et des traitements salvateurs, assurés par des agents de santé bien formés et capables de travailler dans des conditions sûres. Les mesures de santé publique et sociales sont également vitales pour mettre fin à la pandémie et accélérer la reprise mondiale.

 

Contact: mediainquiries@who.int

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share