Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Bulletin épidémiologique hebdomadaire n°14 (Document)

Imprimer la liste
Share
  • Les maladies à caractère professionnel chez les salariés de la grande distribution alimentaire en France. Résultats 2009-2016. (Aurélie Fouquet, Santé publique France, et coll.)

Les salariés de la grande distribution alimentaire (GDA) sont exposés à de nombreuses contraintes physiques et organisationnelles. L’objectif de cette étude était d’estimer les taux de prévalence des maladies à caractère professionnel (MCP) dans ce secteur, de les comparer à ceux des autres secteurs d’activité et d’en évaluer les tendances temporelles.

Le programme MCP s’appuie sur un réseau de médecins du travail volontaires et leurs équipes qui signalent sur quinze jours consécutifs appelés « Quinzaines », deux fois par an, tous les cas de MCP observés en consultation. En 2016, le programme était implanté dans onze ex-régions françaises. Des modèles de régression logistique multivariés ont été réalisés pour tester l’association entre le signalement de MCP et le fait de travailler dans ce secteur, ainsi que pour estimer des tendances moyennes annuelles.

Entre 2009 et 2016, 3,5% des salariés vus dans le cadre du programme travaillaient en GDA. Ils présentaient un risque de se voir signaler un trouble musculo-squelettique (TMS) supérieur à celui des autres secteurs (odds ratio OR de 1,4 [1,2-1,6] pour les hommes et 1,9 [1,7-2,1] pour les femmes). Les salariées femmes de la GDA faisaient moins fréquemment l’objet d’un signalement de souffrance psychique, en comparaison des femmes travaillant dans les autres secteurs (OR de 0,8 [0,7-0,9]). Les analyses de tendances faisaient ressortir des résultats hétérogènes, s’orientant cependant vers une diminution des TMS dans le cas des femmes. Au sein de la GDA, chez les femmes, ce sont les métiers de caissière et d’employée de libre-service qui étaient les plus à risque sur les signalements de TMS en comparaison des « autres métiers ».

La tendance à la diminution des TMS pourrait s’expliquer par des modifications des conditions de travail, en lien notamment avec la mise en place de nombreuses actions de prévention. Cette tendance pourrait également être renforcée par un effet de glissement des signalements vers ceux de souffrance psychique. Les actions de prévention restent primordiales dans ce secteur d’activité.

  • Variations spatio-temporelles interdépartementales de l’incidence des cas chirurgicaux de hernie discale lombaire, de 2006 à 2014, dans la population en âge de travailler, en France métropolitaine. (Sabira Smaïli, Santé publique France, et coll.)

La lombalgie constitue un problème majeur de santé publique, aussi bien en France qu’à l’échelle mondiale. L’objectif de cette étude était d’analyser la tendance temporelle nationale et les variations spatiotemporelles interdépartementales du taux d’incidence des cas chirurgicaux de hernies discales lombaires (HDL), considérés comme traceur de la lomboradiculalgie et plus généralement de la lombalgie, selon le sexe, parmi la population en âge de travailler, entre 2006 et 2014, en France métropolitaine.

Les cas ont été sélectionnés à partir de la base du Programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) en utilisant les codes « actes d’intervention chirurgicale de HDL de la classification commune des actes médicaux ». Le taux d’incidence a été modélisé par un modèle spatio-temporel bayésien hiérarchique de régression de Poisson comprenant des effets aléatoires au niveau du département et ajusté sur l’année, l’âge, les secteurs d’activité, la densité médicale et le taux d’urbanisation.
Le taux d’incidence national des cas chirurgicaux de HDL avait baissé chez les hommes comme chez les femmes, respectivement de -3,8% en moyenne par an, intervalle de crédibilité à 95% (ICr95%) [-4,6% ; -2,9%] et de -3,3% [-4,2% ; -2,3%]. Les risques les plus élevés étaient observés dans les départements du Sud-Ouest, Sud-Est, Nord-Est et Nord-Ouest.

Une diminution du taux d’incidence des cas chirurgicaux de HDL a été observée pour les deux sexes sur la période. Les disparités interdépartementales mises en évidence étaient en partie expliquées par les facteurs contextuels.

En savoir plus

Contact: presse@santepubliquefrance.fr

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share