Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Un rapport de l’OMS souligne le déficit mondial d’investissements dans la santé mentale (Rapport)

Imprimer la liste
Share

Le monde manque la plupart des objectifs de santé mentale pour 2020 ; la prolongation du Plan d’action de l’OMS pour la santé mentale jusqu’en 2030 offre une nouvelle opportunité de progrès.

En savoir plus

Le nouvel Atlas de la santé mentale de l’Organisation mondiale de la santé brosse un tableau décevant d’un échec mondial à fournir aux personnes les services de santé mentale dont elles ont besoin, à un moment où la pandémie de COVID-19 met en évidence un besoin croissant de soutien en santé mentale.

La dernière édition de l’Atlas, qui comprend des données de 171 pays, indique clairement que l’attention accrue accordée à la santé mentale ces dernières années n’a pas encore abouti à une mise à l’échelle des services mentaux de qualité qui correspondent aux besoins.

Publié tous les trois ans, l’Atlas est une compilation de données fournies par les pays du monde entier sur les politiques de santé mentale, la législation, le financement, les ressources humaines, la disponibilité et l’utilisation des services et des systèmes de collecte de données. C’est également le mécanisme de suivi des progrès vers la réalisation des cibles du Plan d’action global de l’OMS pour la santé mentale.

« Il est extrêmement préoccupant que, malgré le besoin évident et croissant de services de santé mentale, qui est devenu encore plus aigu pendant la pandémie de COVID-19, les bonnes intentions ne soient pas satisfaites par des investissements », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général. de l’Organisation mondiale de la santé. « Nous devons tenir compte de ce signal d’alarme et agir en conséquence et accélérer considérablement l’augmentation des investissements dans la santé mentale, car il n’y a pas de santé sans santé mentale. »

Manque de progrès en matière de leadership, de gouvernance et de financement

Aucun des objectifs pour un leadership et une gouvernance efficaces pour la santé mentale, la prestation de services de santé mentale dans les milieux communautaires, la promotion et la prévention de la santé mentale et le renforcement des systèmes d’information n’étaient près d’être atteints.

En 2020, seulement 51 % des 194 États membres de l’OMS ont déclaré que leur politique ou leur plan de santé mentale était conforme aux instruments internationaux et régionaux des droits de l’homme, bien en deçà de l’objectif de 80 %. Et seulement 52% des pays ont atteint l’objectif relatif aux programmes de promotion et de prévention de la santé mentale, également bien en deçà de l’objectif de 80%. Le seul objectif atteint pour 2020 était une réduction du taux de suicide de 10 %, mais même alors, seuls 35 pays ont déclaré avoir une stratégie, une politique ou un plan de prévention autonome.

Des progrès constants étaient toutefois évidents dans l’adoption de politiques, de plans et de lois en matière de santé mentale, ainsi que dans l’amélioration de la capacité de rendre compte d’un ensemble d’indicateurs de santé mentale de base. Cependant, le pourcentage des budgets de santé du gouvernement consacrés à la santé mentale n’a guère changé au cours des dernières années, oscillant toujours autour de 2 %. De plus, même lorsque les politiques et les plans comprenaient des estimations des ressources humaines et financières requises, seulement 39 % des pays ayant répondu ont indiqué que les ressources humaines nécessaires avaient été allouées et 34 % que les ressources financières requises avaient été fournies.

Le transfert des soins vers la communauté est lent

Alors que la décentralisation systématique des soins de santé mentale vers les milieux communautaires est recommandée depuis longtemps par l’OMS, seulement 25 % des pays ayant répondu remplissent tous les critères d’intégration de la santé mentale dans les soins primaires. Si des progrès ont été réalisés en matière de formation et de supervision dans la plupart des pays, l’offre de médicaments pour les troubles de santé mentale et de soins psychosociaux dans les services de soins de santé primaires reste limitée.

Cela se reflète également dans la façon dont les fonds gouvernementaux sont alloués à la santé mentale, soulignant le besoin urgent de désinstitutionnalisation. Plus de 70 % des dépenses publiques totales consacrées à la santé mentale ont été alloués aux hôpitaux psychiatriques des pays à revenu intermédiaire, contre 35 % dans les pays à revenu élevé. Cela indique que les hôpitaux psychiatriques centralisés et les soins hospitaliers institutionnels reçoivent toujours plus de fonds que les services fournis dans les hôpitaux généraux et les centres de soins de santé primaires dans de nombreux pays.

Il y a eu, cependant, une augmentation du pourcentage de pays déclarant que le traitement des personnes souffrant de troubles mentaux spécifiques (psychose, trouble bipolaire et dépression) est inclus dans les régimes nationaux d’assurance maladie ou de remboursement – de 73 % en 2017 à 80 % (ou 55 % des États membres) en 2020.

Les estimations mondiales des personnes recevant des soins pour des problèmes de santé mentale spécifiques (utilisées comme approximation des soins de santé mentale dans leur ensemble) sont restées inférieures à 50 %, avec une médiane mondiale de 40 % des personnes atteintes de dépression et seulement 29 % des personnes atteintes de psychose recevant se soucier.

Augmentation de la promotion de la santé mentale, mais efficacité discutable

Plus encourageante a été l’augmentation du nombre de pays signalant des programmes de promotion et de prévention de la santé mentale, de 41 % des États membres en 2014 à 52 % en 2020. Cependant, 31 % du total des programmes signalés ne disposaient pas de ressources humaines et financières dédiées, 27 % n’en disposaient pas. ont un plan défini, et 39 % n’avaient aucune preuve documentée de progrès et/ou d’impact.

Légère augmentation des effectifs en santé mentale

Le nombre médian mondial de travailleurs de la santé mentale pour 100 000 habitants a légèrement augmenté, passant de neuf travailleurs en 2014 à 13 travailleurs pour 100 000 habitants en 2020. Cependant, il y avait une très forte variation entre les pays de différents niveaux de revenu, avec le nombre de travailleurs en santé mentale travailleurs de la santé dans les pays à revenu élevé plus de 40 fois plus élevé que dans les pays à faible revenu.

Nouveaux objectifs pour 2030

Les cibles mondiales rapportées dans l’Atlas de la santé mentale proviennent du Plan d’action global pour la santé mentale de l’OMS, qui contenait des cibles pour 2020 approuvées par l’Assemblée mondiale de la Santé en 2013. Ce plan a maintenant été prolongé jusqu’en 2030 et comprend de nouvelles cibles pour l’inclusion de la santé mentale. le soutien sanitaire et psychosocial dans les plans de préparation aux situations d’urgence, l’intégration de la santé mentale dans les soins de santé primaires et la recherche sur la santé mentale.

« Les nouvelles données de l’Atlas de la santé mentale nous montrent que nous avons encore un très long chemin à parcourir pour nous assurer que tout le monde, partout, a accès à des soins de santé mentale de qualité », a déclaré Dévora Kestel, directrice du Département de la santé mentale et Consommation de substances à l’OMS. «Mais je suis encouragé par la vigueur renouvelée que nous avons constatée de la part des gouvernements alors que les nouveaux objectifs pour 2030 ont été discutés et convenus et je suis convaincu qu’ensemble, nous pouvons faire le nécessaire pour passer de petits pas à pas de géant au cours des 10 prochaines années. »

Contact :

mediainquiries@who.int

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share