Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Les décès dus à la tuberculose augmentent pour la première fois en plus d’une décennie en raison de la pandémie de Covid-19 (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

La pandémie de COVID-19 a inversé des années de progrès mondiaux dans la lutte contre la tuberculose et pour la première fois en plus d’une décennie, les décès dus à la tuberculose ont augmenté, selon le rapport 2021 de l’Organisation mondiale de la santé sur la tuberculose.

En 2020, davantage de personnes sont décédées de la tuberculose, avec beaucoup moins de personnes diagnostiquées et traitées ou recevant un traitement préventif de la tuberculose par rapport à 2019, et les dépenses globales pour les services essentiels de lutte contre la tuberculose ont diminué.

Le premier défi est la perturbation de l’accès aux services de lutte contre la tuberculose et une réduction des ressources. Dans de nombreux pays, des ressources humaines, financières et autres ont été réaffectées de la lutte contre la tuberculose à la riposte au COVID-19, limitant la disponibilité des services essentiels.

La seconde est que les gens ont eu du mal à se faire soigner dans le contexte des confinements.

« Ce rapport confirme nos craintes que la perturbation des services de santé essentiels en raison de la pandémie ne commence à ébranler des années de progrès contre la tuberculose », a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’OMS. « C’est une nouvelle alarmante qui doit servir de signal d’alarme mondial au besoin urgent d’investissements et d’innovation pour combler les lacunes en matière de diagnostic, de traitement et de soins pour les millions de personnes touchées par cette maladie ancienne mais évitable et traitable. »

Les services de lutte contre la tuberculose sont parmi de nombreux autres perturbés par la pandémie de COVID-19 en 2020, mais l’impact sur la tuberculose a été particulièrement grave.

Par exemple, environ 1,5 million de personnes sont décédées de la tuberculose en 2020 (dont 214 000 parmi les personnes séropositives).

L’augmentation du nombre de décès dus à la tuberculose s’est produite principalement dans les 30 pays où la charge de TB est la plus élevée. Les projections de modélisation de l’OMS suggèrent que le nombre de personnes développant la tuberculose et mourant de la maladie pourrait être beaucoup plus élevé en 2021 et 2022.

Les défis liés à la fourniture et à l’accès aux services essentiels de lutte contre la tuberculose ont fait que de nombreuses personnes atteintes de tuberculose n’ont pas été diagnostiquées en 2020. Le nombre de personnes nouvellement diagnostiquées comme atteintes de tuberculose et celles signalées aux gouvernements nationaux est passée de 7,1 millions en 2019 à 5,8 millions en 2020.

L’OMS estime que quelque 4,1 millions de personnes souffrent actuellement de la tuberculose mais n’ont pas été diagnostiquées avec la maladie ou n’ont pas officiellement signalé aux autorités nationales. Ce chiffre est en hausse par rapport aux 2,9 millions de 2019.

Les pays qui ont le plus contribué à la réduction mondiale des notifications de tuberculose entre 2019 et 2020 étaient l’Inde (41 %), l’Indonésie (14 %), les Philippines (12 %) et la Chine (8 %). Ces pays et 12 autres ont représenté 93% de la baisse mondiale totale des notifications.

Il y a également eu une réduction de la fourniture de traitements préventifs contre la tuberculose. Quelque 2,8 millions de personnes y ont accédé en 2020, soit une réduction de 21 % depuis 2019. En outre, le nombre de personnes traitées pour une tuberculose pharmacorésistante a diminué de 15 %, passant de 177 000 en 2019 à 150 000 en 2020, ce qui équivaut à environ 1 personne seulement. chez 3 de ceux qui en ont besoin.

L’investissement mondial pour les chutes de la tuberculose

Le financement dans les pays à revenu faible et intermédiaire (PRFI) qui représentent 98 % des cas de tuberculose signalés reste un défi. Sur le financement total disponible en 2020, 81 % provenaient de sources nationales, les pays BRICS (Brésil, Fédération de Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) représentant 65 % du financement national total.

Le plus grand donateur bilatéral est le gouvernement des États-Unis d’Amérique. Le plus grand donateur international est le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme.

Le rapport note une baisse des dépenses mondiales consacrées aux services de diagnostic, de traitement et de prévention de la tuberculose, de 5,8 milliards de dollars à 5,3 milliards de dollars, ce qui représente moins de la moitié de l’objectif mondial de financement intégral de la riposte à la tuberculose de 13 milliards de dollars par an d’ici 2022.

Pendant ce temps, bien que des progrès soient réalisés dans le développement de nouveaux diagnostics, médicaments et vaccins contre la tuberculose, ceux-ci sont limités par le niveau global d’investissement en R&D, qui, à 0,9 milliard de dollars US en 2019, est bien en deçà de l’objectif mondial de 2 milliards de dollars US par année.

Les cibles mondiales de lutte contre la tuberculose ne sont pas sur la bonne voie

Les inversions en cours signifient que les cibles mondiales de lutte contre la tuberculose ne sont pas sur la bonne voie et semblent de plus en plus hors de portée, mais il y a cependant quelques succès. À l’échelle mondiale, la réduction du nombre de décès dus à la tuberculose entre 2015 et 2020 n’a été que de 9,2 %, soit environ un quart du chemin vers l’objectif 2020 de 35 %.

À l’échelle mondiale, le nombre de personnes atteintes de tuberculose chaque année (par rapport à la population) a chuté de 11 % de 2015 à 2020, un peu plus de la moitié du cap de 20 % en 2020.

Cependant, la Région européenne de l’OMS a dépassé le cap de 2020, avec une réduction de 25 %. Cela s’explique principalement par le déclin en Fédération de Russie, où l’incidence a diminué de 6 % par an entre 2010 et 2020. La Région africaine de l’OMS a failli atteindre le jalon, avec une réduction de 19 %, ce qui reflète des réductions impressionnantes de 4 à 10 % par an en Afrique du Sud et dans plusieurs autres pays d’Afrique australe, suite au pic de l’épidémie de VIH et à l’expansion de la prévention et des soins de la tuberculose et du VIH.

« Il ne nous reste qu’un an pour atteindre les objectifs historiques de lutte contre la tuberculose de 2022 engagés par les chefs d’État lors de la première réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose. Le rapport fournit des informations importantes et un rappel fort aux pays d’accélérer de toute urgence leurs ripostes à la tuberculose et de sauver des vies », a déclaré le Dr Tereza Kasaeva, directrice du programme mondial de lutte contre la tuberculose de l’OMS. « Ce sera crucial alors que les préparatifs commencent pour la 2e réunion de haut niveau des Nations Unies sur la tuberculose mandatée pour 2023. »

Le rapport appelle les pays à mettre en place des mesures urgentes pour rétablir l’accès aux services essentiels de lutte contre la tuberculose. Il appelle en outre à doubler les investissements dans la recherche et l’innovation sur la tuberculose ainsi qu’à une action concertée dans le secteur de la santé et d’autres pour lutter contre les déterminants sociaux, environnementaux et économiques de la tuberculose et de ses conséquences.

Le nouveau rapport présente des données sur les tendances de la maladie et la riposte à l’épidémie de 197 pays et territoires, dont 182 des 194 États membres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Note :

Depuis la déclaration de COVID-19 comme urgence de santé publique de portée internationale, le Programme mondial de lutte contre la tuberculose de l’OMS a surveillé l’impact de la pandémie sur les services de lutte contre la tuberculose et a fourni des conseils et un soutien.

Objectifs mondiaux

En 2014 et 2015, tous les États membres de l’OMS et des Nations Unies ont adopté les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies et la stratégie de l’OMS pour mettre fin à la tuberculose. Les ODD et la Stratégie de lutte contre la tuberculose comprennent tous deux des cibles et des jalons pour des réductions importantes de l’incidence de la tuberculose, des décès dus à la tuberculose et des coûts auxquels sont confrontés les patients atteints de tuberculose et leurs ménages.

La stratégie de l’OMS pour mettre fin à la tuberculose vise une réduction de 90 pour cent des décès dus à la tuberculose et une réduction de 80 pour cent du taux d’incidence de la tuberculose d’ici 2030, par rapport à la référence de 2015. Les jalons pour 2020 comprennent une réduction de 20 % du taux d’incidence de la tuberculose et une réduction de 35 % des décès dus à la tuberculose.

La Déclaration politique des Nations Unies sur la tuberculose incluait également 4 nouveaux objectifs pour la période 2018-2022 :

  • Traiter 40 millions de personnes contre la tuberculose
  • Atteindre au moins 30 millions de personnes avec un traitement préventif de la tuberculose pour une infection tuberculeuse latente
  • Mobiliser au moins 13 milliards de dollars US par an pour l’accès universel au diagnostic, au traitement et aux soins de la tuberculose
  • Mobiliser au moins 2 milliards de dollars US par an pour la recherche sur la tuberculose

Faits sur la tuberculose

La tuberculose (TB), la deuxième maladie infectieuse la plus mortelle (après la COVID-19), est causée par une bactérie (Mycobacterium tuberculosis) qui affecte le plus souvent les poumons. Elle peut se propager lorsque les personnes atteintes de tuberculose expulsent des bactéries dans l’air, par exemple en toussant.

Environ 90 pour cent des personnes atteintes de tuberculose chaque année vivent dans 30 pays. La plupart des personnes qui développent la maladie sont des adultes – en 2020 – les hommes représentaient 56% de tous les cas de tuberculose, les femmes adultes représentaient 33% et les enfants 11%. De nombreux nouveaux cas de tuberculose sont attribuables à cinq facteurs de risque : la dénutrition, l’infection par le VIH, les troubles liés à la consommation d’alcool, le tabagisme et le diabète.

Les 30 pays les plus touchés par la tuberculose sont : l’Angola, le Bangladesh, le Brésil, la République centrafricaine, la Chine, le Congo, la République populaire démocratique de Corée, la République démocratique du Congo, l’Éthiopie, le Gabon, l’Inde, l’Indonésie, le Kenya, le Lesotho, le Libéria, Afrique du Sud, Mongolie, Mozambique, Myanmar, Namibie, Nigéria, Pakistan, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Philippines, Sierra Leone, Thaïlande, Ouganda, République-Unie de Tanzanie, Viet Nam et Zambie.

La tuberculose est évitable et curable. Environ 85 % des personnes qui développent une maladie tuberculeuse peuvent être traitées avec succès avec un régime médicamenteux de 6 mois ; le traitement a l’avantage supplémentaire de réduire la transmission de l’infection.

 

Contact :

mediainquiries@who.int

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share