Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Déclaration intermédiaire sur la vaccination contre le Covid-19 pour les enfants et les adolescents (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

L’OMS, avec le soutien du Groupe consultatif stratégique d’experts (SAGE) sur la vaccination et de son groupe de travail sur les vaccins COVID-19, examine les nouvelles preuves sur la nécessité et le calendrier de vaccination des enfants et des adolescents avec les vaccins COVID-19 actuellement disponibles qui ont reçu la liste d’utilisation d’urgence (EUL).

SAGE examine en permanence la littérature et a contacté les fabricants de vaccins, la communauté des chercheurs et les États membres pour obtenir les données les plus complètes et les plus récentes sur la question. Cette déclaration provisoire a été élaborée avec le soutien supplémentaire du Groupe consultatif stratégique et technique d’experts (STAGE) sur la santé et la nutrition de la mère, du nouveau-né, de l’enfant et de l’adolescent.

Fond

Bien que la majorité des vaccins COVID-19 ne soient approuvés que pour une utilisation chez les adultes âgés de 18 ans et plus, un nombre croissant de vaccins sont désormais également autorisés pour une utilisation chez les enfants. Certains pays ont accordé une autorisation d’utilisation d’urgence pour les vaccins à ARNm destinés à être utilisés dans le groupe d’âge des adolescents (âgés de 12 à 17 ans) : BNT162b2 développé par Pfizer et ARNm 1273 développé par Moderna.

En novembre 2021, une autorité de réglementation stricte a approuvé le vaccin à ARNm BNT162b2 pour une utilisation chez les enfants âgés de 5 à 11 ans. Des essais chez des enfants aussi jeunes que 3 ans ont été réalisés pour deux vaccins inactivés (Sinovac-CoronaVac et BBIBP-CorV) et ces produits ont été approuvés par les autorités chinoises pour l’indication d’âge de 3 à 17 ans ; bien que ces produits vaccinaux aient reçu l’EUL pour les adultes, ils n’ont pas encore reçu l’EUL de l’OMS pour les enfants. Covaxine, un vaccin inactivé avec adjuvant développé par Bharat, a été approuvé en Inde pour l’indication d’âge de 12-17 ans ; mais pas encore reçu OMS EUL pour cette indication d’âge.

Les autorités réglementaires indiennes ont donné leur approbation à ZycovD, un nouveau vaccin à ADN, pour les 12-17 ans ; cependant, ce vaccin n’a pas encore reçu l’EUL de l’OMS. Plusieurs vaccins COVID-19 sont en cours d’essais dans des groupes d’âge plus jeunes (y compris dès l’âge de 6 mois), mais les résultats n’ont pas encore été publiés.

La plus grande charge de morbidité en termes de maladies graves et de décès reste parmi les personnes âgées et celles présentant des comorbidités, ce dont les preuves ont conduit à la feuille de route de priorisation de l’OMS qui identifie les groupes d’utilisation hautement prioritaires en fonction des approvisionnements en vaccins disponibles dans les pays (1). L’OMS reconnaît que divers pays sont dans différentes phases pandémiques avec des taux de couverture vaccinale différents. Les objectifs de la stratégie mondiale de vaccination de l’OMS demeurent : 40 % de la population de chaque pays d’ici fin 2021 et 70 % d’ici la mi-2022(2). Ces objectifs de couverture ont été fixés pour assurer un rythme équitable de déploiement mondial des vaccins et la priorisation des personnes les plus à risque. À ce jour, ces objectifs n’ont pas encore été atteints.

Cette déclaration provisoire examine le rôle des vaccins COVID-19 chez les adolescents et les enfants dans le contexte mondial de la distribution inéquitable des vaccins entre les pays et de l’approvisionnement en vaccins limité à l’échelle mondiale.

Fardeau de la maladie chez les enfants et les adolescents

Dans l’ensemble, il y a proportionnellement moins d’infections symptomatiques et de cas de maladie grave et de décès dus au COVID-19 chez les enfants et les adolescents, par rapport aux groupes plus âgés. Les cas ventilés par âge signalés à l’OMS du 30 décembre 2019 au 25 octobre 2021(3) montrent que les enfants de moins de cinq ans représentent 2 % (1 890 756) des cas mondiaux signalés et 0,1 % (1 797) des décès signalés dans le monde.

Les enfants plus âgés et les adolescents plus jeunes (5 à 14 ans) représentent 7 % (7 058 748) des cas mondiaux signalés et 0,1 % (1 328) des décès mondiaux signalés, tandis que les adolescents plus âgés et les jeunes adultes (15 à 24 ans) représentent 15 % (14 819 320) des cas mondiaux signalés et 0,4 % (7 023) des décès signalés dans le monde. Les décès pour tous les âges inférieurs à 25 ans représentaient moins de 0,5 % des décès signalés dans le monde.

Les enfants et les adolescents présentent généralement des symptômes moins nombreux et plus légers d’infection par le SRAS-CoV-2 par rapport aux adultes et sont moins susceptibles que les adultes de souffrir de COVID-19 sévère(4). Des symptômes plus légers et des présentations asymptomatiques peuvent signifier une recherche de soins moins fréquente dans ces groupes, ainsi les enfants et les adolescents ont tendance à être moins testés et les cas peuvent ne pas être signalés. Un risque dépendant de l’âge de maladie grave chez les moins d’un an souffrant d’une maladie plus grave a été suggéré(5), bien que plusieurs revues montrent que les nouveau-nés (nourrissons dans les 28 premiers jours de la vie) ont une maladie bénigne par rapport à d’autres enfants. malades (6, 7).

Il est important de noter que les enfants de moins de cinq ans ont un risque plus élevé d’autres maladies avec des présentations cliniques qui se chevauchent avec COVID-19, telles que la pneumonie et d’autres infections virales des voies respiratoires supérieures, ce qui peut entraîner une mauvaise classification. De plus, la ventilation par âge n’a pas été systématiquement fournie dans la littérature, et les résultats de ces études sont spécifiques au contexte en fonction de facteurs tels que le moment de la pandémie et l’accent mis sur les patients hospitalisés(8).

Les enfants et les adolescents peuvent présenter des symptômes cliniques prolongés (appelés « long COVID-19 », condition post COVID-19(9) ou séquelles post-aiguës de l’infection par le SRAS-CoV-2), cependant, la fréquence et les caractéristiques de ces conditions sont toujours sous enquête. De plus, un syndrome hyperinflammatoire, appelé syndrome inflammatoire multisystémique pédiatrique temporairement associé au SRAS-CoV-2 (PIMS-TS) en Europe et syndrome inflammatoire multisystémique chez l’enfant (MIS-C) aux États-Unis, bien que rare, a été signalé. se produire dans le monde entier et compliquer la récupération de COVID-19 (10).

Plusieurs facteurs de risque de COVID-19 sévère chez les enfants ont été signalés récemment, notamment l’âge avancé, l’obésité et des conditions préexistantes. Les affections préexistantes associées à un risque plus élevé de COVID-19 sévère comprennent le diabète de type 2, l’asthme, les maladies cardiaques et pulmonaires et les affections neurologiques et neuromusculaires(11).

La prépondérance des preuves sur le risque de COVID-19 sévère et de décès chez les enfants et les adolescents provient d’études menées dans des environnements à ressources élevées, de sorte que l’applicabilité des observations suivantes à des environnements à ressources plus faibles reste à déterminer. Une revue systématique suggère qu’il pourrait y avoir un impact plus important de la mortalité pédiatrique liée au COVID-19 dans les pays à revenu faible ou intermédiaire par rapport aux pays à revenu élevé(12).

Le rôle des enfants et des adolescents dans la transmission du SARS-CoV-2

Plusieurs études de séroprévalence du SRAS-CoV-2 et d’excrétion virale basées sur la population ont cherché à savoir si les enfants et les adolescents sont infectés au même taux que les adultes, mais les résultats ont été mitigés, peut-être en raison des études menées à différents moments de la pandémie lorsque les populations étaient soumises à différentes mesures de santé publique et sociales (PHSM)(13). Une enquête sérologique réalisée en Inde de juin à juillet 2021 après la deuxième vague (variante Delta) a montré que la séropositivité chez les enfants de 6 à 18 ans était similaire à celle des groupes plus âgés – sauf chez les plus de 60 ans chez qui le taux de vaccination était élevé.

Dans l’ensemble, il est apparu que, que les écoles soient ouvertes ou fermées, les taux d’infection chez les enfants et les adultes étaient similaires. Ainsi, il semble que les enfants de tous âges puissent être infectés et transmettre le virus à d’autres.

Des épidémies de COVID-19 ont été identifiées dans les écoles secondaires, les camps d’été et les garderies, en particulier lorsque ni la distanciation physique ni les masques n’ont été utilisés pour réduire le risque de transmission de l’infection. Il existe des preuves préliminaires que les jeunes enfants peuvent être moins contagieux, tel que mesuré par les taux d’attaque secondaire, que les adolescents et les adultes (14). Les données sur l’incidence mondiale du COVID-19 suggèrent que les adolescents sont testés positifs pour le SRAS-CoV-2 dans une proportion plus élevée que les enfants plus jeunes, mais des enquêtes de séroprévalence sont nécessaires pour fournir des informations plus concluantes sur les taux d’infection.

Les enfants infectés par le SRAS-CoV-2 excrètent le virus dans leurs voies respiratoires et également dans leurs selles (15). Parmi les individus positifs pour le SRAS-CoV-2 qui ont été testés au même moment après l’apparition des symptômes, les niveaux d’excrétion d’ARN viral du SRAS-CoV-2 dans les voies respiratoires semblaient similaires chez les enfants, les adolescents et les adultes (16).

La relation entre l’âge, la charge virale et la transmission sur l’ensemble du spectre des symptômes de l’infection par le SRAS-CoV-2 n’a pas été étudiée de manière approfondie, car les personnes ne présentant aucun symptôme ou des symptômes légers sont rarement testées systématiquement. La transmissibilité relative du SRAS-CoV-2 à différents âges reste incertaine, en grande partie en raison des défis liés au démêlage des influences biologiques, de l’hôte, du virus, des variantes préoccupantes et des facteurs environnementaux (17).

Impact socio-économique de la pandémie de COVID-19 et de la réponse à la pandémie sur les enfants et les adolescents

Malgré leur risque plus faible de maladie COVID-19 grave, les enfants et les adolescents ont été touchés de manière disproportionnée par les mesures de contrôle du COVID-19. Les effets indirects les plus importants sont liés aux fermetures d’écoles qui ont perturbé la prestation des services éducatifs et accru la détresse émotionnelle et les problèmes de santé mentale. Lorsqu’ils ne peuvent pas aller à l’école et dans l’isolement social, les enfants sont plus sujets aux mauvais traitements et à la violence sexuelle, aux grossesses d’adolescentes et aux mariages d’enfants, ce qui augmente la probabilité de rater des études supplémentaires et d’avoir de mauvaises issues de grossesse. Une série d’effets de suivi des fermetures d’écoles se produisent. Il s’agit notamment de la perturbation de l’activité physique et des routines et de la perte d’accès à un large éventail de services fournis par l’école tels que les repas scolaires, la santé, la nutrition, l’eau, l’assainissement et l’hygiène (WASH) et les services destinés aux enfants ayant des besoins spéciaux tels que le soutien à l’apprentissage, l’orthophonie et la formation aux compétences sociales. Les enfants qui ne fréquentent pas l’école sont confrontés à des risques accrus de cyberintimidation de la part d’autres enfants, et au potentiel de comportement prédateur de la part des adultes liés au fait de passer plus de temps en ligne. Les fermetures d’écoles à plus long terme et prolongées entraînent une perte d’éducation et une aggravation des inégalités préexistantes et la marginalisation de l’apprentissage. On estime que 24 millions d’enfants risquent de ne pas retourner à l’école en raison de la pandémie(18) ; on estime que les personnes touchées subissent une perte de 10 000 milliards de dollars américains de revenus à vie(19). Au niveau sociétal, la dévastation économique causée par COVID-19 peut prendre des années à surmonter, exacerbant les inégalités économiques, la pauvreté, le chômage, l’insécurité financière des ménages, l’insécurité alimentaire et la malnutrition, qui ont toutes un impact négatif sur les enfants, souvent de manière disproportionnée. Les services de vaccination de routine ont également été affectés négativement par la riposte à la pandémie, exacerbant ainsi la résurgence potentielle de maladies évitables par la vaccination telles que la rougeole, le tétanos, la fièvre jaune, le VPH et autres(20).

Efficacité et sécurité des vaccins COVID-19 chez les adolescents et les enfants :

Dans les essais de phase 2/3 pour les deux vaccins à ARNm, l’efficacité et l’immunogénicité étaient similaires ou supérieures à celles des adultes ; les profils d’innocuité et de réactogénicité chez les adolescents étaient similaires à ceux des jeunes adultes. Un signal très rare de myocardite/péricardite a été signalé avec les vaccins à ARNm COVID-19, car certains pays ont commencé à utiliser ces vaccins dans leurs programmes COVID-19. Ces cas sont survenus plus souvent chez des hommes plus jeunes (16-24 ans) et après la deuxième dose du vaccin, généralement quelques jours après la vaccination. Comme les vaccins à ARNm viennent d’être déployés chez les adolescents dans certains pays, le risque de myocardite dans ce groupe d’âge n’a pas encore été entièrement déterminé. Les données disponibles suggèrent que les cas de myocardite et de péricardite après vaccination sont généralement bénins et répondent à un traitement conservateur, et sont moins sévères avec de meilleurs résultats que la myocardite classique(21) ou COVID-19. Le risque de myocardite/péricardite associée à l’infection par le SRAS-CoV-2 est plus élevé que le risque après vaccination(21).

En octobre 2021, le Comité consultatif mondial sur la sécurité des vaccins (GACVS) a conclu que dans tous les groupes d’âge, les avantages des vaccins à ARNm contre le COVID-19 dans la réduction des hospitalisations et des décès dus au COVID-19 l’emportent sur les risques. Le risque de thrombose avec syndrome de thrombocytopénie (STT) après les vaccins à vecteur adénoviral, bien que globalement faible, était plus élevé chez les jeunes adultes que chez les personnes âgées, mais aucune donnée n’est disponible sur le risque avant l’âge de 18 ans.

En octobre 2021, le Comité consultatif mondial sur la sécurité des vaccins (GACVS) a conclu que dans tous les groupes d’âge, les avantages des vaccins à ARNm contre le COVID-19 dans la réduction des hospitalisations et des décès dus au COVID-19 l’emportent sur les risques. Le risque de thrombose avec syndrome de thrombocytopénie (STT) après les vaccins à vecteur adénoviral, bien que globalement faible, était plus élevé chez les jeunes adultes que chez les personnes âgées, mais aucune donnée n’est disponible sur le risque avant l’âge de 18 ans.

En octobre 2021, le Comité consultatif mondial sur la sécurité des vaccins (GACVS) a conclu que dans tous les groupes d’âge, les avantages des vaccins à ARNm contre le COVID-19 dans la réduction des hospitalisations et des décès dus au COVID-19 l’emportent sur les risques. Le risque de thrombose avec syndrome de thrombocytopénie (STT) après les vaccins à vecteur adénoviral, bien que globalement faible, était plus élevé chez les jeunes adultes que chez les personnes âgées, mais aucune donnée n’est disponible sur le risque avant l’âge de 18 ans.

Objectifs d’équité mondiale et de santé publique 

Dans le contexte des contraintes mondiales actuelles d’approvisionnement en vaccins COVID-19, les programmes de vaccination doivent rester axés sur la protection des sous-populations les plus exposées au risque d’hospitalisation et de décès, selon la feuille de route de l’OMS pour la hiérarchisation. Il existe désormais des preuves accablantes que la vaccination de tous les adultes avec des vaccins COVID-19 offre d’importants retours sur investissement pour la santé.

La vaccination des adultes est réalisable dans tous les pays avec les bons investissements et est activement poursuivie dans presque tous les pays. Cependant, les avantages de la vaccination des enfants pour réduire le risque de maladie grave et de décès sont bien moindres que ceux associés à la vaccination des personnes âgées. Les pays ayant peu ou pas de contraintes d’approvisionnement en vaccins devraient tenir compte des questions d’équité mondiale lors de la prise de décisions politiques concernant la vaccination des enfants et des adolescents.

Toute orientation sur la priorisation de l’utilisation des vaccins, y compris la politique sur les doses de rappel, ne peut ignorer les profondes inégalités actuelles et persistantes dans l’accès mondial aux vaccins.

Alors que les pays à revenu élevé étendent leurs programmes de vaccination aux adolescents, aux enfants et, dans certains pays, à des doses de rappel à une grande partie de leur population, de nombreux pays à faible revenu manquent encore d’un approvisionnement suffisant en vaccins pour offrir une série de vaccination primaire à leur plus haute priorité. -les groupes d’usagers, y compris les personnes âgées et les travailleurs de la santé qui ne représentent qu’une faible proportion de leur population.

Justification de la vaccination des adolescents et des enfants

Les vaccins qui ont reçu l’autorisation d’autorités réglementaires strictes pour l’indication de l’âge des enfants et des adolescents sont sûrs et efficaces pour réduire la charge de morbidité dans ces groupes d’âge.

Bien que les évaluations du rapport bénéfice-risque sous-tendent clairement le bénéfice de la vaccination de tous les groupes d’âge, y compris les enfants et les adolescents, le bénéfice direct pour la santé de la vaccination des enfants et des adolescents est inférieur à celui de la vaccination des personnes âgées en raison de la plus faible incidence de COVID-19 sévère et de décès chez les plus jeunes. personnes. Les signaux de sécurité identifiés après un déploiement généralisé, tels que la myocardite, bien que rare, sont rapportés plus fréquemment chez les jeunes âgés de 16 à 24 ans, en particulier les hommes ; le risque de myocardite chez les adolescents et/ou les enfants n’a pas encore été déterminé.

La réduction de la transmission intergénérationnelle est un objectif de santé publique supplémentaire important lors de la vaccination des enfants et des adolescents. Avant l’émergence de la variante delta, il a été signalé que le risque de cas symptomatiques chez les contacts familiaux de cas vaccinés était d’environ 50 % inférieur à celui parmi les contacts familiaux de cas non vaccinés(22). Cependant, l’impact de la vaccination sur la réduction de la transmission dans le contexte de la variante delta plus transmissible semble être plus faible(23). Les enseignants, les membres de la famille et les autres contacts adultes d’enfants et d’adolescents doivent tous être vaccinés.

La vaccination des enfants et des adolescents peut également contribuer à faire progresser d’autres objectifs sociétaux très appréciés. Le maintien de l’éducation pour tous les enfants d’âge scolaire devrait être une priorité importante pendant cette pandémie. La fréquentation scolaire est essentielle au bien-être et aux perspectives de vie des enfants et à la participation des parents à l’économie. La vaccination des enfants d’âge scolaire peut aider à minimiser les perturbations scolaires en réduisant le nombre d’infections à l’école et le nombre d’enfants obligés de manquer l’école en raison des exigences de quarantaine.

Le bénéfice de la vaccination des enfants et des adolescents peut être moindre dans les contextes où les taux de séropositivité sont élevés dans ce groupe d’âge, cependant, davantage de preuves sont nécessaires sur la séroprévalence des enfants d’âge scolaire.

Conclusion

Les pays doivent tenir compte des avantages individuels et démographiques de la vaccination des enfants et des adolescents dans leur contexte épidémiologique et social spécifique lors de l’élaboration de leurs politiques et programmes de vaccination contre la COVID-19. Comme les enfants et les adolescents ont tendance à avoir une maladie plus bénigne que les adultes, à moins qu’ils ne fassent partie d’un groupe à risque plus élevé de COVID-19 sévère, il est moins urgent de les vacciner que les personnes plus âgées, celles souffrant de maladies chroniques et les agents de santé.

La vaccination des enfants et des adolescents présente des avantages qui vont au-delà des avantages directs pour la santé. La vaccination qui diminue la transmission du COVID dans ce groupe d’âge peut réduire la transmission des enfants et des adolescents aux personnes âgées et peut aider à réduire le besoin de mesures d’atténuation dans les écoles. Minimiser les perturbations de l’éducation des enfants et le maintien de leur bien-être général, de leur santé et de leur sécurité sont des considérations importantes. Les stratégies des pays liées à la lutte contre le COVID-19 devraient faciliter la participation des enfants à l’éducation et à d’autres aspects de la vie sociale, et minimiser les fermetures d’écoles, même sans vacciner les enfants et les adolescents(24). L’UNICEF et l’OMS ont élaboré des directives sur la manière de minimiser la transmission dans les écoles et de maintenir les écoles ouvertes, indépendamment de la vaccination des enfants d’âge scolaire (25).

Une action alignée et coordonnée est nécessaire pour atteindre les objectifs mondiaux de vaccination contre le COVID-19. Compte tenu de l’inégalité mondiale actuelle en matière d’accès aux vaccins, la décision de vacciner les adolescents et les enfants doit tenir compte de la priorisation afin de protéger pleinement les sous-groupes les plus à risque grâce à la primovaccination, et à mesure que l’efficacité du vaccin diminue avec le temps écoulé depuis la vaccination, grâce aux doses de rappel. En tant que tel, avant d’envisager la mise en œuvre d’une série de primovaccination chez les adolescents et les enfants, l’atteinte d’une couverture élevée de la primovaccination – et des doses de rappel au besoin sur la base des preuves de la diminution et de l’optimisation de l’impact de la vaccination – dans les sous-groupes les plus à risque, tels que les personnes âgées, doit être envisagée ( 26).

Par souci d’équité mondiale, tant que de nombreuses régions du monde sont confrontées à des pénuries extrêmes de vaccins, les pays qui ont atteint une couverture vaccinale élevée dans leurs populations à haut risque devraient donner la priorité au partage mondial des vaccins COVID-19 via l’installation COVAX avant de procéder à vaccination des enfants et des adolescents à faible risque de maladie grave.

Il est de la plus haute importance que les enfants continuent de recevoir les vaccins recommandés pour les enfants contre d’autres maladies infectieuses.

Lire le communiqué de l’OMS

Contacts médias :
mediainquiries@who.int

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share