Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

L’OMS publie le rapport 2021 sur la résistance aux médicaments contre le VIH (Rapport)

Imprimer la liste
Share

Le dernier rapport de l’OMS  sur la résistance aux médicaments contre le VIH  donne une image détaillée de l’ampleur de la croissance de la résistance aux médicaments et des mesures que les pays prennent pour garantir que les gens recevront des médicaments efficaces pour traiter et prévenir le VIH.

Le rapport révèle qu’en 2020, 64 % des pays cibles (pays à forte charge d’infection par le VIH) disposaient de plans d’action nationaux pour prévenir, surveiller et répondre à la résistance aux médicaments contre le VIH. Ces plans s’appuient sur le  Plan d’action mondial sur la résistance aux médicaments contre le VIH 2017-2021 , un plan multipartite coordonné et publié par l’OMS.

L’OMS encourage les pays à surveiller la résistance et recommande que pour les personnes commençant des médicaments antirétroviraux (ARV), on appelle   prétraitement la résistance aux médicaments anti-VIH  (PDR). L’OMS recommande que lorsque la PDR aux inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse (INNTI) tels que la névirapine et l’éfavirenz atteint un seuil de 10 % pour un pays étudié, le traitement anti-VIH de première intention doit être remplacé d’urgence par un schéma thérapeutique contenant du dolutégravir plus robuste. .

Ce rapport indique qu’un nombre croissant de pays atteignent le seuil de 10 % de résistance aux antirétroviraux de la PDR contre le VIH et que les personnes qui ont déjà été exposées à des médicaments antirétroviraux sont trois fois plus susceptibles de manifester une résistance à la classe de médicaments INNTI. Ces résultats soulignent la nécessité d’accélérer la transition vers des schémas thérapeutiques contenant du dolutégravir dans les pays qui continuent d’utiliser un traitement antirétroviral à base d’INNTI. 

Sur la base des résultats les plus récents d’enquêtes menées dans 10 pays d’Afrique subsaharienne, près de la moitié des nourrissons nouvellement diagnostiqués séropositifs sont porteurs d’un VIH résistant aux médicaments avant de commencer le traitement. Ces résultats soulignent la nécessité d’accélérer la transition en cours et l’importance d’utiliser le plus tôt possible le traitement antirétroviral à base de dolutégravir chez les jeunes enfants.

Depuis 2019, l’OMS recommande l’utilisation du dolutégravir comme traitement de première et de deuxième intention de préférence pour tous les groupes de population. Il est plus efficace, plus facile à prendre et a moins d’effets secondaires que les autres médicaments actuellement utilisés. Le dolutégravir a également une barrière génétique élevée au développement de la résistance aux médicaments, soutenant ainsi sa durabilité et son efficacité à long terme. Depuis la mise en œuvre des enquêtes, de nombreux autres pays ont amorcé la transition vers des schémas thérapeutiques contenant du dolutégravir, offrant aux gens une meilleure option de traitement et renforçant la lutte contre la résistance aux médicaments.

La prophylaxie pré-exposition (PrEP)  est une option de prévention efficace pour les personnes séronégatives à risque substantiel d’infection par le VIH dans le cadre d’approches de prévention combinées. La résistance est plus susceptible de se produire lorsque la PrEP est démarrée dans le cadre d’une infection aiguë par le VIH non diagnostiquée. À mesure que les pays mettent en œuvre la PrEP pour prévenir l’infection par le VIH, celle-ci doit s’accompagner d’une surveillance de la résistance aux médicaments anti-VIH chez les personnes infectées malgré l’utilisation de la PrEP.

Le rapport indique que le nombre de pays atteignant des niveaux élevés de suppression virale (≥ 90 %) est passé de 33 % en 2017 à 80 % en 2020. Atteindre des niveaux élevés de suppression de la charge virale dans les populations prenant un traitement antirétroviral empêche la transmission du VIH, du VIH- la morbidité et la mortalité associées et empêche l’émergence d’une résistance aux médicaments contre le VIH.

Le rapport met également l’accent sur la nécessité d’une surveillance de routine de la charge virale et d’un suivi étroit des personnes présentant une non-suppression virale, y compris un changement de régime si nécessaire, pour obtenir des résultats thérapeutiques favorables et durables à long terme. En outre, assurer la disponibilité et l’accessibilité continues aux médicaments optimaux pour traiter les infections à VIH est essentiel pour prévenir la résistance aux médicaments contre le VIH. Ces conclusions soulignent la nécessité d’aider les pays à trouver de manière proactive des solutions durables adaptées aux contextes locaux et pouvant impliquer les membres de la communauté et la société civile.

Alors que l’actuel  Plan d’action mondial sur la résistance aux médicaments contre le VIH 2017-2021  tire à sa fin, le rapport recommande de futurs efforts mondiaux, nationaux et nationaux pour identifier les opportunités en cours pour prévenir, surveiller et répondre à la résistance aux médicaments contre le VIH, notamment en s’adaptant à l’évolution rapide du paysage thérapeutique. et de nouveaux modèles de prestation de services. Minimiser la propagation de la résistance aux médicaments contre le VIH est un aspect essentiel de la réponse mondiale plus large à la résistance aux antimicrobiens qui nécessite une action coordonnée dans tous les secteurs gouvernementaux et à tous les niveaux de la société.

« Ce rapport et cette surveillance désormais réguliers du VIHDR tiennent les pays responsables – de fournir un traitement et des soins du VIH de haute qualité et des investissements ciblés dans la résistance aux antimicrobiens. À l’avenir, nous étendrons notre surveillance aux nouveaux ARV et à ceux qui sont délivrés en tant qu’agents à prévention et traitement – afin que nous puissions maintenir nos ARV pour la vie des personnes vivant avec le VIH », a déclaré Meg Doherty, directrice des programmes mondiaux de l’OMS sur le VIH, l’hépatite et les IST.

Ce rapport sera discuté lors d’un  webinaire  organisé dans le cadre de la Semaine mondiale de sensibilisation aux antimicrobiens 2021.

Le rapport peut être téléchargé à partir de ce lien :
HIV drug resistance report 2021

Contacts médias :
mediainquiries@who.int

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share